Le modèle hybride, un premier pas naturel vers l’infonuagique

15/04/2014

André Giroux

André Giroux

L’infonuagique est une solution pour bien des situations – des besoins variables dans le temps, le transfert de dépenses en capitalisation vers l’opérationnel, la vétusté du matériel et du logiciel, etc. Or, il arrive souvent que certaines entreprises se privent de ces bénéfices en raison d’une approche unilatérale de l’infonuagique qui vise à TOUT envoyer chez des fournisseurs d’infrastructure service, de logiciel service ou de plateforme service.

Lorsque le Collège Durocher, de Saint-Lambert, a rencontré des défis de gestion interne de ses serveurs de courriel, l’envoi de l’ensemble des utilisateurs vers le service Office 365 de Microsoft a soulevé plusieurs questions quant au stockage de certaines informations sensibles. Nous devions rapidement régler un problème de gestion de serveurs, de stockage et surtout de licences vieillissantes. Tout comme bon nombre d’entreprises, il existe au Collège des informations dites sensibles, comme les cas d’intimidation ou la gestion des comportements difficiles de certains élèves.Illustration du concept d'informatique en nuage

L’approche recommandée, soit de rester sur site pour les courriels administratifs (qui contiennent de l’information sensible) et d’utiliser l’infonuagique pour les enseignants et les élèves s’est avérée une excellente avenue. Microsoft permettait d’avoir un environnement qui soutenait une instance sur site et une instance en infonuagique. Cet avantage technique est rapidement devenu un avantage d’affaires pour le Collège : pouvoir migrer immédiatement vers Office 365, tout en gardant localement certains environnements, et utiliser des ponts natifs et permanents entre les applications visées.

L’analyse du besoin avant le projet a permis de détecter certaines caractéristiques gagnantes d’une telle initiative :

  • Est-ce que le fournisseur offre une méthode supportée pour gérer l’application dans ce mode (p. ex. une console centralisée de gestion)?
  • Est-ce qu’il existe un besoin identifié et réel de garder une partie de l’information sur site? Ce besoin est-il attribuable à des questions de déontologie, de conformité ou de sécurité, et non à une insécurité des utilisateurs?
  • Est-ce que la communauté des utilisateurs « souffre » présentement?
  • Avez-vous des raisons d’affaires solides afin d’entreprendre un tel projet rapidement?
  • Est-ce que l’évolution de l’environnement est propice à une telle configuration?
  • Est-ce possible d’aller 100 % en infonuagique ou de battre en retraite (off-boarding)?

L’hybride comme tremplin.

Un autre entreprise avait également un défi de gestion des systèmes informatiques : sa taille justifiait maintenant l’embauche de personnel spécialisé pour la gestion des TI.

La mise en service immédiate de certains environnements par le biais de l’informatique en nuage, tels ceux de la collaboration et de la téléphonie, a permis à l’organisation de « gouter » à l’infonuagique. L’expérience positive a rapidement encouragé la direction à poursuivre l’initiative et utiliser l’infonuagique pour une application de consultation de documents et données en intelligence d’affaires et de rendre disponible une application traditionnelle en mode d’infrastructure service.

Aujourd’hui l’entreprise est 100 % en infonuagique, mais a vécu pendant deux ans en mode hybride. Cette phase a permis de gagner en efficience et en efficacité de façon progressive.

Peut-être n’êtes-vous pas prêts à aller pleins gaz vers l’infonuagique, mais la solution hybride peut certainement vous offrir des bénéfices rapidement, tout en ouvrant la porte à une utilisation mieux organisée et prévisible de l’infonuagique.

Voyez-vous une application dans votre environnement pour laquelle une solution infonuagique hybride serait pertinente?


Tags: , , , , , , , ,
André Giroux

André Giroux

André Giroux est vice-président, Ingénierie d’affaires et Technologies cloud computing chez SimplicITI.
Google+