CGI inaugure, signe et communique


Alain Beaulieu - 20/06/2008

La firme a inauguré un nouveau centre d’excellence, situé à Sherbrooke, renouvelé des contrats pour une valeur de 80 M $ US et rendu publiques les recommandations d’un groupe de hauts fonctionnaires américains.

L’entreprise montréalaise de services-conseils CGI a multiplié les bonnes nouvelles au cours de la dernière semaine.

Centre d’excellence

Le nouveau centre d’excellence de Sherbrooke sera spécialisé dans le domaine des technologies émergentes, du Web et de la maintenance d’applications dans les principaux secteurs d’activité de CGI, à savoir le secteur public, les services financiers, les télécommunications et les services publics, le secteur manufacturier, ainsi que du commerce de détail et de la distribution. Le centre, qui ouvrira ses portes l’automne prochain, servira une clientèle internationale.

CGI prévoit embaucher 250 professionnels d’ici deux à trois ans à son nouveau centre d’excellence, qui s’ajoute aux autres centres dont dispose l’entreprise au Canada, aux États-Unis, en Europe de l’Ouest et en Inde. La création du centre vise à permettre à l’entreprise de continuer à fournir des services de qualité et de répondre aux besoins croissants de ses clients.

La mise sur pied du centre a bénéficié de l’aide du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, de la Ville de Sherbrooke et des institutions universitaires et collégiales membres du pôle universitaire de Sherbrooke.

Ville de 141 000 habitants située dans sud-est du Québec, Sherbrooke a été choisi comme localisation pour le nouveau centre de CGI en raison notamment de la disponibilité d’un important réservoir d’étudiants et de professionnels en TI qualifiés et bilingues, de partenariats avec les universités et les cégeps de la région, ainsi que la proximité de clients actuels, dont la firme BRP (Bombardier Produits Récréatifs) qui a recours aux services de maintenance d’applications de CGI. Nouveaux contrats et recommandations D’une valeur de 80 millions $ US, les nouveaux contrats ont, quant à eux, été signés avec les entreprises Australia and New Zealand Banking Group (ANZ) et BMO Marchés des capitaux, une filiale de BMO Groupe financier. Il s’agit essentiellement du renouvellement pour une période de sept ans des contrats préalables portant sur l’utilisation du service de financement du commerce international Proponix de CGI. Depuis cinq ans, ANZ et BMO se servent de Proponix pour traiter toutes leurs transactions de financement commercial.

CGI a récemment apporté des améliorations aux capacités de financement de la chaîne logistique, qui prendra en charge notamment les paiements à compte ouvert, le financement des exportations, le financement des comptes débiteurs et le financement garanti par l’acheteur, et fournira des fonctions améliorées de gestion et de rapprochement des données des bons de commande et des factures. Ces capacités permettront à ANZ et BMO de fournir une large gamme d’offres, pour augmenter leurs services de financement des importations et des exportations de leurs clients.

Secteur gouvernemental

Recueillies au terme d’un séminaire organisé dans le cadre de l’Initiative pour un gouvernement collaboratif, un projet de politique publique conjoint de CGI et de la George Mason University, les recommandations des hauts fonctionnaires du gouvernement fédéral américain et des hauts dirigeants du secteur public portent, pour leur part, sur des mesures que devrait mettre en oeuvre la prochaine administration pour améliorer le fonctionnement du gouvernement. Ces mesures permettraient une collaboration plus efficace dans un environnement impliquant plusieurs fournisseurs de services différents.

Ainsi, les agences devraient documenter leur stratégie à l’égard des fournisseurs de services afin d’être prêtes à décrire leur plan en matière de sources d’approvisionnement et expliquer les décisions prises en ce qui concerne leur mode de fonctionnement. Les fonctionnaires ont aussi déploré le fait que les lois et politiques aient institutionnalisé la séparation entre des fonctions de gestion, telles que la gestion financière, les acquisitions, la gestion du capital humain et les technologies de l’information, de sorte qu’il est devenu difficile de gérer par delà les cloisonnements entre ces fonctions pour obtenir des résultats cohésifs. Ils ont conclu la conférence en souhaitant que ces fonctions soient regroupées à nouveau, ce qui permettrait d’améliorer les résultats et la reddition de comptes.

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: L’Association de marketing relationnel met en garde les entreprises québécoises Le Service des incendies de Montréal mise sur le cyberapprentissage L’actualité des TI en bref Pourriel et antipourriel: des industries complémentaires en croissance La nécessaire collaboration gouvernementale