Contrats à la Ville de Montréal: Telus répond à des allégations


Jean-François Ferland - 06/11/2009

Le fournisseur de services de télécoms affirme qu’il a joué franc-jeu lors de l’attribution de contrats par la Ville de Montréal. L’entreprise se dit prête à collaborer à une enquête du vérificateur municipal qui, selon un quotidien, s’intéresserait au processus contractuel et à la fiabilité d’une infrastructure.

Le fournisseur Telus, à la suite de la parution d’articles dans le quotidien La Presse qui portaient sur des contrats de modernisation qui lui ont été octroyés par la Ville de Montréal en 2008, qui avait refusé de commenter ces articles, a produit des déclarations publiques par voie de communiqué.

L’entreprise affirme qu’elle a respecté le processus d’appel d’offres et qu’elle n’est pas dans en situation de conflit avec la Ville de Montréal ou le fournisseur précédent Bell Canada, dont elle prend la relève. Également, Telus souligne que la prestation de services relatifs à l’infrastructure du service 911 n’est pas incluse dans les contrats qui lui ont été octroyés.

De plus, le fournisseur affirme qu’il coopérera avec le vérificateur général de la Ville de Montréal se ce dernier effectuait une enquête à propos de l’attribution des contrats, de la nature des services ou des relations entre les parties impliquées. Telus précise notamment la valeur concurrentielle de sa mise pour l’obtention des contrats, tout comme la valeur totale des investissements qui ont été réalisés dernièrement au Québec.

Au cours des dernières semaines le journal La Presse a publié trois articles (1, 2, 3) où le journaliste Denis Lessard fait mention de situations nébuleuses à l’égard du processus d’attribution des contrats et de la fiabilité de l’infrastructure de télécommunications pour la prestation de certains services. Le journaliste affirme que le vérificateur de la Ville de Montréal, Jacques Bergeron, s’intéresse aux enjeux évoqués dans les articles, en ajoutant que le vérificateur s’apprêterait à publier un rapport qui traiterait de certains des éléments problématiques.

Les commentaires publics de Telus surviennent après que l’entreprise ait refusé de répondre aux questions du journaliste.

Mise à jour Stacey Masson, la porte-parole de Telus au Québec, déclare que l’entreprise a fait parvenir au journaliste de La Presse, avant la publication du troisième article, de l’information qui visait à répondre à certaines questions. Elle indique que cette information n’a pas été utilisée par le quotidien.

En février 2008, dans un article paru dans Direction informatique, Daniel Malo qui était à l’époque le directeur des technologies de l’information au Service des affaires corporatives de la Ville de Montréal, Jean-François St-Germain, le vice-président des marchés public et parapublic chez Telus Québec, avaient discuté du projet de modernisation des infrastructures de télécommunications de l’administration de la métropole québécoise, dans le contexte de l’octroi à Telus de mandats visant la gestion de services de transmission de données et de téléphonie pour les dix prochaines années.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+