De la modération et de la réorientation


Jean-François Ferland - 24/01/2007

2007 sera une année de croissance modeste des TIC. Les achats mondiaux pourraient être influencés par l’économie américaine. Les hausses des dépenses seront moindres dans les grandes organisations, qui établissent néanmoins leurs priorités.

Croissance des achats au ralenti

Selon la firme Forrester, l’augmentation des achats de produits et de services en TIC sera d’environ 5 % en 2007 et devrait atteindre 1,55 billion de dollars américains en ventes à l’échelle internationale. Bien que le nombre soit impressionnant, il s’agirait d’un ralentissement de la croissance, alors que les deux années précédentes ont entraîné en une croissance des achats de 8 %.

Aux États-Unis, qui pourraient également connaître une croissance des achats technologiques de 5 %, les ventes seront plus difficiles en raison d’une réduction ou d’un délai des achats en TIC par les responsables des technologies de l’information des organisations. L’état de l’économie américaine aura un impact sur les dépenses technologiques de ce marché intérieur, mais également sur celles qui auront lieu à l’échelle mondiale.

Forrester avait auparavant estimé que la croissance des achats serait de 2 % en 2007. Toutefois, le ralentissement économique aux États-Unis anticipé pour 2006 a été moins prononcé que prévu, ce qui a incité la firme à revoir ses prévisions.

Elle estime néanmoins que le ralentissement sera suffisant pour avoir un impact sur les partenaires commerciaux des États-Unis, dont fait partie le Canada. Ainsi, Forrester prévoit que les achats augmenteront en moyenne de 3 % au Canada et dans le reste des Amériques.

Forrester prévoit que les achats reliés aux logiciels seront en croissance de 7 %, alors qu’ils avaient augmenté de 10 % en 2006. Les achats d’équipement informatique augmenteront de 4 %, par rapport à 6 % en 2006. Les achats d’équipements dédiés aux communications n’augmenteront que de 3 %, alors qu’ils avaient augmenté de 9 % en 2006. Les dépenses allouées aux services de TIC et d’impartition, pour leur part, pourraient augmenter de 4 %, alors qu’ils avaient crû de 8 % en 2006.

Quant aux dépenses internationales en TIC, où s’ajoutent aux achats les sommes allouées aux budgets d’exploitation, Forrester croit qu’elles devraient être en hausse de 6 % à 2,02 billions $ US.

Empiétements budgétaires

De son côté, la firme Gartner s’est intéressée aux prévisions de dépenses en TIC des grandes organisations, soit celles qui ont des revenus de plus d’un milliard $ US. Ainsi, elle estime que ces grandes organisations augmenteront leurs dépenses en TIC de 2,8 % en 2007.

Ce pourcentage est sensiblement moins élevé que celui de 6 % qui avait été estimé plus tôt en 2006. Selon Jed Rubin, responsable des services de consultation chez Gartner, les grandes organisations ont dépensé davantage l’an dernier pour le soutien de leurs opérations d’affaires de base.

La complexité accrue des infrastructures, les exigences technologiques des applications, les exigences réglementaires et les coûts énergétiques accrus auraient grugé les montants attribués aux investissements stratégiques et de transformation des organisations.

Selon M. Rubin, la croissance et la transformation des grandes organisations seront néanmoins les priorités de 2007, ce qui entraînera une réduction de 5 % des budgets de fonctionnement.

De l’intégration et de l’efficacité

Saugatuck Technology, une firme américaine qui observe l’industrie des TI, a réalisé un sondage international auprès des directeurs des TI de 230 entreprises aux revenus supérieurs à 1 milliard $ US afin de connaître leurs cinq priorités pour les dépenses reliées aux TI pour 2007.

La veille économique arrive en tête de liste, retenant l’attention de 39 % des répondants. Elle est suivie par la mise à niveau des progiciels de gestion intégrée et l’entreposage de données, qui ont été mentionnés par 33 % des personnes sondées. 30 % des directeurs interrogés ont mentionné leur intérêt pour de nouvelles applications personnalisées et 29 % ont fait mention des logiciels de portail et de collaboration.

Les services et les logiciels de sécurité, les mises à niveau de réseaux, l’intégration d’applications, les bases de données et la gestion des processus d’affaires complètent le top 10. Selon la firme, au moins huit de ces dix priorités auraient comme résultat une amélioration de l’intégration et de la disponibilité des données ou des applications au sein d’une organisation.

Saugatuck prévoit également la poursuite des investissements en fonction des projets, ce qui signifierait un strict contrôle financier sur les dépenses en TIC et, par extension, un marché plus ardu pour les vendeurs. Néanmoins, les organisations percevraient des besoins et feraient des investissements en vue d’une intégration des composantes technologiques et d’une gestion plus efficace.

Ces investissements, qualifiés de « tactiquement stratégiques », permettraient d’obtenir immédiatement des améliorations et de réduire les barrières aux changements et à la croissance de l’organisation dans le futur.

L’architecture orientée vers les services, la mise à niveau des systèmes d’exploitation et la virtualisation des centres de données se situeraient à l’extérieur des dix priorités. Saugatuck souligne d’ailleurs que les priorités des dépenses varient grandement d’une année à l’autre.

Futur à la verticale

La firme IDC, de son côté, fait des prévisions à plus long terme. Elle estime que 1,16 billion de dollars américains ont été dépensés pour les TIC dans les marchés verticaux à l’échelle internationale en 2006. À son avis, il y aura une croissance annuelle composée des dépenses de 6,3 % jusqu’en 2010. Ainsi, les dépenses mondiales atteindront 1,48 billion $ US à la fin de la décennie.

Anne Lu, gestionnaire du programme de recherche international sur les marchés verticaux, indique que chaque industrie pourrait faire face à des dynamiques régionales et à des enjeux d’affaires différents. Les entreprises qui offrent des produits et des services aux organisations, selon elle, devront segmenter la clientèle en fonction de leurs besoins, ce qui pourrait se traduire par une situation où tous en sortiront gagnants.

« Les clients auront les solutions stratégiques qu’ils veulent – et, subséquemment, en achèteront plus – et les fournisseurs auront en retour des augmentations des ventes et des profits », a indiqué Mme Lu.

IDC estime que les dépenses associées au logiciel seront de 327 milliards $ US, et qu’une croissance sera notoire dans les secteurs de la fabrication de composantes et des services. Les dépenses associées au matériel seront de 562 milliards $ US, notamment dans les secteurs des communications, des bureaux résidentiels et du grand public. Enfin, les dépenses associées aux services atteindront 587 milliards $ US, entre autres dans les marchés de la fabrication de composantes et des banques.




Tags: , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+