Des disques SSD pour certaines circonstances


François Picard - 01/12/2009

De plus en plus, on entend parler des disques électroniques SSD qui pourraient remplacer avantageusement des disques durs. Nous avons essayé chacun des deux supports de données sur un même appareil pour en avoir le coeur net.

Les fabricants de disques SSD mettent surtout de l’avant les avantages d’utiliser ce type de disque, mais certains aspects positifs ne sont que relatifs et ils évitent souvent de parler des points négatifs. Quelques jours d’utilisation d’un ordinateur portatif avec un disque SSD en remplacement du disque dur nous ont permis de découvrir que les disques SSD n’étaient pas une panacée, du moins pour l’instant.

La technologie SSD

Les unités électroniques de stockage (SSD) comportent de la mémoire flash pour emmagasiner les données. On note deux façons différentes d’enregistrer ces données, soit un bit par cellule transistorisée (les Single Level Cells ou SLC), soit plusieurs bits par cellule (les multi level cells ou MLC). Les premières sont plus difficiles à fabriquer et plus coûteuses, mais elles sont plus performantes, elles nécessitent moins d’énergie et elles ont une plus longue durée vie. Cette durée de vie est d’ailleurs le principal problème qu’on rencontre lors de l’utilisation de disques SSD, suivi de celui de surconsommation d’énergie.

Ensemble SSD de Kingston

Ensemble SSD de Kingston

Il y a quand même des avantages incontestables à se servir de disques SSD sur un ordinateur. Le temps d’accès aux données est beaucoup plus rapide que dans le cas d’un disque dur. Comme il n’y a ni bras, ni disque, on ne peut pas craindre de bris de ce côté-là et on n’a pas de bruit de fond de pièces mécaniques en mouvement. Contrairement aux disques durs, les disques SSD ne souffrent pas de la fragmentation, qui n’entraîne d’ailleurs aucun ralentissement et ne doit surtout pas être corrigée. D’autre part, les disques SSD sont un petit peu plus léger, ce qui est quand même à considérer quand on se sert d’un ordinateur portatif ou miniportatif.

Longtemps, on a cru à une consommation d’énergie bien moindre du côté des disques SSD, mais comme les disques durs sont plus écoénergétiques qu’avant, les disques de mémoire flash se sont rapprochés d’eux à ce niveau et la différence de consommation n’est plus si grande que ça. En fait, les disques SSD demandent une énergie maximale durant toute leur opération, alors que les disques durs en consomment surtout au moment de lire et d’écrire.

Les disques SSD sur le marché

En plus, malgré des systèmes électroniques d’étalement de l’usure (wear levelling), les disques SSD ont une durée de vie beaucoup moins longue que les disques durs. De plus, comme ce sont des produits récents, on n’a aucune idée de leur durée de vie. Les coûts de stockage des disques SSD sont surtout liés à leur capacité qui monte très vite de 30 Go à 512 Go. On peut même trouver des disques électroniques de 1 To, mais il faut payer plus de 4 000 $ pour en acquérir un.

SanDisk SSD1

SanDisk SSD1

Le prix des disques SSD a beaucoup baissé depuis un an. Nous avons ainsi acheté un disque SSD de 60 Go à moins de 200 $, alors qu’un modèle similaire coûtait plus de 1 000 $ il y a seulement un an. On ne trouve que peu de modèles de disques SSD en magasin. Il faut aller sur Internet pour en trouver un plus grand choix. Au Canada, les boutiques en ligne où l’on en trouve le plus sont, par exemple, microinformatique.ca, Tigerdirect.ca, Newegg.ca, Infonec.com, NCIX.com… Les marques de disques électroniques SSD les plus connues sont Intel, Kingston Technology, SanDisk, OCZ, Wintec Industries, Crucial, Transcend, Corsair, Patriot et Samsung.

Il faut bien faire attention à différencier les disques électroniques SSD de type SLC de ceux de type MLC. Les premiers donnent un meilleur rendement, ils sont destinés aux professionnels et ils sont aussi un peu plus chers pour une même capacité. Les disques de type MLC, comme ceux de la gamme X25-M d’Intel, sont à prix plus abordables pour un rendement moyen. Comme la plupart des marchands n’indiquent pas si les disques SSD sont de type SLC ou MLC, il est préférable de vérifier sur les sites des fabricants.

Outre le format, la capacité, l’interface et le type de cellule de mémoire des disques SSD, on peut s’intéresser au taux de transfert des données, quoiqu’en général plus il est rapide, plus on paie cher. À vrai dire, tous les disques SSD ne sont pas égaux, loin de là même. Il est donc fortement recommandé de bien magasiner ces accessoires et de prendre le temps de bien lire toutes les caractéristiques avant d’en acheter.

Il est important de savoir également qu’il faut remplacer le disque dur d’un ordinateur par un disque SSD avec la même interface. Mais, comme la plupart des disques SSD qui arrivent sur le marché ont une interface S-ATA (SATA, Serial ATA, S-ATA II), on ne peut pas les installer sur les ordinateurs d’il y a seulement 3 ou 4 ans qui avaient une autre interface. Les disques SSD ne sont donc pas pour les utilisateurs de ces appareils qui ne peuvent profiter de disques à interface récente que de façon externe, branchés à un port USB. Les disques SSD ne sont pas non plus pour des appareils sous Windows 98 ou ME, parce que ces systèmes d’exploitation ne peuvent les gérer.

Qui aurait des avantages à utiliser un disque SSD?

Il y a certains cas où l’on pourrait y gagner à utiliser un disque SSD. Comme l’appareil sur lequel on installe un disque SSD à la place d’un disque dur devient relativement silencieux, cela pourrait intéresser ceux qui n’aiment pas le bruit ou qui doivent se servir de leur ordinateur dans un environnement sans bruit. Ce pourrait être apprécié dans des chambres, dans des bibliothèques publiques, des hôpitaux ou pour regarder des vidéos sur l’ordinateur sans bruit de fond.

Disque SSD et disque dur conventionnel

Disque SSD et disque dur conventionnel

Il faut malgré tout considérer que le disque SSD chauffe quand il est très actif, par exemple avec beaucoup de sauvegardes ou lors de téléchargements de gros fichiers. À ce moment-là le ventilateur de l’ordinateur portatif peut se mettre en marche quelques instants, mais le bruit reste léger s’il est bien réglé et propre. Même si on dit qu’un ordinateur avec un disque SSD chauffe moins, c’est relatif et ce n’est vrai que lorsqu’on est dans une application qui nécessite moins de sauvegardes et accède donc moins au disque SSD.

Comme les disques SSD résistent aux chocs et sont plus robustes, ils pourraient également remplacer les disques durs sur les ordinateurs des personnes qui travaillent sur des chantiers, dans la nature ou dans des lieux où le maniement du matériel avec délicatesse n’est pas le principal souci.

À vrai dire, selon les experts, l’idéal serait un appareil doté à la fois d’un disque dur et d’un disque SSD. Le disque SSD ne servirait alors que comme complément de mémoire rapide où seraient stockés tous les fichiers temporaires du système d’exploitation et ceux des applications. Quelques appareils conçus ainsi sont déjà sur le marché. D’autres suivront bien vite. Il faudra cependant attendre une nouvelle génération de disques SSD avec une meilleure gestion de l’énergie, optimisés pour Windows 7 et les prochains Mac OS, avant que ce soit vraiment intéressant de faire le pas vers l’acquisition d’un disque SSD.

François Picard est journaliste et éditeur du magazine Atout Micro.