Des « gratteux » inspirés du iPod


Alain Beaulieu - 18/04/2008

Qu’arrive-t-il lorsqu’une entreprise de loterie comme Loto-Québec se met à utiliser le nom du célèbre appareil d’Apple sur un billet à gratter? Est-ce signe que le phénomène qui l’entoure est plus important que l’appareil lui-même?

Il y a tout un phénomène de mode, voire d’excitation autour du iPod. Rares sont les produits électroniques qui ont suscité un tel engouement sur le marché. Pour avoir l’air dans le coup, rien de tel que de déambuler avec un iPod autour du coup.

Dans ce contexte, rien d’étonnant à ce que des entreprises veulent s’associer au petit appareil d’Apple, pour se démarquer et attirer l’attention et, ce faisant, marquer des points auprès d’une clientèle qui n’est pas indifférente au petit lecteur multimédia. Le dernier en ligne à avoir été séduit par le lustre « ipodien » est Loto-Québec qui a lancé récemment une loterie à gratter au nom du célèbre lecteur portatif.

La facture visuelle du billet de loto est d’ailleurs calquée sur l’appareil d’Apple, duquel il reproduit graphiquement la molette de navigation, en plus d’en arborer le logo. Même sa dimension fait référence à celle du iPod.

Ainsi, en achetant le billet de loto, au prix de deux dollars, on court la chance de gagner un iPod Classic de 160 Go, dont le prix de détail estimé est de 454 $. Loto-Québec en a 1 230 à faire tirer de la sorte, d’ici la fin de l’été. On a, en fait, une chance sur 1 951 d’en gagner un. Lorsqu’on en gagne un, on peut soit le réclamer auprès de Loto-Québec, soit auprès d’un magasin Dumoulin participant.

À défaut de gagner un iPod, on peut se consoler avec des prix en argent variant de 2 à 100 $, selon les symboles mis à jour en grattant.

Clientèle branchée

Lorsque questionné sur la raison qui a justifié l’association de Loto-Québec avec le célèbre baladeur d’Apple, Jean-Pierre Roy, directeur des relations de presse chez Loto Québec, a souligné le positionnement de la marque.

« C’est un produit qui est populaire et qui intéresse davantage les 18 à 35 ans, souligne-t-il. On visait la clientèle branchée avec ce billet à gratter. On a des billets qui s’adressent davantage au public masculin, d’autres au public féminin, d’autres aux consommateurs un peu plus âgés, etc. […] Le public aime le choix, la variété, et on lui offre différentes catégories de prix et façons de jouer; on renouvelle le produit constamment. »

Cela est sensé. En revanche, on s’étonnera de trouver la mention suivante sur le billet : « iPod est une marque déposée d’Apple inc. Apple n’est pas associée à cette promotion et ne la commandite d’aucune façon. » Alors, comment peut-on utiliser une marque appartenant à un fabricant sans que celui-ci soit impliqué dans l’aventure?

En fait, il n’y a aucune valeur monétaire associée à l’utilisation de la marque à des fins promotionnelles, Apple n’exigeant qu’un droit de regard sur l’utilisation qui est faite de sa marque, telle que le stipulent les conditions d’utilisation de ses produits dans les promotions.

« Une des conditions d’Apple était d’inscrire cette clause [sur le billet], affirme M. Roy. Cela faisait partie des choses qu’ils voulaient qu’on fasse. Apple fait ce genre d’arrangements avec toutes sortes de compagnies. On a eu un échange de courriels avec Apple et ils ont approuvé le visuel du billet et ont dit que nous nous conformions à toutes leurs règles. À part le fait qu’on a dû acheter les produits, il n’y a pas eu d’échange monétaire dans le cadre de cette entente. »

« Il n’y a aucune entente avec Loto-Québec, de renchérir Jean-Guy Rens, porte-parole d’Apple Canada. Apple n’a rien à avoir avec ce tirage. Ils ont acheté les iPod, comme tout le monde. »

Le présent billet a été lancé le 24 mars dernier et a une durée de vie éphémère. Bon an, mal an, Loto-Québec introduit une soixantaine de billets à gratter par année, soit un nouveau à chaque semaine environ. Dans ce cas-ci, 2,4 millions de billets ont été émis. Pas étonnant que la société d’État puise son inspiration dans les phénomènes à la mode, tels que le iPod. Quel sera le prochain phénomène technologique à la mode qui retiendra l’attention de Loto-Québec? Les ordinateurs organiques? Les puces sous-cutanées? Allez savoir…

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: Un Montréalais à la tête de Novell Canada Cybercrime : de l’amateurisme au crime organisé Des contrats, des acquisitions et un partenariat pour des fournisseurs québécois L’actualité des TI en bref Le plan de match de Google




Tags: , , , , , ,