Deux CSSS collaborent pour optimiser les ressources informationnelles


Jean-François Ferland - 15/09/2006

Les Centres de santé et services sociaux (CSSS) Haut-Richelieu-Rouville et Vaudreuil-Soulanges en Montérégie ont établi un partenariat visant la collaboration des directions de leurs ressources informationnelles. L’entente vise à optimiser la gestion des ressources et l’amélioration de la qualité des services reliés aux TIC.

En vertu de cette entente, les deux institutions du secteur de la santé procéderont au partage d’information et au travail en commun dans le cadre de la prise de décisions reliées à l’infrastructure technologique et de l’implantation de systèmes informatiques. Notamment, les établissements oeuvreront conjointement pour le regroupement des achats d’équipement, le transfert des connaissances au niveau opérationnel, le partage de l’expertise en matière de stockage et de gestion de l’information sur les bénéficiaires et le développement de services de soutien informatique de première ligne.

Daniel Burgoyne, le directeur des ressources informationnelles du CSSS Haut-Richelieu-Rouville, a expliqué que son confrère du CSSS Vaudreuil-Soulanges, Sylvain Corriveau, l’avait contacté dans le contexte du départ d’une personne à la direction des services informatique et pour la prise d’information à propos de la façon de faire d’un fournisseur dans le contexte d’une impartition de la gestion d’actifs technologiques.

À la fin de 2005, le CSSS Haut-Richelieu-Rouville avait unifié l’impartition de la responsabilité de ses activités de réseautique, de télécommunications et de soutien aux utilisateurs à l’entreprise ESI Technologies de Ville-Saint-Laurent.

« Nous avons décidé d’effectuer un partage plus en détail au-delà d’un simple coup de fil. D’une part, son CSSS est particulier puisqu’il n’a pas de centre hospitalier associé. D’autre part, il a réalisé le développement de ressources informationnelles pour l’ensemble du corps médical et des infirmières au niveau des groupes de médecine familiale et des cliniques. Nous n’avons pas encore de groupes de médecine familiale, mais certaines de nos cliniques sont intéressées à en établir. Nous pouvions alors partager des informations au niveau applicatif et des connaissances technologiques et avons choisi de mettre en commun nos façons de faire. Il s’agit de deux CSSS avec une même mission, mais des composantes différentes », explique M. Burgoyne.

« Il s’agit également d’une approche au niveau de la qualité, où la mise en commun et le partage d’informations permettent d’obtenir un produit de plus grande qualité. Nous sommes souvent de mauvais juges dans notre milieu, mais lorsqu’on partage avec une firme du monde du privé, nous obtenons une assurance de qualité beaucoup plus grande et cela permet de diminuer le risque pour nos deux établissements », ajoute-t-il.

L’entente permettra aussi la mise en partage des appels d’offres pour bénéficier d’escomptes additionnels dans le cadre du remplacement d’ordinateurs désuets.

Des discussions auront lieu à court terme entre les parties impliquées à propos de la concrétisation du partenariat. La révision prévue du contrat entre le CSSS Haut-Richelieu-Rouville et son impartiteur, et la centralisation prochaine du service à la clientèle à l’aide d’un nouveau logiciel d’appel de services informatiques, pourraient par exemple mener à l’établissement d’un guichet unique pour les deux centres de services sociaux et augmenter les plages de services aux utilisateurs. Le partage de plates-formes de stockage pourrait également ajouter une redondance et augmenter la sécurité dans les deux établissements.

Le CSSS Haut-Richelieu-Rouville, fruit de la fusion de plusieurs centres de soins communautaires (CLSC) et de longue durée (CHSLD) et d’un hôpital, gère 14 installations sur son territoire et emploie 3 000 personnes pour la prestation de services à 160 000 personnes. Le CSSS de Vaudreuil-Soulanges, également formé à la suite de fusions d’établissements de santé, opère neuf installations et compte 760 employés pour desservir une population de 115 000 personnes.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+