Du financement provincial pour PROMPT-Québec


Jean-François Ferland - 29/09/2006

L’organisme voué à la création de partenariats « universités-entreprises » en TIC obtient une subvention de 625 000 $ du gouvernement du Québec pour le soutien d’une deuxième ronde de projets de recherche. L’industrie privée et le gouvernement fédéral contribueront de façons diverses aux projets.

Le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec (MDEIE) a accordé une subvention de 625 000 $ à PROMPT-Québec (Partenariats de Recherche Orientée en Microélectronique, Photonique et Télécommunications), un organisme à but non lucratif qui est voué à l’établissement de partenariats entre la communauté universitaire et les entreprises privées du secteur des TIC.

L’aide servira à la poursuite des activités de l’organisme et au lancement d’un deuxième concours de projets de recherche précompétitive. Cette subvention, qui est accordée pour une période se terminant le 30 juin 2007, est attribuée par le biais d’un volet du Programme de soutien à la recherche du MDEIE.

Les projets visés par cette ronde, au nombre de quatorze, seront réalisés de façon collaborative par des universités québécoises et des entreprises privées dans les domaines de la microélectronique, de la photonique et des télécommunications. La ronde de projets, qui se terminera en 2008, a trait aux réseaux actifs omniprésents et aux technologies habilitantes, aux technologies et aux réseaux de photoniques, ainsi qu’à la vidéo numérique.

Contribution à multiples niveaux

Selon le communiqué publié par le MDEIE lors de l’annonce de la subvention, PROMPT-Québec octroierait 1,8 million $ en financement aux projets de cette nouvelle ronde, alors que les partenaires provenant du secteur privé y investiraient l’équivalent de 3,6 millions $.

Toujours selon le communiqué du Ministère, l’ajout d’une subvention accordée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du gouvernement du Canada (CRSNG), « la valeur du financement des projets s’élèvera à plus de 6 millions $ ». En avril dernier, lors de l’annonce initiale de la ronde de projets 2006-2008, PROMPT-Québec indiquait dans son communiqué que « la valeur financière des projets d’envergure 2006-2008 s’élèvera à plus de 7 millions $, le CRSNG permettant également au palier fédéral un appariement des contributions industrielles. »

Charles Despins, le président directeur général de PROMPT-Québec, qui confirme que les sommes provenant du secteur privé et de son organisme sont définies et engagées pour les deux prochaines années, précise l’implication des contributeurs au financement des projets de recherche.

« Nous apparions la contribution en espèces des entreprises, qui contribue également en nature, soit avec un salarié qui travaille à temps plein ou partiel sur le projet, ou bien la fourniture d’équipement ou de logiciel. En général, les contributions en nature sont moitié-moitié en équipement et en main-d’œuvre. L’équipement est ensuite mis à la disposition du milieu universitaire qui peut en faire usage. »

« Certaines sommes du fédéral sont définies, alors que d’autres sont en cours et devraient être [confirmées] dans environ deux mois, a-t-il expliqué. En général, les critères pour ces sommes au fédéral sont relativement aisés à obtenir pour les chercheurs, le critère fondamental étant l’engagement financier des entreprises et une évaluation favorable du projet. Notre évaluation du projet rend le processus encore plus simple. »

Évaluations en cours

Au Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du gouvernement du Canada, Michael Dwyer, agent des relations avec les médias et des affaires publiques, a expliqué que la contribution de l’organisme fédéral aux projets équivaudrait à celle du secteur privé, dollar pour dollar. Il a toutefois précisé que cette contribution, effectuée par le biais du Programme de subventions de recherche et développement coopérative (RDC) ne prenait pas la forme d’une somme globale, mais plutôt d’une contribution à certains projets sélectionnés. La somme mentionnée dans le communiqué du MDEIE constituerait une « anticipation » des subventions.

« Nous avons accordé des subventions dans trois cas pour un montant total d’environ 646 000 $ pour la période 2005 à 2008. Ce n’est pas une subvention automatique, tout dépend des demandes. Les demandes sont évaluées par nos comités de pair, et si la demande semble offrir de beaux avantages pour de la bonne recherche, il y a une forte possibilité que le projet reçoive de l’argent », a indiqué M. Dwyer.

Le porte-parole a ajouté que le programme continuait et que de nouvelles subventions étaient accordées de temps en temps, indépendamment de l’annonce de la ronde par PROMPT-Québec. Selon ses données, une vingtaine de projets, où toutes les conditions préalables ont été satisfaites et qui auraient commencé à recevoir des sommes de la part du secteur privé, faisaient l’objet de discussions en ce moment auprès du CRSNG. Il a ajouté qu’un outil de recherche d’octrois de subventions était disponible sur le réseau Internet.

Prompt-Québec, qui a été fondé en 2003 par l’École Polytechnique, l’École de technologie supérieure, l’Institut national de la recherche scientifique, l’Université McGill et l’Université de Sherbrooke, compte aujourd’hui dix universités membres. Outre neuf entreprises privées qui y contribuent à titre de membres industriels, cinq centres de recherche « non universitaires » participent à sa gouvernance, alors que quatre professeurs universitaires contribuent également à définir les orientations de l’organisme à titre de conseillers scientifiques.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+