D’un bureau à la maison au sommet des marchés mondiaux


André Ouellet - 08/06/2007

Germain Lamonde, président du conseil d’administration et pdg de la société Exfo Ingénierie électro-optique, est la personnalité du mois d’avril 2007 en TI au Québec.

En 1985, alors qu’il est étudiant à la maîtrise, Germain Lamonde investit une centaine de dollars afin de lancer sa propre affaire. Initiative modeste, mais qui marquait le point de départ d’une carrière où il allait devenir président-directeur général d’un chef de file mondial des tests et des mesures dans le secteur des télécommunications. Seul employé de la nouvelle entreprise, travaillant depuis son appartement, il posait ainsi le premier jalon dans la conquête des marchés de quelque cent pays.

L’entreprise ainsi fondée s’appelle Exfo Ingénierie électro-optique. Ses résultats du deuxième trimestre de 2007, publiés en avril dernier, font état d’une augmentation des ventes de 17,1 % par rapport à la même période l’année précédente, et d’une hausse de 96,5 % du bénéfice net. En 2006, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 125 millions de dollars américains, en voie de passer à 150 millions en 2007. Au cours des trois dernières années, sa croissance s’est élevée à 27,5 % en moyenne, et à 21 % depuis dix ans. Cela représente un rendement de deux à trois fois supérieur à celui de l’industrie en général, indique Germain Lamonde, aujourd’hui président du conseil d’administration et pdg de l’entreprise.

Que de chemin parcouru depuis les humbles débuts de l’organisation. Exfo offre des solutions de test et des systèmes de surveillance aux opérateurs de réseaux de télécommunications, tels Bell et Vidéotron, et aux fabricants de systèmes de communication, comme Cisco, Alcatel et Lucent. À l’échelle mondiale, elle se classe au tout premier rang du secteur des instruments de tests pour fibres optiques, détenant 30 % de ce marché, précise son pdg.

L’organisation a établi son siège social à Québec. Elle compte environ 1 000 employés, répartis dans 15 pays, ainsi qu’un réseau de partenaires partout dans le monde. Trois cents personnes sont affectées à la R-D, secteur où elle investit quelque trente millions de dollars par année. Faisant dans la très haute technologie, elle offre aussi des solutions de polymérisation, de microscopie et de nanopositionnement aux entreprises des sciences de la vie. L’exportation génère 95 % de son chiffre d’affaires – plus de 50 % dans les Amériques, près de 30 % en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, le reste en Asie. Les exportations d’Exfo atteignent une valeur de plus d’un milliard de dollars depuis sa fondation.

Génie et affaires

Germain Lamonde s’étend volontiers sur les succès de son entreprise, mais est beaucoup moins enclin à le faire quand il s’agit de lui-même. La réussite personnelle semble peser bien peu dans la balance. C’est l’organisation qui prime. Né à Montmagny, il a étudié au Cégep de La Pocatière puis, de 1980 à 1986, fait un baccalauréat en génie physique à l’École Polytechnique de Montréal et une maîtrise en optique à l’Université Laval. Il travaille à temps plein en tant qu’ingénieur pendant 18 mois alors qu’il est étudiant à la maîtrise. Hormis ses emplois d’été, ce sera la seule expérience de travail qu’il acquerra préalablement à la création de son entreprise.

Son idée était faite depuis longtemps. S’il se passionne pour les sciences dès l’enfance, il rêve aussi de démarrer sa propre organisation. Le sens des affaires qui l’anime était-il inné? Probablement, répond-il. À tout le moins, il en faut une bonne dose pour mener une entreprise comme il a su le faire.

L’impressionnante ascension d’Exfo, il l’attribue essentiellement à deux facteurs. Le premier consiste à connaître et à comprendre le marché à fond, de manière à prévoir son évolution longtemps à l’avance et à innover. « Il ne s’agit pas d’innover pour la valeur scientifique que cela représente, dit-il, mais bien pour conférer une valeur ajoutée au client. » Deuxièmement, il faut accorder une attention particulière à la qualité de l’exécution et offrir un service hors pair. Pour ce faire, il importe de recruter une main-d’œuvre hautement compétente et de la former.

La recette a été saluée par de nombreuses organisations qui, au fil des ans, ont octroyé prix et honneurs à Exfo – notamment le Mercure de la PME de l’année, en 1994, et le prix du meilleur produit remis par l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE) l’année suivante. Exfo s’est classée à cinq reprises parmi les 50 sociétés privées les mieux gérées au Canada.

Sur le plan personnel, Germain Lamonde a acquis une notoriété dans le milieu des affaires, ayant siégé au conseil de plusieurs sociétés, dont l’Institut canadien pour les innovations en photonique et l’Institut national d’optique. Il a aussi été président d’honneur du Mouvement Qualité Québec, entre autres distinctions.

Il entrevoit l’avenir de l’organisation avec optimisme, évoquant à cet égard l’élan qui la porte et sa santé financière, Exfo n’ayant aucune dette et comptant une réserve de 115 millions de dollars.

Le choix de la Personnalité du mois en TI au Québec est le fruit d’une collaboration entre la Fédération de l’informatique du Québec, Direction informatique et de nombreux partenaires.