Eidos-Montréal : prêt pour l’attaque!


Alain Beaulieu - 30/11/2007

Le studio montréalais de l’éditeur de jeux britannique est maintenant opérationnel. Première mission : recruter des développeurs.

L’éditeur de jeux vidéo Eidos Interactive a procédé à l’ouverture officielle de son studio de développement montréalais Eidos-Montréal cette semaine, soit dix mois après qu’il ait annoncé son intention de le faire. Précisons, toutefois, que l’entreprise occupe les locaux présentés aux médias depuis quelques semaines déjà.

« Montréal est l’endroit idéal pour établir un nouveau studio en raison de sa communauté de développement de jeux florissante et de son économie des plus favorables », avait alors affirmé Bill Ennis, directeur commercial chez Eidos Interactive. Auxquels arguments, le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, Raymond Bachand, avait ajouté : « Notre main-d’œuvre qualifiée, nos coûts d’opération compétitifs et le soutien de notre gouvernement a permis au Québec de devenir le leader dans le secteur au Canada et d’attirer des joueurs clés de l’industrie comme Eidos. »

Situé au centre-ville, le studio de 40 000 pieds carrés d’Eidos-Montréal pourra accueillir jusqu’à 350 employés, au terme de sa troisième phase de développement, qui ira de septembre 2009 à août 2010. Débutée en septembre dernier, la première phase se terminera en août 2008, avec un objectif de 140 employés, alors que la deuxième phase prendra fin en août 2009, avec une cible de 250 employés.

Passablement désert, les bureaux inoccupés étant légion au moment de la visite, le centre n’emploie actuellement que 75 développeurs, testeurs, cadres et gestionnaires. Mais l’entreprise prévoit rapidement remédier à la situation, alors qu’elle déploie une stratégie agressive de recrutement et qu’elle prévoit tenir une journée “portes ouvertes” le 1er décembre pour intéresser les artisans du secteur.

« Notre cible pour la fin de l’année est de 100 employés, a précisé le directeur général d’Eidos-Montréal, Stéphane D’Astous. Pour atteindre cet objectif, on compte beaucoup sur la journée portes ouvertes. […] Nous offrons à notre personnel autre chose que le milieu de travail traditionnel d’un ‘grand studio’. Dans nos bureaux de Montréal, les employés œuvrent dans une atmosphère exclusive, amusante et détendue, dans laquelle ils peuvent réaliser leur plein potentiel et repousser les frontières du développement de jeux. Nous voulons inviter les gens à constater par eux-mêmes pourquoi Eidos-Montréal est un lieu de travail aussi agréable. »

L’entreprise mise aussi sur son nouveau site Web, dévoilé par la même occasion et dont une section est consacrée à l’embauche, pour satisfaire ses ambitions de recrutement. La réalisation du site, qui propose du contenu vidéo et donne accès à un forum, a été assurée par l’agence montréalaise multiple-media.com. « Avec 350 employés, Montréal sera notre plus important studio au monde », a confié Rob Murphy, directeur général des studios chez Eidos. L’entreprise a plusieurs studios en Europe et aux États-Unis.

Jeux AAA pour consoles de nouvelle génération

Le studio de Montréal concentrera plus spécifiquement ses efforts sur les jeux de première qualité (AAA) pour consoles de nouvelle génération. En outre, l’équipe privilégiera les projets de moins de 24 mois. Le premier titre sur lequel tablent en ce moment les développeurs du centre est Deus Ex 3. Le centre prendra également sous son aile les prochains titres de la même franchise.

« Deus Ex est l’une de nos meilleures franchises, souvent citée comme l’un des meilleurs jeux pour PC de tous les temps, a indiqué Rob Murphy. En développant ce jeu dans notre nouveau studio d’avant-garde de Montréal, nous avons une opportunité de vraiment surpasser les attentes en ce qui concerne Deus Ex 3. » « À ce moment-ci, on ne peut avancer une date précise pour la sortie du jeu, mais on est en avance sur l’échéancier », a ajouté Stéphane D’Astous.

Pour mener à terme ses projets, le studio bénéficie d’une infrastructure technologique ultramoderne. Chaque ordinateur et console utilisés au centre a accès à une bande passante d’un gigaoctet. La salle de serveurs comprend seize appareils, dotés chacun d’une bande passante de 4 gigaoctets, alors que le câblage réseau déployé durant la première phase couvre une distance totale de 40 km. Le réseau fédérateur (backbone) peut, en outre, allouer jusqu’à 1,1 téraoctet de bande passante à tout moment, alors que l’espace disque totalise 8 téraoctets.

Aussi, les employés du centre ont recours à un système de téléphonie Internet, relié aux autres studios de l’entreprise. De plus, l’entreprise a mis en place des écrans muraux de haute définition (HD) de 133 pouces, accompagnés d’un système de son Dolby 7.1, pour mettre à l’essai des jeux de prochaine génération. D’ailleurs, le centre a aussi pour mandat de tester des jeux créés par d’autres éditeurs, ce qui constitue une source de revenus additionnels.

Outre Deus Ex, le catalogue d’Eidos Interactive comprend les franchises Tomb Raider, Hitman, Championship Manager, Carmageddon, Just Cause, Thief, Battlestations, Pony Friends et Kane & Lynch.

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: Les TI… C. A. sert à quoi? Eidos-Montréal : prêt pour l’attaque! Semaine chargée dans l’industrie des TI Vers une sécurité plus hygiénique Le bruit dans la communication numérique




Tags: , ,