Gains, pertes et espoirs pour BCE et Telus en 2008


Jean-François Ferland - 17/02/2009

BCE – qui détient Bell Canada – et Telus ont récemment dévoilé leurs résultats financiers pour l’année 2008. Bien que leurs données financières et leurs faits saillants soient divergents, les deux grands joueurs de l’industrie des télécommunications sont confrontés à des défis communs.

BCE : perte trimestrielle, bénéfice annuel

BCE, l’entreprise mère qui chapeaute Bell Canada, rapporte des revenus de 4,4 G$ pour le dernier trimestre de son année financière 2008, en recul de 30 M$ en comparaison avec le dernier trimestre de l’année financière 2007.

Les dépenses d’amortissement ont augmenté, tout comme les frais de restructuration (207 M$ contre 146 M$), ce qui porte le bénéfice d’exploitation à 663 M$, en recul de 11,1 % d’année en année.

L’écart annuel le plus considérable se situe dans une catégorie qui fait état de charges « autres » de 281 M$ pour le trimestre complété. Au quatrième trimestre financier de 2007, on faisait état de produits « autres » de 2,29 G$, alors que la vente de Telesat avait engendré un apport inhabituel de revenus. Cette vente, d’ailleurs, avait permis à BCE de rapporter un bénéfice net de 2,3 G$ pour le dernier trimestre de 2007.

Or, le dernier trimestre de 2008 s’est soldé par une perte nette de 18 M$. Bien que la comparaison d’année en année soit inappropriée, compte tenu de la vente de Telesat douze mois plus tôt, BCE s’est néanmoins abstenue d’inclure cette information dans le résumé de son bilan trimestriel. Ladite donnée était incluse dans un document d’information supplémentaire.

En ajoutant une charge de 30 M$ en raison de dividendes pour les actions privilégiées, le trimestre de BCE se termine avec une perte nette de 48 M$ attribuable aux actions ordinaires.

Données annuelles

Pour l’année 2008, BCE rapporte des revenus de 17,6 G$, en recul de 0,3 % d’année en année. Les frais de restructuration de 871 M$, en hausse de 540 M$ d’année en année, ont contribué à réduire de 17,7 % le bénéfice d’exploitation qui s’est établi à plus de 2,8 G$.

Le bénéfice net de BCE pour l’année financière 2008 est de 943 M$, mais une charge liée aux dividendes sur actions privilégiées ramène le bénéfice net attribuable aux actions ordinaires à 819 M$.

Pour 2009, BCE s’est donné cinq priorités : améliorer le service à la clientèle, intensifier sa présence dans le secteur sans-fil, tirer un « meilleur parti » du secteur filaire, investir dans les réseaux et les services à large bande et se doter d’une structure de coûts concurrentielle.

L’année 2008, évidemment, aura été caractérisée par l’avortement de la transaction d’acquisition qui aurait fait passer l’entreprise sous le contrôle d’un consortium canado-américain d’investisseurs. Ainsi, l’entreprise aurait cessé d’être cotée en bourse et n’aurait plus eu à dévoiler ses résultats financiers.

Bell Canada : les tendances se maintiennent

Pour l’entité Bell Canada, les revenus au quatrième trimestre ont été de 3,8 G$, soit 0,2 % de mieux que le trimestre correspondant de l’année précédente.

Les revenus associés aux services sur fil ont été de 2,726 G$, soit 0,7 % de moins d’année en année. L’entreprise a perdu 72 000 clients résidentiels lors de ce trimestre, alors qu’elle en avait perdu 117 000 douze mois plus tôt. Aussi, Bell a perdu 28 000 clients d’affaires, contre 80 000 au dernier trimestre de 2007.

Pour l’année 2008 au complet, les revenus des services filaires ont rapporté 10,6 G$, en recul de 0,7 % d’année en année. L’entreprise a perdu 423 000 clients résidentiels et commerciaux en téléphonie filaire en 2008, alors qu’elle en avait perdu 511 000 en 2007.

Notons qu’au premier trimestre de 2008, Bell a réduit de 44 000 le nombre de lignes téléphoniques résidentielles à la suite d’une révision exhaustive des registres de comptes clients, et qu’elle a radié 273 000 lignes commerciales en raison du départ d’un client de services en gros.

Hausses et baisses

Également, malgré le recul des revenus émanant des services locaux, des services d’accès et des services interurbains en téléphonie filaire, soulignons la croissance des revenus associés aux services de données de 5,3 % au quatrième trimestre et de 4,1 % en 2008.

Les revenus provenant des services vidéo ont également progressé de 6,8 % au dernier trimestre et de 10,1 % en 2008.

Toutefois, en 2008, la vente d’équipements a produit moins de revenus, les 50 000 activations nettes au service d’accès Internet haute vitesse constituent une baisse de 59 % d’année en année et les minutes de conversation en interurbain ont reculé de 5,8 %.

Données encourageantes en sans-fil

Dans le marché du sans fil, les revenus du quatrième trimestre sont de 1,1 G$, en hausse de 2,3 % d’année en année. Les revenus associés aux services ont progressé de 5,4 %.

Toutefois, les revenus émanant de la vente de produits ont diminué de 17,9 %. La concurrence élevée dans le marché de la téléphonie mobile et le ralentissement économique auraient contribué à cette diminution.

Les revenus annuels de ce segment d’affaires sont de 4,4 G$, en croissance de 7,6 % en comparaison avec 2007.

Investissements sans fil

En 2008, Bell a consacré 854 M$ à ses dépenses en immobilisations au dernier trimestre, notamment pour étendre la portée de son réseau de fibre optique dans les voisinages et pour améliorer son réseau sans fil.

Au troisième trimestre, Bell Canada a déboursé 741 M$ pour obtenir une portion de spectre sans fil lors d’une enchère tenue par Industrie Canada au cours de l’Année.

Telus : fluctuations et acquisition

Chez Telus , qui est présente dans l’ensemble du territoire canadien, dont le Québec, les revenus du quatrième trimestre de l’année 2008 sont de 2,45 G$, en croissance de 5 % d’année en année. Toutefois, le bénéfice net de 285 M$ est en recul de 29 % en comparaison avec le bénéfice net de 400 M$ du dernier trimestre de l’année financière 2007.

Des coûts de restructuration et des dépenses en immobilisation, notamment pour entamer des contrats de réseaux de données gérés et pour amorcer la construction d’un réseau sans fil de prochaine génération dans l’Ouest canadien – en coentreprise avec Bell Canada – ont contribué à la réduction du bénéfice net.

Les services sans fil représentent environ la moitié des revenus trimestriels de Telus, soit 1,2 G$, en croissance de 6,9 % d’année en année. L’entreprise a obtenu un ajout net de 148 000 nouveaux abonnés, ce qui constitue toutefois une baisse de 8,6 % en comparaison avec le trimestre équivalent de l’année financière 2007.

La croissance nette du nombre d’abonnés a eu lieu dans le créneau des services prépayés, avec 119 000 nouveaux abonnés, soit 11 % de plus que douze mois plus tôt. Les 29 000 nouveaux abonnés aux services postpayés représentent une diminution de 47 % de la croissance en rapport à l’ajout net du dernier trimestre de 2007.

Pour le service filaire, les revenus trimestriels de 1,27 G$ constituent une hausse de 3,9 % d’année en année. Toutefois, comme c’est le cas chez BCE et sa division Bell Canada, les revenus associés aux services locaux et interurbains sont à la baisse, tandis que ceux qui sont associés à la transmission de données – dont les services d’accès à Internet – sont à la hausse. Les revenus de transmission de données qui émanent de l’acquisition de l’entreprise Emergis en 2007 ont aussi eu une incidence favorable.

Toutefois, l’ajout net de 19 000 abonnés au service Internet haute vitesse représente une diminution de 27 % de la croissance, en comparaison avec le dernier trimestre de 2007.

Données 2008

Pour l’année 2008 au complet, Telus rapporte des revenus de 9,6 G$, alors que les revenus du quatrième trimestre de 2007 étaient de 9 G$. La hausse des coûts d’exploitation, des frais de restructuration et des amortissements ainsi que des impôts sur les bénéfices élevés ont porté le bénéfice net à 1,1 G$, contre 1,2 G$ douze mois plus tôt.

Les services filaires ont rapporté 5,1 G$ en 2008, contre 4,9 G$ en 2007. Les services sans fil ont rapporté 4,6 G$ en 2008, contre 4,2 G$ en 2007. Les revenus de 690 M$ associés à transmission de données sans fil en 2008 sont en hausse de 55 % sur douze mois, en raison de l’utilisation accrue de la messagerie texte, des téléphones évolués et de services en itinérance par les abonnés.

Au terme de l’année 2008, Telus, comptait 6,13 millions d’abonnés à ses services sans fil, en hausse de 10 % d’année en année, 1,2 million d’abonnés à Internet haute vitesse, en hausse de 3,8 % sur douze mois et 4,25 millions d’abonnés au service téléphonique résidentiel et commerciale, en déclin de 3,6 % d’année en année.

Emphase sur le sans-fil

Au cours de la dernière année, Telus a payé 882 M$ pour l’obtention de nouvelles licences de spectre sans fil, dans le cadre de l’enchère d’Industrie Canada.

Également, l’entreprise a mis en marché la marque de services téléphoniques mobiles à rabais Koodo.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+