Gestion, mesure et communication sous la loupe des analystes


Jean-François Ferland - 04/04/2007

Gartner observe le marché des suites de gestion des processus d’affaires, JupiterResearch note des carences dans la mesure des envois par courriel en marketing et Frost & Sullivan s’attarde au créneau de la vidéoconférence.

Progression attendue des suites de gestion des processus d’affaires

Gartner estime que les revenus annuels du marché des suites logicielles de gestion des processus d’affaires passeront de 1 milliard $US en 2007 à 2,6 milliards $US en 2011. Ce marché bénéficiera d’une croissance annuelle composée de 24 % de 2006 à 2011, ce qui en fera l’un des marchés du logiciel à la croissance la plus rapide. De l’avis de la firme, la progression du rôle de l’Internet, l’importance accrue apportée envers les consommateurs et la mondialisation auront un impact direct sur la progression de ce marché.

La firme note que la gestion des processus d’affaires a évolué au cours des dernières années pour devenir une discipline de gestion où les processus d’affaires sont vus comme des actifs qui sont conçus, utilisés et réutilisés afin d’améliorer les performances d’exploitation et l’agilité commerciale. Également, les systèmes de gestion qui étaient orientés vers des flux de travail de personne à personne, ou de système à système, sont remplacés par des suites de gestion qui couvrent tout le cycle de vie d’un processus en entier.

Gartner s’attend à ce que la demande pour les suites de gestion des processus d’affaires s’accélère au cours de l’année 2007, alors que les organisations combineront leurs dépenses pour les architectures orientées services à celles pour les programmes de gestion des processus d’affaires. Le marché pourrait atteindre un sommet en 2008, grâce à une croissance de marché de 26 % en rapport à 2007.

L’année 2007 pourrait également constituer un moment décisif pour des fournisseurs de suites, alors qu’ils feront l’objet d’acquisitions par des fournisseurs de plates-formes ou d’applications qui souhaiteront entrer dans ce marché.

Faible utilisation des indicateurs pour le marketing par courriel

Selon une étude de JupiterResearch, 45 % des mercaticiens par courrier électronique qui ont été interrogés se sont dits satisfaits ou très satisfaits de la méthodologie qui est utilisée pour la mesure de l’efficacité des campagnes par les fournisseurs de services d’envois de courriels. Toutefois, la firme note l’absence d’une méthodologie standardisée parmi ces fournisseurs de services.

La firme de recherche souligne le faible niveau d’adoption de mesures d’agrégation qui sont fondées sur les engagements, soit l’obtention de données d’audience détaillées à propos d’un envoi à une liste ou à des abonnés, ou qui sont fondées sur des baromètres, soit l’obtention de données à propos de la performance d’un envoi individuel. Ainsi, peu d’attention serait apportée envers l’emploi d’indicateurs clés de performance. La firme considère que les associations industrielles de marketing devront s’entendre sur la façon de calculer les mesures reliées aux envois par courriel.

JupiterResearch remarque que les mercaticiens en commerce auprès du grand public sont un peu plus enclins à utiliser les mesures fondées sur des baromètres que leurs collègues spécialisés en marketing interentreprises. La firme constate néanmoins que les deux types de mercaticiens utilisent peu les mesures, même à une échelle macro, pour vérifier l’efficacité de leurs envois, alors qu’ils préfèrent encore se fier au taux de livraison des courriels.

La vidéoconférence se fait davantage voir

Selon la firme Frost & Sullivan, le marché des systèmes d’infrastructures de vidéoconférence a généré des revenus de 240,9 millions $US à l’échelle mondiale en 2006. Ce marché a ainsi bénéficié d’une croissance de 20,1 % en comparaison avec les revenus de l’année 2005.

Un climat corporatif propice aux dépenses ainsi que les nouvelles générations des systèmes de vidéoconférence, notamment les systèmes fondés sur le protocole IP et les systèmes à haute définition, auraient incité des organisations à faire des investissements initiaux ou des mises à niveau pour ce genre d’infrastructure.

L’analyste Roopam Jain note que la tendance vers les communications unifiées ouvrira pour la vidéoconférence les portes vers de nouvelles applications d’affaires et accélérera le recours à la vidéo comme partie intégrante d’une suite de produits de communications élargie. L’enjeu des fournisseurs de solutions sera d’inciter les décideurs des organisations à prioriser les investissements en vidéoconférence.




Tags: , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+