Groupe TMX ferme le centre de données de Montréal


Alain Beaulieu - 05/11/2008

Le processus d’intégration des bourses de Montréal et de Toronto entraînera la fermeture du centre de données de Montréal. En tenant compte de l’ensemble du processus de rationalisation, 85 personnes seront licenciées.

Six mois après avoir complété la fusion de la Bourse de Montréal avec celle de Toronto, Groupe TMX, l’organisme chargé de la gestion de la nouvelle entité boursière, donne le coup d’envoi au processus d’intégration de l’infrastructure technologique de deux bourses. Le projet, qui vise à concrétiser les avantages découlant de la fusion des deux bourses, prévoit également le rehaussement de la plateforme SOLA, qui dessert à la fois la Bourse de Montréal et la Boston Options Exchange (BOX) dont elle gère les activités, et le développement de nouvelles applications pour supporter les nouveaux produits et services qu’entend proposer prochainement Groupe TMX.

Groupe TMX est né de la fusion de la Bourse de Montréal et de Groupe TSX, qui gérait les activités de la Bourse de Toronto. On se rappellera que la fusion des deux bourses, annoncée en décembre 2007, avait pour objectif d’accroître l’efficience des deux places boursières par la réalisation de synergies et d’économies d’échelle. La nouvelle entité donne accès à l’ensemble des marchés des valeurs mobilières et de l’énergie du Canada. Groupe TMX, dont le siège social est à Toronto, a des bureaux à Montréal, Calgary et Vancouver.

Le projet d’intégration technologique prévoit notamment la fusion des centres de données des deux bourses au centre de données de la Bourse de Toronto qui est localisé à Markham en banlieue de Toronto. Par conséquent, le centre de données de la Bourse de Montréal sera fermé et l’ensemble du trafic sera réorienté vers le centre de Toronto.

La fermeture du centre de données de Montréal entraînera, en considérant l’ensemble du processus de rationalisation, le licenciement de 85 personnes, soit 10 % des effectifs de l’organisation, sur une période de 14 mois et une réduction totale des frais d’exploitation de 25 millions $ par année. La fusion des deux centres de données permettra aux clients de consolider leurs réseaux de connectivité et d’être cohébergés en un seul site.

« Les réductions d’emplois font partie du processus d’intégration que nous avons mis en place suite à la fusion des deux bourses, d’expliquer Jean-Charles Robillard, le directeur des communications du Groupe TMX. Les postes abolis proviennent du centre de données et de la consolidation des emplois au niveau corporatif, qui permet d’éliminer les postes redondants. […] Le centre de Markham peut prendre de la capacité supplémentaire sans qu’on ait besoin d’ajouter des ressources. C’est plus efficace d’avoir un seul centre pour les clients, qui souvent transigent à la fois à Toronto et à Montréal, puisque ça leur permet de se connecter à un seul endroit. Ça permet aussi de sauver des coûts en colocation. »

Nouveaux produits, nouvelles ressources

Les nouveaux produits et services qu’entend proposer prochainement Groupe TMX, qui nécessiteront une mise à niveau de la plateforme SOLA, comprennent des contrats à terme basés sur l’indice canadien de volatilité et des minicontrats à terme sur indices boursiers, ainsi que l’expansion des activités de compensation des produits dérivés hors cotes qui sont la spécialité de la Bourse de Montréal. Grâce à ces nouveaux produits, l’organisation prévoit pouvoir augmenter ses revenus de 10 millions $ par année. Considérant les économies annuelles découlant du processus de rationalisation, cela représente un gain total de l’ordre de 35 millions $.

« Les développements [informatiques] futurs font partie de la stratégie du Groupe TMX, qui est de miser sur le développement accéléré des produits dérivés commercialisés, ici, à Montréal, explique M. Robillard. On veut lancer de nouveaux produits et on veut s’assurer que notre chambre de compensation, qui gère le risque associé à un portefeuille de contrats et nous permet d’offrir des services de gestion de risque, qui est très importante dans le contexte financier actuel, soit adéquatement supportée du point de vue technologique. Des plans d’affaires ont été soumis et on a choisi des projets prometteurs. […] Ça fait partie d’un processus de développement continu. »

En dépit de la réduction des effectifs découlant de la fusion des deux bourses, Groupe TMX est actuellement à la recherche d’une trentaine de ressources supplémentaires, dont la moitié en technologies de l’information, notamment des architectes de systèmes, des ingénieurs de logiciels et des analystes de systèmes. Les quinze autres employés recherchés oeuvreront au niveau de la gestion financière, de la gestion du risque et du développement des affaires.

« Le processus de recrutement est déjà amorcé, précise M. Robillard. La vitesse avec laquelle nous allons réaliser nos projets de développement dépendra de la facilité avec laquelle nous allons trouver les ressources. C’est toujours un défi de trouver des spécialistes; c’est la principale difficulté des projets que nous annonçons. […] C’est un environnement très stimulant à la Bourse de Montréal, mais c’est aussi très exigeant en termes de connaissances financières et réglementaires. »

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: L’actualité des TI en bref De nouveaux supports d’ordinateurs La sensibilisation à la sécurité de l’information : un processus continu




Tags: , , , , , , , ,