IBM dévoile ses premiers systèmes Power7


Jean-François Ferland - 10/02/2010

NEW YORK – C’est sous un soleil radieux et par un froid nordique que le fabricant IBM a dévoilé aux médias les systèmes Power7 qui sont fondés sur une nouvelle génération d’architecture informatique de haute performance.

Le vice-président directeur du groupe des systèmes et technologies chez IBM, Rod Atkins, a indiqué que cette nouvelle génération de serveurs avait été conçue pour répondre aux charges qui seraient requises dans le futur pour le traitement informatique.

Rod Atkins

Rod Atkins, vice-président directeur du groupe des systèmes et technologies chez IBM

Il a évoqué la forte croissance du nombre d’objets connectés en réseau (par exemple les téléphones mobiles et les étiquettes RFID) et l’intensification du recours aux transactions bidirectionnelles entre ces objets aux fins de contrôle, de surveillance ou d’optimisation des performances (par exemple les compteurs électriques).

« Il ne s’agit pas de l’annonce d’un nouveau processeur, mais d’un nouveau système. Cette annonce ne constitue pas une réaction, ni le fruit d’une alliance : elle est amarrée à des travaux de recherche et de développement qui sont fondés sur l’innovation et sur l’intégration », a déclaré M. Atkins, en faisant allusion aux annonces récentes de solutions du concurrent Oracle, qui est également le propriétaire des systèmes informatiques Sun.

M. Atkins a souligné à plusieurs reprises que les systèmes Power7 d’IBM permettront de réduire le coût total d’exploitation et offriront un meilleur rapport entre la performance et le prix aux organisations. « En comparaison avec les systèmes Power6, les systèmes Power7 offriront quatre fois plus d’efficacité énergétique et le double de la performance pour le même prix », a-t-il affirmé.

Capacités accrues

Les systèmes Power7, dont les premiers modèles seront livrés au printemps 2010, auront recours à des processeurs à 4, 6 ou 8 coeurs dont la cadence ira de 3 GHz à 4,14 GHz. Surtout, ils intégreront de la mémoire eDRAM de couche 3 à même le processeur, ce qui a permis de réduire de moitié la quantité de transistors requis.

Ces nouveaux systèmes utiliseront trois puces qui seront fabriquées à l’usine d’IBM de Bromont, en Estrie. Toutefois, il n’a pas été possible d’obtenir des précisions à propos de ces puces lors de la conférence de lancement des produits (NDLR plus de détails à cet effet seront disponibles dans l’édition de mars du magazine Direction informatique.)

De plus, les systèmes Power7 tireront profit d’une technologie d’optimisation dynamique de la consommation énergétique, tout comme de la fonction Active Memory Expansion qui modulera l’utilisation de la mémoire vive physique. La nouvelle génération de serveurs bénéficiera aussi d’une capacité de segmentation dynamique des processus ainsi que du mode Turbocore qui maximisera l’utilisation de la cache et de la fréquence du processeur.

L’ingénieur en chef qui est responsable du développement des systèmes Power chez IBM, Steve Fields, a souligné que la nouvelle architecture allouera l’exploitation de configurations hybrides pour mieux répartir les charges traitées par un serveur. Selon lui, cette fonction sera appréciée dans des créneaux où la performance est primordiale, comme celui des télécommunications.

IBM a souligné à maintes reprises les efforts d’intégration qui avaient été réalisés dans toutes les couches qui composent un système informatique, soit de l’application jusqu’au microprocesseur. « Au sein des groupes responsables de logiciels chez IBM, je pense que les diverses équipes ont travaillé ensemble plus que jamais, a mentionné M. Fields. Ces équipes ont toujours travaillé en proximité, mais il y a eu un effort concerté pour que les logiciels, tout comme ceux de partenaires, fonctionnement le mieux que possible sur nos systèmes ».

D’ailleurs, IBM a annoncé que plusieurs de ses logiciels avaient été optimisés en fonction des nouveaux serveurs, dont le logiciel de collaboration Lotus Domino, la plateforme de développement IBM Rational, le serveur d’applications Websphere, les outils de gestion des services Tivoli et la base de données DB2 PureScale.

Le serveur Power 750 Express

Le serveur Power 750 Express

D’autres outils, sous la bannière Systems Director, offrent des fonctions de gestion pour plusieurs aspects, dont la gestion de la virtualisation avec VMControl.

Les serveurs Power7 pourront fonctionner à l’aide des systèmes d’exploitation AIX, IBM i et Linux (Red Hat ou SUSE).

Appréciation hâtive

Le système Power7, qui a nécessité six années de travail, a fait l’objet d’essais à l’automne 2009 chez des clients qui oeuvrent dans des créneaux de marché qui sont visés par IBM, soit les bases de données et le traitement de grands volumes de transactions, l’analytique et le calcul de haute performance, les applications commerciales et les applications Web et de collaboration.

Des représentants d’eMeter, un développeur de logiciels pour les réseaux évolués de commodités (eau, électricité, gaz, etc.), de l’Université Rice une institution d’enseignement et de recherche médicale, et iSys, un intégrateur spécialisé en solutions pour places boursières, ont vanté la marge de manoeuvre et les gains en performance que leur ont procuré les serveurs Power7 qu’ils ont mis à l’essai.

Le serveur Power 780

Le serveur Power 780

« Ces nouveaux systèmes nous permettront de traiter plus rapidement des requêtes d’aide à la décision en temps réel qui contiendront un plus grand nombre de paramètres », a souligné pour sa part Mike Ruggieri, le vice président responsable de l’ingénierie chez Chordiant, un développeur de logiciels de gestion de la relation client du New Hampshire.

Nouveaux produits… sur écran

IBM a annoncé que quatre premiers modèles de serveurs Power7 seront offerts dans quelques semaines. Il s’agit du modèle Power 750 Express, qui sera optimisé pour le progiciel SAP, du modèle Power 755, qui sera destiné au calcul de haute performance, ainsi que des serveurs Power 770 et Power 780 qui pourront exploiter jusqu’à 64 coeurs de processeur.

Soulignons que ces produits ont été présentés sous la forme de photos dans un diaporama électronique. Trois grands boîtiers blancs étaient présents sur la scène où les orateurs ont prononcé leurs allocutions, mais contre toute attente, la présentation destinée aux médias s’est terminée sans que les journalistes puissent voir ce qui se cachait derrière ces boîtiers.

Il est possible que le dévoilement des produits ait été réservé à une présentation qui avait lieu en après-midi au même endroit, à l’intention des clients d’IBM…

Les frais de déplacement pour ce voyage ont été payés par IBM.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+