IBM met la main sur Cognos


Alain Beaulieu - 16/11/2007

Selon les termes d’une entente de 5 milliards $US, IBM intégrera la firme canadienne à sa division Information Management Software.

IBM a déposé une offre d’achat de 5 milliards $ US – 4,9 milliards $US net – à l’endroit de Cognos, offre qui a été acceptée à l’unanimité par les membres du conseil d’administration de l’entreprise de logiciels d’Ottawa. La transaction reste cependant à être approuvée par les actionnaires de la spécialiste des solutions de veille stratégique et de gestion de la performance et par les autorités réglementaires, ce qui devrait être complété au terme du premier trimestre de 2008. À raison de 58 $US par action, l’offre d’IBM est entièrement monétaire.

Fondée en 1969, Cognos a réalisé des ventes d’environ un milliard $US au cours des douze derniers mois. La firme emploie 4 000 personnes et dessert 25 000 clients mondialement.

À la conclusion de la transaction, Cognos sera intégrée à la division Information Management Software d’IBM. Le géant américain ne prévoit pas faire de mises à pied au sein du personnel de Cognos. L’actuel président et chef de la direction de la firme, Rob Ashe, sera promu à la tête de la division et ses produits seront intégrés à ceux d’IBM, dans le même créneau.

« Les gens vont rester où ils sont à faire ce qu’ils font, a résumé Steve Mills, vice-président senior et chef de groupe, IBM Software Group. IBM est une compagnie mondiale, avec des établissements un peu partout dans le monde, alors il n’y a aucune raison pour que déménager qui que ce soit. »

IBM prévoit, plus spécifiquement, intégrer les logiciels de Cognos à ses logiciels de bases de données et ses intergiciels et autres composants d’intégration. Comme la synergie entre les solutions des deux fournisseurs est bonne, cette intégration ne devrait pas poser de problème particulier. D’ailleurs, les outils de Cognos supportent déjà l’architecture orientée vers les services (SOA) d’IBM. Le fait que les deux firmes collaborent depuis une quinzaine d’années n’est pas étranger à cela. Cette collaboration a résulté, notamment, en la mise au point de huit solutions conjointes préintégrées. De plus, les deux fabricants partagent un même intérêt envers les architectures ouvertes supportant de multiples plateformes.

« C’est la meilleure combinaison qui peut exister pour nos deux entreprises et leurs actionnaires, a indiqué Rob Ashe. Comme il n’y a aucun chevauchement entre nos produits respectifs et qu’il n’y a aura pas lieu de rationaliser, cela nous permettra de nous concentrer sur l’innovation. […] Aussi, il y a une bonne complémentarité entre les cultures des deux entreprises qui placent l’innovation, les gens et la satisfaction de la clientèle en premier plan. »

C’est la complémentarité entre les produits des deux fabricants et leurs orientations technologiques similaires, de même que les perspectives de croissance du marché, qui ont poussé IBM à faire sa proposition. IDC prévoit d’ailleurs à ce que le marché des outils de veille stratégique atteigne 7,8 milliards $US mondialement en 2008, en hausse de 12 % par rapport à 2007, et que le marché total des produits et des services, 30,6 milliards $ US.

Information à la demande

La proposition d’IBM s’inscrit dans sa stratégie Information On Demand (information à la demande), dont les grandes lignes ont été esquissées en février 2006. S’appuyant sur des produits et des services, cette stratégie vise à faciliter l’accès à l’information, peu importe où elle se trouve dans l’organisation, en éliminant les barrières que constituent les « silos informationnels », c’est-à-dire les systèmes d’information à structure verticale. Ce faisant, les organisations seront en mesure d’accroître la valeur des informations qu’elles possèdent, d’optimiser leurs processus et de maximiser leur performance.

L’acquisition de Cognos, si elle se concrétise, constituera la 23e effectuée par IBM pour soutenir sa stratégie. On trouve, parmi les autres acquisitions, Princeton Softech (archivage de données et conformité), FileNet (gestion de contenu), Ascential Software (intégration de l’information), DataMirror (capture des données), SRD (analyse des entités), Trigo (gestion de l’information sur les produits) et DWL (gestion de l’information sur la clientèle).

De son côté, Cognos sera en mesure d’accélérer son développement sur des marchés géographiques où il est peu présent, tel qu’en Asie et dans les économies émergentes, grâce à l’infrastructure de vente mondiale d’IBM.

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: Le Web, pour maintenir l’attention et susciter l’interaction

Les impacts du taux de roulement de la main-d’oeuvre en TI L’actualité des TI en bref

Résistance au changement L’autre définition




Tags: , ,