Instinct et réaction, la recette de Garner Bornstein


André Ouellet - 19/01/2007

PERSONNALITÉ DU MOIS Garner Bornstein, chef de la direction d’Airbone Entertainment, est la personnalité du mois de novembre 2006 en TI au Québec

En octobre dernier, Airborne Entertainment s’est classée quatrième dans la compilation Deloitte 2006 Technology Fast 500, une liste des entreprises qui, à l’échelle nord-américaine, ont connu la croissance la plus rapide.

Dans un communiqué émis par Deloitte, le chef de la direction d’Airborne Entertainment, Garner Bornstein, attribue ce succès à la vision de ses dirigeants qui, dès la fondation de l’entreprise, en 2000, ont su prévoir l’essor du téléphone cellulaire en tant qu’outil personnel. Voilà le premier ingrédient de la recette de ce visionnaire : l’instinct en affaires. Lequel ne semble pas lui avoir fait défaut depuis les jours où, enfant, il revendait des bonbons achetés au dépanneur dans un stand improvisé devant la maison familiale.

Le deuxième ingrédient, compétence primordiale à ses yeux, est la capacité à réagir promptement et à s’ajuster aux changements qui, à une rapidité déconcertante, transforment le secteur des technologies. Il a fait ses preuves à cet égard aussi, lui qui a vendu son entreprise de services Web au moment où la bulle Internet était sur le point d’éclater, puis lancé Airborne Entertainment, dans un marché qui n’allait devenir prospère que quelques années plus tard.

Internet et entrepreneuriat

Né à Montréal, il y a toujours vécu. Il obtient son premier emploi chez STS Systems en 1984, après avoir décroché un baccalauréat en commerce de l’université McGill, avec majeure en systèmes d’information. À cette époque, STS est l’une des plus grandes firmes de logiciels au Canada. Garner Bornstein connaît l’entreprise, y ayant occupé un emploi d’été à deux reprises. Jusqu’en 1987, il remplit diverses fonctions au sein de cette organisation, dont celles de programmeur, d’analyste et d’architecte de système.

Il se joint ensuite à la société immobilière familiale, à titre de gestionnaire. Il y restera quelques années. Un jour de 1994, il est intrigué par une annonce publiée dans le quotidien The Gazette, invitant à faire paraître de la publicité sur Internet, dont il entend parler pour la première fois. Peu après, des étudiants de McGill lui font connaître Yahoo. Le potentiel du réseau des réseaux n’échappe pas à son flair. Il laisse les affaires familiales et, la même année, se lance dans les services d’accès à Internet. Son entreprise, Generation Net, figure parmi les cinq premières à Montréal dans ce domaine.

« Nous avons connu une croissance très rapide, explique-t-il. À notre apogée, nous avions de 30 à 40 nouveaux clients chaque jour. Nous devions acheter du nouvel équipement plus vite qu’il n’était possible. Il s’agit d’un domaine qui nécessite un financement important et, à quelques reprises, j’ai craint la faillite. »

Generation Net ajoute à son offre la création de pages Web, l’entreprise devenant l’un des principaux joueurs au pays à cet égard. Fort des succès obtenus, Garner Bornstein choisit de vendre en 1999. Il continue de diriger l’entreprise pendant un an, mais en l’absence de défi entrepreneurial, se lasse du poste.

Airborne Entertainment

En 2000, il cofonde Airborne Entertainment avec son ami de longue date Andy Nulman, ex-patron du festival Just for Laughs. À ce moment, le divertissement mobile n’existe à peu près pas, rappelle-t-il. N’empêche. Si, de son propre aveu, les deux premières années ont été difficiles, l’entreprise ne récoltant virtuellement aucun revenu, en revanche elle a enregistré une croissance trimestre après trimestre, depuis sa fondation et presque sans exception.

Considérée comme pionnière des médias mobiles, elle devient bientôt l’un des premiers joueurs de cette industrie en Amérique du Nord, comptant des clients comme Family Guy, Maxim To Go, marykateandashley, SPEED TV Mobile et NHL Mobile. Aux dires du chef de la direction, elle est l’une des seules à avoir des contrats de distribution avec l’ensemble des entreprises de télécommunications sans fil du continent, ce qui lui confère un avantage concurrentiel certain.

Sa réussite attire: le leader des services mobiles au Japon, Cybird, fait l’acquisition de 85 % des parts d’Airborne en 2005, pour la coquette somme de 110 millions de dollars. Aujourd’hui encore, l’entreprise suscite l’intérêt. Au lendemain de l’annonce de l’obtention de la quatrième position au palmarès de Deloitte, son téléphone et son système de courriel ont été pris d’assaut; des banquiers, des firmes de capital de risque et d’autres partenaires potentiels veulent s’associer à Airborne, rapporte M. Bornstein.

À la fructueuse recette qu’il a concoctée, Garner Bornstein ajoute un troisième ingrédient : la persévérance. Qui ne mène à rien, pondère-t-il, lorsque les idées poursuivies ne sont pas les bonnes. Simple question d’instinct.

Le choix de la Personnalité du mois en TI au Québec est le fruit d’une collaboration entre la Fédération de l’informatique du Québec, Direction informatique et de nombreux partenaires.




Tags: , ,