Internet : plus une question de moeurs que de nombre


Alain Beaulieu - 31/03/2006

INTERNOTE Alors que le taux de pénétration d’Internet commence à plafonner mondialement, la façon d’y accéder et l’importance qu’on lui accorde socialement évoluent.

En tant que phénomène technologique et social, Internet approche de la maturité, en termes de taux d’utilisation et de taux de pénétration dans la société et ce, à la grandeur de la planète, à quelques rares exceptions. Mais là où il y a matière à évolution, c’est surtout au niveau des modes d’accès, notamment du côté du sans fil, et de la place qu’occupe Internet dans la vie des gens. C’est du moins ce que tend à démontrer une récente étude de la firme d’analyse de marché Ipsos Insight.

Intitulée The Face of the Web 2005, l’étude d’Ipsos Insight se base sur un sondage réalisé en novembre et décembre 2005 auprès de 6 544 adultes vivant en Allemagne, au Brésil urbain, au Canada, en Chine urbaine, en Corée du Sud, aux États-Unis, en France, en Inde urbaine, au Japon, au Mexique urbain, au Royaume-Uni et en Russie urbaine.

En fait, les principales régions où il y a place à l’amélioration, quant à l’adoption de la technologie, parmi celles considérées aux fins de l’étude, sont l’Europe centrale, principalement la France et l’Allemagne, l’Europe orientale, notamment la Russie, et la Chine. Les taux d’adoption des technologies Internet dans ces régions sont encore faibles, comparativement à ceux observés en Amérique du Nord et en Asie orientale, qui dominent le palmarès, et ont montré une croissance en 2005 par rapport à 2004.

La population internaute mondiale a crû de seulement 5 % en 2005 par rapport à 2004, alors qu’en 2004, elle avait crû de 20 % par rapport à 2003. Et ce nombre ne devrait pas croître de plus de 5 % au cours des 12 prochains mois, selon Ipsos Insight, d’où la tendance au plafonnement avancé par l’étude.

En France, le taux de croissance a été de 12 points en 2005, alors qu’Internet était fréquenté au moins une fois par mois par 60 % de la population, comparativement à 48 % en 2004. Il s’agit de la plus forte croissance mesurée par la firme de recherche. En comparaison, Internet a été fréquenté au moins une fois par mois par 89 % des Japonais en 2005, ce qui constitue le plus fort taux de pénétration d’Internet au monde, suivi du Canada, où le taux était de 72 %, et des États-Unis (71 %). Dans ces deux derniers cas, les taux étaient environ les mêmes qu’en 2004.

Vive le sans fil !

Si le Canada et les États-Unis n’ont pratiquement pas affiché de croissance au chapitre du taux d’adoption d’Internet, ces deux pays sont, en revanche, les meneurs mondiaux quant à l’utilisation des communications sans fil et de la technologie Wi-Fi pour accéder à Internet. Au moins un Nord-Américain sur trois a accédé par connexion sans fil à Internet au moins une fois par mois en 2005, ce qui est beaucoup plus qu’en 2004, alors que deux Nord-Américains sur cinq, qui connaissaient la technologie Wi-Fi, y ont eu recours durant les 30 jours qui ont précédé le sondage.

« Cela prouve que les Nord-Américains se distinguent de la masse et deviennent de plus en plus des utilisateurs sophistiqués d’Internet, souligne Brian Cruikshank, vice-président senior et administrateur délégué de la pratique Technologie et communications d’Ipsos Insight. Les résultats de 2005 prouvent que mesurer la croissance d’Internet sera au cours des prochaines années moins une question de quantité d’utilisateurs que de leur capacité de faire d’Internet un mode de vie. […] Les consommateurs étendent et approfondissent leur utilisation d’Internet à un niveau que nous n’avons pas vu jusqu’à présent. […] Nous anticipons une croissance mondiale continue de l’adoption du ‘style de vie numérique’, alors que les consommateurs perçoivent dans Internet un moyen d’être toujours connectés sur le monde et entre eux. »

En outre, considérant le fort taux de pénétration de la téléphonie mobile en Europe, la firme de recherche s’attend à ce que de plus en plus d’Européens accèdent à Internet à partir de leur portable à l’avenir. L’observation est également valable pour les pays d’Asie orientale où neuf foyers sur dix ont un téléphone portable.

Signe qu’Internet fait de plus en plus partie de la vie de tous les jours, la fréquence d’utilisation augmente de par le monde. Malgré le faible taux de pénétration d’Internet en Chine, qui est de seulement 50 %, les Chinois sont, en revanche, les champions au chapitre du nombre d’heures passées sur Internet par semaine, qui était de près de 18 heures par semaine en 2005 ! En comparaison, les internautes japonais passaient quatorze heures par semaine sur Internet et les internautes canadiens, douze.