iPhone 3G : la séduction des organisations


Jean-François Ferland - 18/06/2008

Avec une plate-forme 2.0 qui sera compatible à Exchange et au modèle du pousser, ainsi qu’une emphase sur le développement interne d’applications, Apple élargit la portée du iPhone à des fins commerciales.

C’est à l’occasion de la conférence WWDC consacrée aux développeurs d’applications que le fabricant de matériel technologique Apple a dévoilé les détails de son téléphone évolué de deuxième génération, le iPhone 3G. Offert dès le 11 juillet dans 22 pays, dont le Canada, il succédera à l’appareil de première génération, dont 6 millions d’exemplaires ont été vendus à ce jour.

Le iPhone 3G sera doté de plusieurs améliorations techniques, à commencer par une compatibilité aux réseaux de téléphonie mobile de troisième génération (3G) de type GSM. Le recours à ce type de réseau offrira une largeur de bande accrue pour le transfert des données en comparaison aux réseaux EDGE. D’ailleurs, les usagers de ce téléphone pourront sélectionner à la volée lequel des deux réseaux de téléphonie mobile ils désirent utiliser. En termes de connectivité, l’appareil se branchera à des réseaux de données Wi-Fi 802.11 b/g et pourra établir des liaisons Bluetooth 2.0.

La pile au lithium-ion donnera à l’appareil une meilleure autonomie en théorie, soit 300 heures en mode veille, 10 heures de conversation par le biais du réseau EDGE, 5 heures de conversation par le biais du réseau 3G, 5 à 6 heures de navigation sur Internet, 24 heures d’écoute de fichiers audio et 7 heures de fichiers vidéo.

L’appareil est toujours doté d’un écran tactile multipoint de 3,5 pouces de diagonale qui affiche les images à une résolution de 480 X 320 pixels, tout comme d’un appareil photo numérique de 2 mégapixels. Il est aussi muni de senseurs pour détecter le niveau de la lumière ambiante, afin d’adapter la luminosité de l’écran, et pour détecter la proximité de l’oreille, afin d’éteindre l’écran et prévenir l’activation de fonctions par inadvertance. Il intègre aussi un accéléromètre, qui fait basculer et adapte automatiquement l’affichage entre le mode portrait et le mode paysage lorsque l’appareil change de position.

GPS

La fonction de positionnement global (GPS) du iPhone pourrait susciter l’intérêt de la part des utilisateurs qui envisagent l’emploi de l’appareil à des fins professionnelles.

L’écran tactile pourra afficher des cartes de Google en mode traditionnel ou en mode satellite pour identifier des points d’intérêt, des endroits identifiés par une recherche de mots-clés ou des trajets à suivre entre des points d’origine et de destination. L’emplacement de l’utilisateur peut être établi à l’aide de la fonction GPS, d’un réseau Wi-Fi ou de la méthode de triangulation des réseaux de téléphonie mobile.

De plus, les photographies qui seront prises à l’aide de la fonction d’appareil photo numérique pourront être « géoétiquettées » par l’ajout de coordonnées qui seront fournies par la fonction GPS.

À l’écoute de l’entreprise

Avant même de présenter la nouvelle mouture du téléphone évolué, le grand patron d’Apple, Steve Jobs, a fait état des ajouts de fonctions au logiciel iPhone 2.0 qui sont destinées aux entreprises.

L’ajoute le plus important est sans doute le soutien de la technologie Exchange ActiveSync de Microsoft, fondée sur le modèle du pousser (push), qui permettra aux utilisateurs d’accéder aux fonctions de la plate-forme commerciale de communications Exchange pour synchroniser les courriels, le carnet d’adresses et l’agenda de l’appareil avec ceux qui sont fournis par l’organisation de l’utilisateur.

La version 2.0 du logiciel de l’iPhone inclura le soutien de la norme de carnet d’adresses GAL (Global Address List), tout comme l’authentification et l’accès sécurisé au réseau d’entreprise par le biais des protocoles WPA, WPA2 Enterprise et 802.1X ainsi que plusieurs protocoles de réseaux privés virtuels, dont IPSec de Cisco. Les administrateurs pourront appliquer des politiques commerciales renforcées, contrôler la configuration de l’appareil et même en effacer le contenu à distance.

Les utilitaires intégrés à l’iPhone offriront des fonctions adaptées aux besoins des utilisateurs professionnels, comme le soutien intégré des fuseaux horaires dans Calendrier, l’intégration du fureteur, de la cartographie en ligne et de la messagerie texte dans Contacts, l’identification de priorités des messages dans Messagerie vocale visuelle, ou bien la fusion et le basculement des appels téléphoniques.

Par ailleurs, à l’intention des individus, Apple a annoncé le remplacement du service en ligne .Mac par le service MobileMe, qui offrira notamment une intégration des contenus qui proviennent d’applications courantes sur PC et sur Mac, comme les contacts, les courriels, l’agenda, les photos et les fichiers de données. Le changement de nom vise notamment l’élargissement du service aux utilisateurs de l’iPhone qui ont recours à la plate-forme informatique PC.

Développement logiciel amélioré

Apple a également lancé une nouvelle version de la trousse de développement logiciel qui est destinée à la création d’applications de l’iPhone, dont certains éléments sont susceptibles d’intéresser les organisations.

Cette trousse est fondée sur des interfaces de programmation comme Cocoa Touch, Media, Core Services et Core OS et sur des outils comme xCode, Interface Builder et Instruments, en plus d’un simulateur iPhone. Elle permettra aux développeurs de construire des applications par le glissement et la combinaison d’éléments d’interface, tout comme de tirer profit de logiciels et de fonctions de l’appareil, comme l’accéléromètre ou les puces GPS.

Les applications qui seront destinées à une utilisation gratuite ou payante par le grand public ou des organisations commerciales ne pourront être vendues en ligne que par le biais de la boutique en ligne App Store d’Apple, dont une version pour le Canada français est déjà activée. Toutefois, les organisations qui voudront développer des applications destinées à une utilisation interne pourront les distribuer par le biais de leur intranet.

Deux programmes sont offerts à l’attention des développeurs, l’un à 99 $ US pour les applications grand public et l’autre à 299 $ US pour les applications internes. Il est à noter que la trousse de développement, qui est disponible gratuitement, et les programmes de développement sont encore en version bêta et ne sont accessibles qu’à un nombre limité d’utilisateurs.

Bientôt

Le iPhone 3G sera disponible dès le 11 juillet au Canada dans les boutiques du fournisseur de services de télécommunications avec qui Apple a établi une entente de commercialisation, soit Rogers, qui est la seule entreprise à exploiter un réseau de téléphonie mobile qui soit compatible avec l’appareil. L’appareil sera donc offert dans les boutiques Rogers et Fido.

Le nouveau iPhone sera disponible en versions dotées de 8 Go ou de 16 Go de mémoire, avec un boîtier noir ou blanc. Le prix de détail suggéré des appareils sera moins élevé que pour le iPhone original, soit 199 $ US pour la version de 8 Go et 299 $ US pour la version de 16 Go.

Apple Canada n’a pas encore précisé quels seront les prix de détail du iPhone au Canada, tout comme Rogers n’a pas dévoilé les prix des forfaits de données qui seront offerts pour l’appareil. Souhaitons que les fournisseurs alignent leurs tarifs avec ceux qui sont en vigueur aux États-Unis…

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: Collection de logiciels pour traiter vos fichiers Un petit ménage de l’ordinateur avant les vacances Nouvelles versions, nouvelles initiatives et nouveaux équipements AutoCAD 2009 : la convivialité d’abord




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+