La sécurité sous plusieurs angles


Jean-François Ferland - 18/04/2007

IDC s’intéresse au marché des logiciels de sécurité sur les appareils mobiles et au ralentissement de la croissance du courriel. Frost & Sullivan, pour sa part, porte son attention vers le marché nord-américain de la continuité et de la reprise après sinistre.

Les logiciels de sécurité à la rescousse des appareils mobiles

IDC évalue que le marché des logiciels de sécurité des appareils mobiles, comme les assistants numériques, les téléphones cellulaires et les ordinateurs portatifs, génère en ce moment des revenus de 200 M $US en termes de frais de licence et d’entretien.

La firme américaine croit que la popularité des appareils portatifs et l’accès omniprésent aux réseaux sans fil nécessiteront de nouvelles mesures de sécurité. Ainsi, la sécurisation des contenus et des fonctionnalités de gestion des menaces comme un pare-feu, un réseau privé virtuel et un logiciel antivirus pour les appareils mobiles pourraient ainsi gagner en popularité auprès des organisations soucieuses de la sécurité.

Le courriel en voie d’être détrôné?

IDC, dans une autre étude, croit que le courriel pourrait éprouver sous peu des difficultés à demeurer en tête de la liste des moyens essentiels de la communication électronique.

Alors que près de 97 milliards de courriels seront transmis chaque jour à l’échelle planétaire en 2007, 40 milliards de ces messages seront des pourriels. IDC va même jusqu’à avancer que l’année en cours sera celle où le volume des pourriels pourrait être supérieur à celui des courriels envoyés de personne à personne.

Selon un analyste, les pourriels basés sur l’image, qui contournent les filtres, et l’usurpation d’identité de l’émetteur des courriels contribueront au « succès » des courriels inutiles sur le Web. De plus, la popularité croissante de la messagerie instantanée et de la téléphonie IP ralentira la croissance du courriel. Néanmoins, le volume des courriels d’affaires qui sera transmis en 2007 pourrait avoisiner les cinq exaoctets (5 milliards de gigaoctets), ce qui signifie qu’il aura doublé en deux ans.

IDC suggère aux fournisseurs de solutions de courriels et à leurs clients de reconnaître que le courriel constituera l’un de plusieurs éléments de base du concept émergent des communications unifiées et qu’il faudra déployer et mettre à jour plusieurs couches de services, d’appareils et de logiciels d’antipollupostage.

Popularité croissante pour la continuité et la reprise

La firme Frost & Sullivan évalue que le marché nord-américain de la continuité des affaires et de reprise après sinistre au niveau des TIC a généré des revenus de 15,1 milliards $US en 2006. Ces revenus pourraient atteindre 23,3 milliards $US en 2012.

Selon la firme, ces services accapareront une plus grande part des dépenses du budget pour les services de télécommunications des organisations au cours des prochaines années, alors que ces dernières souhaiteront minimiser les répercussions des pannes des réseaux et des applications par une planification proactive de la continuité et de la reprise. La conformité à certaines lois, qui nécessitera des changements de processus dans plusieurs secteurs d’activité, le recours accru aux services et aux applications Web, les menaces émanant des vers, des virus et des attaques par saturation et les menaces de désastres humains et naturels contribueront à la popularité des services de continuité des affaires et de reprise après sinistre.

Toutefois, bien qu’il ait eu un déclin continuel des prix du matériel et des logiciels au cours de la dernière décennie, les coûts relativement élevés de gestion à l’interne des systèmes d’information et de télécommunication freineraient les organisations dans le déploiement de tels programmes d’un bout à l’autre de l’entreprise, particulièrement au niveau des ressources humaines et des bureaux à distance. Ceci expliquerait pourquoi ces organisations n’auraient couvert que le stockage et la sécurité des réseaux dans de tels programmes.




Tags: , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+