La vidéo mobile à l’essai


Patrice Guy - 26/08/2009

Les nouvelles générations d’appareils mobiles offrent des fonctionnalités plus étendues, notamment la vidéo, qui peut s’avérer utile dans des applications d’entreprise.

Il y a déjà des années que les téléphones mobiles proposent à leurs utilisateurs des caméras photos et vidéos pour saisir des images et des séquences qui pourraient être utiles dans le cadre du travail ou simplement pour se divertir. Un agent d’assurance prend des photos d’un véhicule accidenté. Un technicien en télécoms montre un panneau de connexion à un collègue pour résoudre un problème.

La vidéo ajoute de la dimension à la chose et permet donc d’aller un peu plus loin. Saisir le mouvement, faire le tour d’un objet,capter le commentaire d’un client.

L’intérêt de pouvoir faire cela avecun téléphone mobile estbien entendu de transmettre sur le champ l’image ou la séquence par courriel ou vers un site d’hébergement comme YouTube, par exemple.

Il ne s’agit pas ici de réaliser des superproductions en mode Imax, mais de saisir un moment, un événement, une situation pour une utilisation ultérieure ou immédiate. La qualité de ces images n’est donc pas nécessairement un préalable absolu, mais on s’attend à un minimum.

Cela en vaut-il la peine? Nous avons mis la main à la pâte avec l’iPhone 3GS et le HTC Dream, et nous avons comparé avec la toute récente caméra vidéo Flip et une caméra photo Canon, qui peut également capter de la vidéo.

Les appareils

iPhone 3GS – Ce nouvel appareil lancé au Canada en juin dernier vient prendre la relève de son prédécesseur le 3G qui avait été présenté en juillet 2008. La vidéo est l’une des principales nouvelles fonctionnalités de l’appareil (en version légale… en effet, avec un iPhone 3G « jailbreak » il était possible de faire de la vidéo avec des applications comme Qik).

HTC Dream – Ce nouvel appareil lancé plus tôt en juin au Canada par Rogers intègre également une caméra photo/vidéo et sa plateforme Android permet l’installation de Qik, ce qui nous a également permis de tester la vidéo mobile en direct.

tailles d'images des séquences vidéo

Le montage ci-dessus démontre les tailles d’images des séquences vidéo réalisées avec chacun des appareils. Le iPhone 3GS offre la vidéo en 640 par 480 (3) tout comme la caméra photo Canon (2). Le HTC Dream offre du 352 par 288 (4). La Flip Ultra HD permet du 1280 par 720 (1).

Afin de comparer la qualité de la vidéo saisie avec ces appareils, nous avons fait des séquences avec d’autres équipements portables que l’on pourrait aussi utiliser pour faire de la vidéo, un appareil photo Canon SX100, ainsi qu’un caméra vidéo légère Flip UltraHD.

Silence, on tourne!

Afin de nous convaincre de l’utilité de ces appareils pour faire de courtes séquences vidéo, nous nous sommes postés devant les bureaux de Direction informatique et nous avons filmé la circulation sur le boulevard René-Lévesque pour réaliser une petite séquence d’environ 30 secondes avec chacun de ces appareils.

Nous ne ferons pas le débat de la qualité comme telle des images et le réalisme des couleurs, par exemple, puisque le but ici est de créer des séquences vidéo qui peuvent être utiles dans un objectif d’affaires et pas obligatoirement intéressantes d’un point de vue esthétique.

Notre appréciation

Évidemment, si on utilise un appareil mobile pour réaliser une séquence vidéo, c’est qu’on veut généralement la transmettre immédiatement par réseau cellulaire, voire par WiFi lorsque disponible. (Sinon, on peut utiliser son appareil photo : s’il est récent, il permet probablement de faire de la vidéo très décente, comme notre Canon SX100.)

C’est là que lavidéo fait mal. Unephoto à bonne résolution, par exemple 8 mégapixels, constitue un fichier de 4 Mo environ, ce qui peut se transmettre assez rapidement par courriel. Un fichier vidéo d’une minute du iPhone 3GS qui fera autour de 25 Mo, prendra plusde temps et pourra difficilement être transmis par courriel. Il faudra alors le télécharger sur un service en ligne, ce qui suppose un certain temps de traitement, et une compression au préalable. Notre fichier témoin de 30 secondes s’est téléchargé en 3 minutes environ via le réseau mobile 3G de Rogers au centre-ville de Montréal (le logiciel Speed Test nous indiquait une vitesse de téléversement de 13,4 Ko/s). Il aura ensuite fallu attendre une trentaine de minutes pour que YouTube ait terminé son travail et rende le clip disponible.

En région (j’étais en vacances au Nouveau-Brunswick pendant l’été), mon mobile accédait à un réseau Edge qui ne permettait qu’un téléversement à 0,4 Ko/s… Oubliez le téléchargement de vidéo dans un tel cas.

Le iPhone 3GS offre une qualité vidéo très honnête et de taille raisonnable. Le logiciel compris avec l’iPhone permet un minimum d’édition des séquences et intègre des fonctionnalités d’envoi directement à YouTube ou à une galerie MobileMe.

Le HTC Dream sous Android a l’avantage de permettre d’utiliser le logiciel et service de diffusion en direct Qik, même si la taille de l’image est plus petite que celle du iPhone. Avec Qik, on peut donc présenter via le Web une image vidéo en direct, permettant à un utilisateur à distance de voir notre séquence vidéo live.

L’appareil qui m’a le plus surpris au cours de cet essai? La caméra Flip Ultra HD. La qualité d’image (selon les conditions) produite par ce petit appareil abordable m’a vraiment impressionné, bien qu’elle ne soit pas adaptée à la vidéo que l’on voudrait transmettre en mode mobile. Elle doit se connecter à un ordinateur, par USB, pour transférer son fichier et les fichiers produits sont assez volumineux. Toutefois, une fois transféré sur YouTube ou Vimeo, par exemple, avec visionnement en HD, le résultat est assez surprenant.

Résumé de certaines caractéristiques des appareils

Le tableau ci-dessus présente un résumé de certaines caractéristiques de base des appareils mis à l’essai.

Patrice-Guy Martin est rédacteur en chef du magazine Direction informatique.