L’actualité des TI en bref


Alain Beaulieu - 11/01/2008

Lyrtech change encore une fois de dirigeant. Le CRTC donne le feu vert à l’agence industrielle de protection des consommateurs en télécoms. La messagerie par satellite sera bientôt disponible en français au Québec.

Chaise musicale chez Lyrtech

À peine un mois, jour pour jour, après avoir été nommé au poste de président et chef de la direction de Lyrtech, voilà qu’Alain Houle quitte l’entreprise de Québec qui conçoit et fabrique des solutions de traitement de signaux numériques audio, vidéo et de communications sans fil. Louis Bélanger, un des fondateurs de l’entreprise, a accepté de prendre le poste laissé vacant par le départ de M. Houle, en plus de celui de président du conseil d’administration.

On se rappellera qu’à l’entrée en fonction de M. Houle, les défis associés à la direction de l’entreprise étaient importants, notamment en raison de sa situation financière. Les neuf premiers mois de l’année 2007 s’étaient alors soldés par une perte nette de plus de 2,7 millions $ et l’entreprise s’affairait à redresser sa situation financière, en procédant notamment à des mises à pied et en évaluant de nouvelles avenues de financement.

Détenteur d’un doctorat, M. Houle a indiqué qu’il préférait poursuivre sa carrière académique. À son entrée en fonction chez Lyrtech, il était professeur agrégé à l’Université de Sherbrooke, où il occupait la Chaire de recherche industrielle en infrastructures et outils de communications.

Ingénieur de formation, M. Bélanger a, pour sa part, fondé Lyrtech en 1983 et a occupé depuis des fonctions d’administrateur et de cadre supérieur. Il a notamment assuré la fonction de président et chef de la direction de l’entreprise de 1983 à 2003. Miguel Caron occupait ce poste avant M. Houle.

Des consommateurs mieux protégés

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a approuvé, à certaines conditions, la création d’une nouvelle agence qui sera responsable de la protection des consommateurs de services de télécommunications non réglementés. Pour les services réglementés, on continuera de s’adresser directement au CRTC.

Appelée Commissaire aux plaintes relatives aux services de télécommunications, cette agence offrira aux clients résidentiels et aux petites entreprises un recours efficace, accessible et axé sur le consommateur pour résoudre les différends avec les fournisseurs de services lorsqu’ils ne peuvent y parvenir autrement. Les services sont offerts gratuitement et les plaintes peuvent être faites à l’aide d’un formulaire en ligne, ou acheminées par courrier ou par télécopieur. L’agence peut exiger que le fournisseur fautif offre une compensation au consommateur pouvant aller jusqu’à 5 000 $ par plainte.

L’agence ayant été mise en service de façon provisoire en juillet 2007, elle a reçu, au terme de ses quatre premiers mois d’activité, plus de 1 000 plaintes et demandes de renseignements et a résolu la majorité des plaintes à la satisfaction des requérants.

Suite à cette période d’activité provisoire, le CRTC a demandé à l’agence d’apporter certaines modifications à sa structure et à son mandat d’ici le 3 février 2008, de sorte à garantir son efficacité et son indépendance par rapport à l’industrie, dont l’inclusion de quatre administrateurs indépendants parmi les sept qui composent son conseil d’administration et l’acceptation des plaintes soumises par téléphone, par courriel et par téléimprimeur. L’organisme fédéral exige aussi que les fournisseurs et les revendeurs tirant des revenus annuels de plus de 10 millions $ des services de télécommunications au Canada deviennent membres de l’agence d’ici le 1er février 2008.

SPOT bientôt disponible en français

Le système de messagerie satellite SPOT de Globalstar sera disponible au Québec en français d’ici la fin du mois, soit trois mois après que la version anglaise y ait été introduite. Ce système, auquel le Consumer Electronics Association (CEA) vient de décerner le prix Innovations Design & Engineering 2008, cible les utilisateurs qui ont à se déplacer à l’extérieur des grands centres urbains dans des zones non desservies par les services de téléphonie cellulaire et qui ont néanmoins besoin de communiquer par messagerie.

Le système, qui facilite la localisation et le sauvetage des personnes blessées ou perdues en forêt, s’utilise à partir d’un appareil doté d’un système de localisation GPS peu encombrant et peu coûteux. Il en coûte, en effet, 99,99 $ par année pour se prévaloir de ce service accessible de partout, auquel montant il faut ajouter un montant initial de 169,99 $ pour acquérir l’appareil. Le système permet de programmer jusqu’à quatre boutons correspondant à autant de correspondants auxquels transmettre des messages en cas d’urgence.

En quelques octets

Le fournisseur de services de télécommunications Télébec, une entreprise du Groupe Bell Nordiq (maintenant Bell Alliant), figure au 7e rang des meilleurs employeurs au Québec et au 38e au Canada, selon le sondage « Employeurs de choix au Canada » du groupe Hewitt.

La Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a donné son approbation à l’acquisition de Bell Canada Entreprises (BCE) par un groupe d’investisseurs dirigé par Teachers’ Private Capital, la division d’investissement privé du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario, Providence Equity Partners, Madison Dearborn Partners et Merrill Lynch Global Private Equity.

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: La saison 2008 des concours est commencée L’apprentissage en ligne au service des collectivités grâce à Inukshuk Début d’année mouvementé pour l’économie des TI Sécurité du télétravail : une conscientisation s’impose Prendre de bonnes résolutions




Tags: , , , , , , , , ,