L’association réussie d’un ordinateur et d’un téléphone cellulaire


François Picard - 30/05/2006

La plupart des gens ne se servent de leur téléphone cellulaire que pour téléphoner ou recevoir des appels. Pourtant, ces appareils sont devenus des outils de communication très sophistiqués avec des systèmes de gestion des adresses, des rendez-vous ou même des tâches à accomplir.

La plupart des gens ne se servent de leur téléphone cellulaire que pour téléphoner ou recevoir des appels. Pourtant, ces appareils sont devenus des outils de communication très sophistiqués avec des systèmes de gestion des adresses, des rendez-vous ou même des tâches à accomplir.

Comme ce qui rebute le plus les utilisateurs de cellulaires est l’utilisation des touches du téléphone pour écrire et accéder aux différentes fonctions, Avanquest Software a eu la bonne idée de créer Mobile PhoneTools, un logiciel leur offrant la possibilité de configurer le téléphone depuis un ordinateur, de transférer facilement des données entre le téléphone et un ordinateur et même d’accéder à Internet ou d’envoyer des télécopies en utilisant le cellulaire comme modem. Cette solution n’est cependant pas disponible avec tous les cellulaires et il faut bien choisir son modèle si l’on souhaite en profiter.

Préalable : un lien téléphone-ordinateur

À moins qu’on n’acquière un câble, un module Bluetooth ou un logiciel en option, selon le cas, la plupart des téléphones cellulaires sont vendus sans autre possibilité d’aller sur Internet que par les fonctions directement intégrées à l’appareil, qu’il s’agisse de messages textuels, de courrier électronique ou de consultation du Web. C’est d’autant plus limité que les claviers des téléphones ne sont pas des plus faciles à utiliser et cela complique les choses.

On peut augmenter grandement ce potentiel en établissant un lien matériel entre le téléphone cellulaire et un ordinateur, ce qui permet d’accéder à la mémoire du téléphone comme à tout autre système de stockage de données, mais aussi de se servir du téléphone comme d’un modem pour profiter d’Internet à partir de l’ordinateur.

Le lien peut être sans fil, par infrarouge ou Bluetooth pour les téléphones supportant ces technologies, aussi bien que par câble pour la majorité des autres modèles de téléphones. On peut acheter le câble adapté à chaque modèle de téléphone chez le marchand du téléphone ou sur des sites Internet spécialisés. Au niveau de l’ordinateur, il faut bien entendu avoir un émetteur-récepteur infrarouge, un émetteur-récepteur Bluetooth ou une prise USB. À cela s’ajoute la nécessité de disposer d’un pilote permettant de gérer le transfert des données entre l’ordinateur et le cellulaire aussi bien qu’entre le cellulaire et Internet.

Une version du logiciel pour chaque type de téléphone

Mobile PhoneTools pour Windows Me/2000/XP est le produit le plus pratique et le plus complet que nous ayons pu trouver pour fournir le pilote nécessaire et permettre la gestion des communications d’un téléphone cellulaire. Il est vendu soit directement par Avanquest, soit par des fabricants de cellulaires comme Motorola qui le proposent seul ou avec un câble si le téléphone nécessite d’en utiliser un et avec un nom adapté comme Motorola Phone Tools.

Alors qu’il n’existe qu’une version du logiciel pour Bluetooth ou infrarouge, Avanquest en propose d’autres versions plus spécifiques à certains téléphones reliés à l’ordinateur par câble. Des centaines de téléphones sont supportés, mais il faut bien spécifier au moment de l’achat quel modèle de téléphone cellulaire on utilise. On peut trouver des renseignements sur les téléphones supportés sur le site de BVRP, une marque d’Avanquest.

Mobile PhoneTools coûte environ 60 $ par téléchargement sur Internet sauf pour les appareils Motorola pour lesquels il coûte 35 $ dans la section Motorola du site de BVRP ou 60 $ avec le câble compris pour les utilisateurs d’appareils Motorola qui se rendent sur le site de Motorola Canada. Plusieurs manufacturiers de téléphones cellulaires offrent également ce logiciel avec un câble data parmi leurs options. Mobile PhoneTools existe dans différentes langues, dont le français.

Mobile PhoneTools permet de connecter l’ordinateur au téléphone cellulaire non seulement pour accéder à Internet de n’importe où sur le réseau cellulaire, mais aussi pour écrire et gérer plus facilement des messages SMS, MMS ou courriels, pour gérer les fichiers multimédias du téléphone, pour synchroniser les données du téléphone et celles de l’ordinateur, pour transférer de nouvelles sonneries originales sur le téléphone, etc.

Que l’on soit sur n’importe quel réseau de téléphonie cellulaire canadien, c’est facile de transformer son téléphone en modem s’il offre cette option, mais il peut y avoir des frais supplémentaires à payer pour la transmission de données. Selon le réseau cellulaire utilisé, on peut en effet configurer ce modem virtuel pour profiter d’un accès Internet basse vitesse en mode CSD (9,6 Kbps) ou CDMA (14,4 Kbps) aussi bien que pour profiter des réseaux 1X (144 Kbps) ou GPRS (171,2 Kbps) si le téléphone le permet.

Le logiciel Mobile PhoneTools sert à récupérer plus facilement les photos prises sur un téléphone cellulaire avec module photo, à personnaliser les sonneries, à synchroniser l’agenda d’Outlook et celui du téléphone, à produire des messages courts multimédias MMS avec du son, du texte et des images. Il permet même de créer des fonds d’écrans pour le téléphone, de transformer un morceau de musique en sonnerie, de convertir le format de sons et de photos en un format que peut utiliser le téléphone.

D’ailleurs, pour ceux qui ne recherchent que cette partie du logiciel, Avanquest a mis sur le marché le logiciel Mobile Media Studio (distribué et vendu 32,99 $ au Canada par PMD Logisoft) qui est la même chose que Mobile PhoneTools, mais sans les fonctions d’accès Internet. Dans Mobile Media Studio, on peut trouver plus de 5 000 sonneries, logos et vidéos prêts à être transférés directement sur le téléphone aussi bien que les éditeurs nécessaires pour produire les sonneries, les photos et les vidéos qu’on souhaite adapter au téléphone.

D’un autre côté, Avanquest propose Pocket PhoneTools à ceux qui souhaitent faire la même chose entre un ordinateur de poche Pocket PC et un téléphone cellulaire compatible.

Un logiciel très complet et facile à utiliser

Il est primordial d’installer le logiciel Mobile PhoneTools avant de brancher le téléphone à l’ordinateur. Dans le cas de l’utilisation du Bluetooth, il faut ensuite établir le lien Bluetooth entre l’émetteur-récepteur Bluetooth de l’ordinateur et celui du téléphone, ce qui se fait en configurant le téléphone pour activer ses fonctions Bluetooth, si ce n’est pas déjà fait, puis en se servant de l’utilitaire de connexion Bluetooth qui se trouve habituellement dans le Panneau de configuration de Windows. Il faut absolument le faire avant d’essayer de rejoindre tout téléphone Bluetooth depuis le logiciel sinon cela risque de ne pas fonctionner.

Une fois la communication établie par câble ou sans fil entre les deux appareils, le logiciel permet de gérer depuis l’ordinateur toutes les données qui se trouvent sur le téléphone, qu’il s’agisse d’adresses, de photos, de messages ou de musique.

Pour pouvoir accéder à Internet par le téléphone utilisé comme modem, il faut commencer par créer une nouvelle connexion d’accès à distance. Par défaut, le logiciel indique celle qui est déjà programmée dans le téléphone par le fournisseur de services cellulaires, mais on peut en créer une autre pour entrer sur Internet par un autre fournisseur de services Internet dont on est client.

Après cela, d’un clic sur l’option Web au menu, on se retrouve en ligne sur Internet pour consulter des pages Web ou se servir du logiciel de courrier électronique de l’ordinateur, par exemple Outlook ou Outlook Express. La communication n’est rapide que si on choisit d’utiliser le service data rapide du fournisseur de services cellulaires. Autrement, on doit se contenter d’une vitesse de transmission de données qui se situe entre 7 200 bps et 9 600 bps, avec parfois des pointes jusque vers 14 400 ou 19 200 bps. C’est très lent par rapport à la haute vitesse, mais c’est suffisant pour envoyer ou recevoir du courrier électronique et même consulter des pages Internet peu chargées ou accéder à des données en réseau VPN.

Lors de nos tests du logiciel sur le réseau de Telus Mobilité, nous n’avons été facturés que pour du temps d’antenne pendant que nous accédions à notre fournisseur de services Internet à basse vitesse, entre 7 200 et 9 600 bps, ce qui nous permettait d’envoyer et de recevoir du courrier électronique, mais rien n’est très clair à ce niveau dans les renseignements donnés par les fournisseurs de services cellulaires.

D’après ce que nous avons pu constater, Mobile PhoneTools répond parfaitement aux attentes qu’on peut en avoir en permettant de profiter de tout le potentiel du téléphone ou d’accéder à Internet de partout où le cellulaire fonctionne. Pour bien des gens, dans une entreprise ou un organisme, ce peut être un outil pratique permettant de transporter des données sur le téléphone cellulaire ou de communiquer avec un ordinateur de poche ou portatif qu’on a déjà, sans être obligé d’acheter un téléphone intelligent (smartphone) beaucoup plus coûteux.