Le choix délicat d’un adaptateur USB Bluetooth


François Picard - 29/11/2005

Même si le Bluetooth n’a pas autant de succès que le Wi-Fi, de plus en plus d’appareils, de périphériques et d’accessoires utilisent cette technologie de transmission sans fil. Peu de gens en profitent parce qu’ils ne savent pas qu’ils peuvent rendre leur ordinateur compatible Bluetooth avec un petit adaptateur USB de quelques dizaines de dollars seulement.

C’est facile à faire et peu coûteux, mais il y a tellement d’adaptateurs Bluetooth différents que ce n’est pas évident de trouver le meilleur.

Le Bluetooth a été créé pour fournir un langage commun à une foule d’appareils qui ne pouvaient pas communiquer entre eux directement comme un ordinateur et un appareil photo ou un ordinateur de poche et un écouteur avec micro. On ne compte plus les appareils qui tirent avantage du Bluetooth, de l’ordinateur de poche au téléphone cellulaire ou au GPS en passant par des claviers, des souris, des routeurs, des serveurs d’imprimantes. La liste est vraiment longue.

Les appareils compatibles Bluetooth sont en général un peu plus chers que les autres et ce n’est vraiment rentable que si on peut en profiter avec plus qu’un ou deux appareils. Ainsi, un serveur d’imprimante Bluetooth pour trois ou quatre ordinateurs, c’est plus rentable que s’il ne sert qu’un seul ordinateur, par exemple. De même, c’est plus rentable d’utiliser un clavier, une souris et des écouteurs Bluetooth avec un ordinateur qu’un clavier sans fil, une souris sans fil et des écouteurs sans fil, les trois avec chacun son propre émetteur-récepteur incompatible avec les autres. Le Bluetooth est intéressant surtout si on peut l’exploiter au maximum. On peut interconnecter jusqu’à huit appareils Bluetooth en même temps.

Le taux de transfert entre les appareils Bluetooth peut atteindre 1 Mbps (ou 3 Mbps pour Bluetooth 2.0) quand ils sont côte à côte, mais il décroît rapidement avec l’éloignement, ce qui rend leur utilisation en réseau moins intéressante que celle d’appareils fonctionnant avec la technologie Wi-Fi à 11, 54 ou même 108 Mbps. Un routeur Bluetooth n’est donc pas ce qu’il y a de mieux, mais cela fonctionne quand même bien pour un réseau où la vitesse n’est pas primordiale.

Le Bluetooth est néanmoins intéressant dans la plupart de ses autres applications. Parmi les plus appréciées, on note la possibilité d’accéder à Internet depuis un ordinateur portatif ou un ordinateur de poche via un téléphone cellulaire numérique Bluetooth, le transfert direct des photos d’un appareil photo Bluetooth à un ordinateur et la synchronisation sans fil d’un ordinateur de poche ou d’un téléphone cellulaire intelligent. Les écouteurs Bluetooth avec micro sont aussi de plus en plus recherchés tant pour écouter le son des applications à l’ordinateur que pour s’en servir comme téléphone IP sans fil avec un ordinateur équipé du Bluetooth relié à Internet haute vitesse.

Normes, débit et portée

Si l’ordinateur de table ou portatif qu’on utilise n’a pas le Bluetooth intégré, le plus simple est de lui ajouter un adaptateur USB Bluetooth. Cela ressemble à un module USB de mémoire flash avec un émetteur-récepteur et une antenne intégrés. Il en existe de nombreux modèles qui peuvent être très différents. Tout d’abord, il faut savoir que la norme Bluetooth a évolué depuis son arrivée sur le marché. On est passé du Bluetooth 1.0 au Bluetooth 1.1 puis au Bluetooth 1.2 et enfin au Bluetooth 2.0. Plus on a avancé dans la technologie, plus elle est devenue efficace.

D’un autre côté, plus l’émetteur-récepteur est puissant, mieux c’est. Les adaptateurs Bluetooth de Classe 1 ont une portée pouvant atteindre 100 mètres (330 pieds), ceux de Classe 2 peuvent aller jusqu’à 20 mètres (66 pieds) et la limite est de 10 mètres (33 pieds) pour ceux de Classe 3. Lors de mes tests de différents adaptateurs, j’ai remarqué que ces maximums étaient impossibles à atteindre qu’il fallait se compter chanceux d’arriver à 80 % du maximum annoncé. L’idéal serait un adaptateur Bluetooth 2.0 de Classe 1 ou d’une portée annoncée de 100 mètres.

Les émetteurs-récepteurs de ces adaptateurs opèrent dans la bande des 2,4 GHz, la même que celle de nombreux téléphones sans fil et des réseaux sans fil Wi-Fi, ce qui entraîne quelques risques d’interférences qui sont cependant minimes parce que cela a été prévu lors du développement du Bluetooth. Le dernier point auquel il faut faire attention, lors du choix d’un adaptateur Bluetooth, c’est sa largeur. La plupart de ces adaptateurs sont en effet assez larges, trop pour l’espace habituellement laissé entre deux ports USB d’ordinateurs portatifs et il faut souvent ajouter une petite rallonge USB quand on ne dispose pas d’un port USB sans voisin.

À titre de référence, un adaptateur Bluetooth 2.0 comme celui que vend Kensington pour PC ou Mac coûte une cinquantaine de dollars et il consomme deux à trois fois moins d’électricité, semble-t-il, que les adaptateurs 1.1 ou 1.2, ce qui en fait un achat intéressant. Cependant, ceux qui ne sont pas pressés de se lancer dans l’utilisation de la technologie Bluetooth n’ont pas à s’inquiéter, car il risque d’y avoir beaucoup de changements et d’améliorations techniques dans ce domaine au cours des prochains mois. On parle beaucoup actuellement de l’USB sans fil (WUSB) qui va très rapidement concurrencer le Bluetooth avec une vitesse 10 fois supérieure puis du FireWire sans fil tout aussi rapide et d’une nouvelle technologie Bluetooth qui devrait atteindre ou dépasser le taux de transfert de 1 Gbps.

Note: Pour ceux que la petite histoire intéresse, le nom Bluetooth proviendrait du nom d’un roi danois du 10e siècle, Harald Bluetooth, qui avait réussi à unir et à faire communiquer entre eux les peuples du nord de l’Europe qui se faisaient la guerre depuis des centaines d’années.