Le monde, les applications et les outils changent


Jean-François Ferland - 12/03/2008

Microsoft fait état des orientations des versions 2008 de Windows Server, SQL Server et Visual Studio. L’éditeur souligne l’implication de la communauté de développement pour l’amélioration des produits.

Microsoft Canada a donné le coup d’envoi à trois solutions commerciales destinées à la création et l’exploitation d’applications de nouvelle génération, soit Windows Server 2008 et Visual Studio 2008, disponibles maintenant, et SQL Server 2008, qui sera disponible au troisième trimestre de 2008. Alors que les précédentes versions des produits étaient parues il y a trois ans, voire cinq ans dans le cas de Windows Server, les besoins des organisations et des utilisateurs – et, par surcroît, ceux des développeurs – ont évolué entre-temps.

Bruce Cowper, le premier directeur de programme des initiatives de sécurité chez Microsoft Canada, constate que le paysage des TI a changé sous trois angles depuis la parution des versions antérieures des logiciels commerciaux, ce qui a une influence sur le développement des applications. Tout d’abord, « on voit plusieurs départements informatiques faire une transition du centre d’appel d’une organisation pour devenir une partie prenante du processus décisionnel. Les gens veulent alimenter ce comportement. Aussi, la technologie n’est plus vue comme un élément de limitation ou un dictateur de ce que peut faire l’entreprise, mais comme un facilitateur », indique-t-il.

La deuxième tendance concerne la composition de la main-d’oeuvre. « Le paysage des professionnels et des développeurs des TI a changé et offre de meilleures opportunités. Des statistiques récentes font état d’un taux de chômage de moins de 2 % dans ce domaine, ce qui se traduit par une croissance des opportunités d’emploi. Il y a trois types de main-d’oeuvre nouvelle dans l’industrie des TIC : les étudiants qui suivent des cours pour se concentrer davantage sur les besoins commerciaux que simplement sur l’aspect technologique; les Néo-Canadiens qui souhaitent venir ici en raison des opportunités dans le domaine des TI; et en raison de l’intégration des TI aux affaires, des gens ont des ensembles élargis de compétences s’impliquent dans la sphère des technologies.

« La troisième tendance est justement cet élargissement des compétences. Par exemple, des gens identifient la sécurité comme étant une bonne addition à leurs compétences qui augmente leur valeur auprès des entreprises. Alors que les gens des TI s’intègrent aux processus décisionnels de l’entreprise, les gestionnaires s’intéressent davantage aux technologies. Auparavant, les responsables des technologies de l’information, en général, percevaient le département des TI comme des gens de dépannage. Ils accordaient à cette fin 80 % de leurs budgets, contre 20 % pour l’innovation. Nous remarquons que ces responsables, les gestionnaires et les professionnels en TI disent qu’il faut changer l’équilibre pour injecter de la capacité commerciale aux entreprises par l’entremise de l’infrastructure technologique », ajoute M. Cowper.

Quatre piliers pour l’innovation

Les trois nouvelles versions de produits comportent plusieurs ajouts et améliorations d’ordre technique. M. Cowper indique que ces changements se définissent selon quatre grandes orientations, qu’il identifie comme étant des « piliers. »

« Le premier pilier a trait à la sécurité et à la stabilité du système, indique-t-il. Il y a un rétablissement de l’équilibre entre le temps, l’argent et l’énergie, alors qu’on en attribue beaucoup aux composantes de gestion, de sécurité ou de développement. Nous avons intégré des composantes dans le système d’exploitation et fourni d’autres outils pour aider les départements des TI à gérer la complexité de leurs environnements. [Le deuxième pilier,] la virtualisation, un autre élément qui a trait aux tendances actuelles d’adoption des technologies, représente une grande partie des investissements stratégiques de plusieurs organisations, et nous en avons intégré le soutien dans tous les produits.

« Nous avons aussi regardé la façon par laquelle les entreprises interagissent avec leurs employés distants, leurs clients et leurs partenaires commerciaux, ce qui a suscité un intérêt envers les technologies Web. » Ce qui constitue la troisième grande orientation. « Il faut que ces technologies Web reposent sur une fondation solide, soit Windows Server, sur une bonne plate-forme de développement, ce qu’est Visual Studio avec des technologies comme Silverlight pour présenter à ces personnes de l’information riche, et sur du stockage sécurisé, gérable et extensible, ce qu’apporte SQL. Ces produits liés ensemble permettent d’atteindre un rééquilibre dans lesquels beaucoup entreprises canadiennes investissent.

« Le quatrième pilier résulte de l’observation de la façon par laquelle les technologies ont un impact sur les affaires, lorsque leur utilisation facilite la résolution des défis », ajoute-t-il.

Le goût de la performance

Au gré de l’intégration des technologies de l’information au travail et à la vie quotidienne, les attentes des utilisateurs ne cessent de croître, ce qui se traduit par un besoin pour le développement d’applications performantes. Rini Gahir, le premier directeur de produits pour les outils de développement chez Microsoft Canada, les orientations de développement des nouveaux outils apportent des éléments innovants pour l’aide à la création de nouvelles applications, notamment pour le Web.

« Alors que les entreprises s’efforcent de se connecter à leurs partenaires, à leurs clients et aux gens de leurs organisations, le Web est adopté pour des applications à caractère essentiel. Les consommateurs d’applications Web sont habitués à voir des vidéos à haute définition, des contenus interactifs, et nous nous attendons à ce que la même chose survienne au niveau de l’expérience Web. Les entreprises innovantes passent à cette étape pour rendre leur expérience Web attirante, interactive et attrayante pour l’utilisateur final. Avec les produits 2008, nous faisons en sorte de faciliter le développement afin de faire place à la créativité et à la productivité. »

« L’accès large bande se répand et les gens veulent un accès instantané à l’information. Avec le module Silverlight [dans Visual Studio] qui permet l’exploitation d’applications sur plusieurs plates-formes, nous fournissons aux développeurs la capacité de construire des applications riches pour des utilisateurs finaux qui utilisent différents fureteurs et systèmes d’exploitation. La nouvelle version de IIS a été optimisée pour les applications Web en transit (Web streaming), afin de miser sur les performances », précise M. Cowper.

Une communauté active

Le développement de logiciels qui servent à créer et à exploiter des applications commerciales, également, est grandement influencé par ceux et celles qui en feront l’utilisation. Ainsi, Microsoft a mis plus d’emphase sur l’implication de la communauté de développement pour les nouvelles versions des produits commercialisés.

« Nous avons publié plus tôt des versions bêta de nos produits et nous avons obtenu une plus grande adhésion, relate Bruce Cowper. Au Canada, nous avons eu 22 000 téléchargements de la version bêta de Windows Server 2008. Ce n’est pas [une action] unidirectionnelle, où les gens téléchargent et essaient le produit. Ils fournissent de la rétroaction sur “le bon, le mauvais et l’affreux” [the good, the bad and the ugly] ». Les gens essaient la technologie, nous écoutons leur rétroaction et nous publions le produit lorsque tous s’entendent qu’il est prêt à paraître. »

« Nous sommes choyés d’avoir une riche communauté de développeurs, ajoute Rahi Gadir. Nous nourrissons cette communauté par les groupes d’utilisateurs .NET, en plus d’avoir une communauté MSDN (Microsoft Developer Network) qui est très active, où des développeurs fournissent des interfaces et des personnalisations pour des outils. Pour Visual Studio 2008, nous avons eu 10 000 utilisateurs bêta au Canada. Il s’agit d’une participation phénoménale au processus.

D’ailleurs, des développeurs canadiens ont contribué directement au développement de fonctions clés. « Des développeurs canadiens ont partagé avec la communauté le soutien du développement multicible, dans Visual Studio, pour permettre aux développeurs de produire des éléments à la fois pour les versions 2 et 3 des plates-formes .NET. Dans les versions précédentes, le développement s’effectuait seulement pour l’une ou l’autre des versions. Il s’agit d’un élément clé, parce que des clients utilisent l’une ou l’autre des plates-formes, ce qui causait des limitations dans le développement d’applications », explique M. Gadir.

« Un autre exemple est l’ajout d’outils de productivité pour le débogage JavaScript et le système de saisie semi-automatique Intellisense pour JavaScript, qui sont de bons petits outils qui rendent la vie du développeur plus facile. Ces outils semblent anodins, mais ils sont importants lorsqu’il est question de productivité lors du développement d’applications. Ces outils émanent de la rétroaction de notre communauté de développeurs », ajoute-t-il.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: Six logiciels utilitaires pour vos besoins d’affaires Des souris qui se distinguent Le meilleur des mondes à 1,3 kg Des nouveautés de l’ordinateur central jusqu’au client




Tags: , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+