Le Québec salue le logiciel libre


Jean-François Ferland - 24/09/2013

L’Assemblée nationale, à l’unanimité, a adopté une motion qui soulignait la récente Journée internationale du logiciel libre et les initiatives de diffusion du logiciel libre au sein de l’administration publique.Drapeau du Québec

«Que l’Assemblée nationale souligne la Journée internationale du logiciel libre qui avait lieu le 21 septembre. Que l’Assemblée salue toute initiative en vue de l’édition et de la diffusion de logiciels libres au Québec et qu’elle encourage le gouvernement à poursuivre ses efforts pour promouvoir l’utilisation du logiciel libre au sein de l’administration publique », disait la motion qui a été présentée par Stéphane Bédard, du Parti québécois, qui est le député de Chicoutimi, le leader parlementaire du gouvernement, le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et le président du Conseil du trésor.

La motion a été présentée conjointement avec le député de la circonscription de Verdun, Henri-François Gautrin et la députée de la circonscription de Bourassa-Sauvé, Rita de Santis, du Parti libéral du Québec, le député de la circonscription de La Prairie, Stéphane Le Bouyonnec, de la Coalition Avenir Québec et le député de la circonscription de Blainville, Daniel Ratthé, qui est indépendant.

Par la voie d’un communiqué conjoint, deux organismes impliqués dans le domaine du logiciel libre, soit la Fédération québécoise des communautés et industries du libre (FQCIL) et l’Association professionnelle des entreprises en logiciels libres (APELL), ont dit considérer l’adoption de cette motion comme étant « historique ».

« Les effets de cette motion seront considérables pour le Québec, mais également pour le reste du monde, le combat pour l’appropriation collective de l’informatique libre étant devenu un enjeu politique majeur de notre temps », ont indiqué les organismes.

La motion a été soumise et adoptée en présence notamment de Cyrille Béraud, qui est président de la firme de service-conseil en logiciel libre Savoir-faire Linux et de l’APELL, et de Daniel Pascot, un professeur de l’Université Laval qui est un ancien président de l’organisme FACIL, pour l’appropriation collective de l’informatique libre (FACIL).




Tags: , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+

  • Andre Lamarche

    J’ai de grandes craintes, en ce qui
    concerne l’acquisition de logiciels libre, par le gouvernement. Je me rappelle,
    avant Microsoft et Apple, l’anarchie, qui existait dans le monde de
    l’informatique. Il n’y avait pas de structure et de direction précise, chacun
    avait son script et ses interfaces favoris. Chacun avait son bout de segment et
    essayait de le contrôler, pour conserver la fidélité ou l’obligation du client
    à ne pas lâcher l’investissement, qu’Il avait débuté et qu’il ne pouvait cesser
    sous peine de tout perdre. Les projets étaient constamment, débattus et mis au
    goût du jour, sans contrôle financier. Qu’adviendrait-il, de la compatibilité
    entre les logiciels, les périphériques, etc? Microsoft et Apple obligent à une
    certaine structure. La quantité de serveurs et de postes de travail, qu’ils desservent,
    apporte une uniformité et une certaine harmonie, dans le monde du travail. Il
    est plus facile de trouver des employés, qui sont déjà formés à l’utilisation
    de ces logiciels.
    Dans un monde de bureau, les manufacturiers de photocopieurs ou de multitâches, fabriquent leurs appareils, pour une masse critique d’utilisateurs, qu’en serait-il des pilotes d’impressions de ces logiciels libre avec des protocoles non conforme?

    • Dominick Boucher

      Plutôt que de parler de craintes sur ce qu’il pourrait advenir de l’utilisation des logiciels libres, M. Lamarche, je vous conseille, voir vous recommande de vous informer sur ce qu’est l’informatique en 2013.
      Les choses ont bien changé depuis l’époque dont vous parlez, libre et propriétaire ne rîment plus du tout avec incompatibilité et problèmes. Certes, entre libre et propriétaire tout n’est pas parfait, mais l’option du libre vaut au moins la peine qu’on n’y réfléchisse très sérieusement.