Le Wi-Fi 802.11n, une norme toujours en devenir


François Picard - 03/06/2009

La plupart des entreprises et organismes fonctionnent maintenant avec des réseaux sans fil, parce qu’ils sont mieux sécurisés et tellement pratiques, mais qu’en est-il des améliorations de performances annoncées depuis plusieurs années?

Après la norme 802.11g, on nous annonçait une norme 802.11n, qui devait être prête il y a deux ans déjà, mais on attend toujours la norme définitive qui tarde à venir, repoussant d’autant les achats de routeurs sans fil compatibles. Beaucoup de gens se demandent s’ils peuvent quand même acheter un routeur en prénorme mais c’est prendre des risques qu’il est préférable d’éviter, car on pourrait être obligé de remplacer plusieurs éléments du réseau si l’on n’a pas fait le bon choix.

Avec les ordinateurs, on voudrait toujours que cela aille plus vite et, au niveau des communications, plus les données sont transmises vite, mieux c’est. Les fabricants de routeurs ont bien compris ce besoin et font tout ce qu’ils peuvent pour attirer la clientèle avec leurs appareils qui ne sont qu’en partie compatibles avec la norme « n » et rarement avec ceux des autres compagnies. Bien entendu, ils mentionnent tous que les leurs sont les meilleurs, mais pas qu’ils sont les meilleurs du fabricant et uniquement si on les utilise avec des adaptateurs du même fabricant.

Beaucoup de routeurs et adaptateurs sans fil incompatibles

Parmi la centaine de routeurs sans fil qu’on peut trouver en magasin au Québec, on remarque aussi bien des routeurs 802.11b d’il y a 4 ans que des routeurs ultrapuissants, à très large bande passante, mais indûment qualifiés de 802.11n parce que cette norme ne devrait être finalisée qu’au début de l’an prochain plutôt qu’en 2007, comme il était prévu au départ. En clair, cela signifie qu’il faut acheter son routeur en prénorme 802.11n et tous ses adaptateurs eux aussi en prénorme de la même compagnie pour pouvoir vraiment profiter des avantages en vitesse et portée de la nouvelle norme. Un seul adaptateur 802.11g ou 802.11n venant d’une autre compagnie et tout est gâché parce que le réseau se met à l’unisson de l’adaptateur le moins puissant ou le moins compatible comme nous avons pu le tester avec les nouveaux routeurs et adaptateurs 802.11n de Belkin.

Le Wi-Fi résulte d’une association de manufacturiers qui ont formé la Wi-Fi Alliance et qui sont arrivés à créer des normes pour maximiser la compatibilité des appareils et faciliter les choix des utilisateurs. Le Wi-Fi 802.11b était la norme la plus répandue entre 1997 et 2004, avec un taux de transfert de 11 mégabits par seconde (Mbps) sur la fréquence 2,4 GHz.

Elle a été remplacée par la norme Wi-Fi 802.11g à 54 Mbps, sur la même fréquence de 2,4 GHz et rétrocompatible avec le 802.11b. Si on relie un appareil fonctionnant selon la norme Wi-Fi 802.11g et un autre en Wi-Fi 802.11b, les deux peuvent échanger des fichiers mais avec un taux de transfert maximal qui correspond à l’adaptateur réseau le plus lent, soit 11 Mbps.

Depuis trois ans, on attend la sortie d’une nouvelle norme 802,11n à plus large bande, permettant davantage de débit et de portée, mais les manufacturiers, qui ont réussi à s’entendre sur presque tout, échoppent juste sur quelques petits détails, ce qui est suffisant pour tout bloquer. Cette nouvelle norme devrait permettre un débit pouvant atteindre 270 Mbps ou 300 Mbps (au lieu de 54 Mbps), selon qu’on se servira des fréquences de 2,4 GHz ou de 5,6 GHz, et différentes combinaisons d’antennes permettront d’augmenter la portée au maximum.

En fait, même si on pourrait croire qu’il y a des routeurs 802.11n sur le marché depuis plus de deux ans tellement on en voit en magasin, la norme n’est toujours qu’un projet et ces routeurs ne fonctionnent en mode 802.11n qu’avec des adaptateurs Wi-Fi de la même compagnie, l’un étant réglé pour marcher avec l’autre, mais pas avec les produits 802.11n des concurrents. Par contre, ils fonctionnent avec tous les adaptateurs 802.11g et même 802.11b.

Ce n’est que lorsque la norme finale sera connue que les fabricants pourront vraiment fabriquer des routeurs 802.11n. Néanmoins, comme la majorité des caractéristiques physiques des routeurs 802.11n sont connues et ne peuvent plus guère changer, plusieurs fabricants de routeurs ont prévu la possibilité de n’avoir qu’à changer le logiciel interne des appareils au moment de la norme finale, ce qui, normalement, devrait permettre à certains utilisateurs de ne pas avoir à racheter un nouveau routeur, mais, malheureusement, on ne peut pas savoir lesquels avec certitude. C’est ce qui se passe, entre autres, pour les ordinateurs portatifs vendus présentement avec le Wi-Fi 802.11n.

Quels routeurs et adaptateurs choisir actuellement?

Si l’on a plus de deux ou trois appareils à mettre en réseau, tant que la norme 802.11n ne sera pas définitive, il est recommandé de s’équiper plutôt de bons routeurs sans fil conformes à la norme 802.11g, d’autant plus que leur prix a baissé à cause de la quantité de routeurs en prénorme n qui sont arrivés sur le marché. Parmi les routeurs sans fil 802.11g, les meilleurs sont normalement ceux qui sont arrivés le plus récemment sur le marché parce qu’ils ont été améliorés au cours des cinq dernières années. D’après ce que nous avons pu constater en magasin, le design des routeurs 802.11g de dernière génération a également changé pour le mieux.

Ceux qui n’ont qu’un tout petit réseau de 2 ou 3 ordinateurs, sans évolution prévue à court terme, peuvent se payer le luxe d’acquérir un routeur et des adaptateurs 802.11n d’un même fabricant. Dans ce cas, ils apprécieront l’efficacité d’un tel réseau, quelle que soit la marque, parce que la plupart des grands fabricants connus (Belkin, IOGEAR, D-Link, Linksys…) se valent pas mal au niveau de la qualité des produits. Pour avoir une idée de ce que cela peut donner, nous avons essayé le nouveau routeur N+ Wireless Router de Belkin dont nous avions testé les prédécesseurs, ce qui nous permettait de faire une comparaison plus sérieuse.

Le N+

Après ses routeurs Pre-N, N1 et N1 Vision, Belkin vient de mettre sur le marché un routeur sans fil N+ (150 $). Sa bande passante peut atteindre 300 Mbps mais, pour en profiter, il faut absolument utiliser un adaptateur Wi-Fi sans fil N+ Wireless USB Network Adapter de Belkin. Ce routeur N+ rappelle beaucoup le dernier routeur N1 Vision de Belkin par sa forme, son boîtier noir, ses antennes et son afficheur lumineux. Il est cependant un peu plus petit et ne comporte que deux antennes.

Par contre, on peut connecter directement au port USB de ce routeur un disque dur externe ou une clé USB de mémoire flash qui est alors utilisable par les différents clients du réseau, ce qui peut être très pratique. Les 4 ports réseau Gigabit Ethernet du routeur sont à haut débit eux aussi. De même, il dispose d’un mode « hôtel » qui permet d’autoriser l’accès à Internet via le routeur sans qu’il n’y ait aucun risque pour le réseau local auquel l’invité ne peut pas du tout accéder. C’est très pratique quand on reçoit des visiteurs qui souhaitent utiliser Internet.

Le N+ Wireless Router est très attrayant et ne manque pas d’efficacité, tout comme les routeurs et adaptateurs 802.11n d’autres marques, mais le handicap de la norme non définitive en est un de sérieux. Souhaitons donc que les manufacturiers se dépêchent de se mettre d’accord et que la norme 802.11n finale sorte au début de 2010 pour le bien des organisations qui en ont besoin et de toute l’économie des réseaux sans fil.

François Picard est rédacteur en chef et éditeur du magazine Atout Micro.