Lecteurs média HD: la haute résolution sans passer par le Blu-ray


François Picard - 27/04/2010

Même si la technologie Blu-ray présente bien des avantages, on peut s’en passer pour faire afficher des vidéos en haute résolution sur de grands écrans plats.

La plupart des nouveaux caméscopes permettent de filmer en haute définition 1080p des vidéos qu’on peut visionner sur des écrans de téléviseurs HD, mais pas toujours avec la qualité originale. Outre la possibilité de visionner ces vidéos sur des écrans d’ordinateurs plus petits, on peut soit transférer les vidéos sur des disques Blu-ray, soit se servir d’un lecteur média relié au téléviseur. Vu les coûts élevés du Blu-ray, de plus en plus de gens se tournent vers cette option encore peu connue, mais qui fonctionne très bien, comme nous avons pu le tester. Les lecteurs média HD semblent en effet la solution idéale, qu’il s’agisse de vidéos, photos ou sons.

Le choix d’un lecteur média

Quand on filme en haute définition (1080p), avec des images d’une qualité exceptionnelle, on ne peut qu’être déçu de ne pouvoir faire afficher ses vidéos qu’avec une perte de qualité. C’est souvent le cas, mais on peut l’éviter en se servant d’un lecteur média. On en trouve plusieurs modèles sur le marché et nous avons choisi le WD TV HD de Western Digital (modèle WDBABF0000NBK-NESN).

Le WD TV HD de Western Digital

Le WD TV HD de Western Digital

Avant d’acheter ce modèle de lecteur multimédia, nous avions envisagé un autre lecteur de Western Digital, le WD TV Live HD Media Player (modèle WDBAAN0000NBK-NESN), mais il était temporairement indisponible. En gros, c’est la même chose que le modèle WD TV HD, mais, en plus, il comporte une entrée réseau qui permet de le relier au réseau local et de lire directement les fichiers multimédias qui sont stockés sur les disques durs des ordinateurs qui y sont branchés. C’est vers ce modèle encore plus complet qu’iraient nos préférences.

Le petit lecteur WD TV HD peut décoder non seulement la plupart des formats vidéo, mais aussi audio et photo pour ensuite les transmettre à toutes sortes d’appareils, dont les téléviseurs HD 720p ou 1080p, où l’on peut en profiter avec un maximum de qualité. Alors qu’il faut encore payer plus de 250 $ actuellement pour un graveur Blu-ray, au moins 8 $ par disque et 150 $ ou plus pour un lecteur Blu-ray de salon, il n’en coûte que 130 $ ou moins pour un lecteur média qui permet d’obtenir le même résultat au niveau de la qualité vidéo et audio de l’affichage.

La première chose qui surprend, quand on ouvre l’emballage du lecteur, c’est qu’il est petit (12,6 cm x 10 cm x 4 cm) et qu’il ne pèse pas lourd (300 g). On peut donc le transporter et le déplacer très facilement d’un endroit à un autre. Comme son boîtier est en plastique noir, l’appareil est très discret. Il suffit de lui trouver un emplacement à proximité du téléviseur HD et d’une prise de courant, en pensant que l’avant de l’appareil devra faire face à la télécommande UV qu’on aura en main.

L’appareil dispose de deux prises USB 2.0, dans lesquelles on pourra brancher un support de mémoire avec les fichiers multimédias à lire, une prise HDMI pour la sortie haute définition vers des appareils compatibles et même des prises audio/vidéo composites pour relier le lecteur à des appareils qui ne disposent pas d’une entrée HDMI. Un petit câble HDMI est fourni, mais il est très court et peut nécessiter d’être remplacé par un plus long. L’ensemble fourni comprend également un câble AV composite de même qu’une petite télécommande, le logiciel de conversion multimédia MediaConverter d’Arcsoft pour Windows et un adaptateur d’alimentation électrique CA/CC.

Un outil multimédia performant et économique   Dans l’entrée USB 2.0 du lecteur, on peut brancher des clés de mémoire flash aussi bien que des adaptateurs USB de cartes de mémoire flash, des disques électroniques SSD, certains disques durs externes ou encore des appareils photo, des caméscopes ou de simples lecteurs multimédias que le WD TV HD reconnaît comme des dispositifs de stockage de mémoire. Sur ces supports de mémoire, on peut sauvegarder les fichiers avec ou sans répertoires; cela ne dérange pas. Une fois qu’ils sont branchés à l’un des deux ports USB du lecteur média, on voit apparaître un menu indiquant les fichiers audio, vidéo ou photo qui s’y trouvent et on peut sélectionner celui dont on veut voir ou entendre le contenu.   Pour les photos, on peut choisir le mode diaporama et ajuster le temps d’affichage de chaque photo, le mode de fondu et même la musique de fond. Pour les films, on peut lancer l’affichage, rembobiner, accélérer, faire des pauses, zoomer, etc. Pour la musique, l’appareil fonctionne comme le mode lecture d’un magnétophone avec, en plus, la possibilité de passer presque instantanément d’une pièce musicale à une autre. Pour les trois types de médias, le résultat est excellent, mais ce qui est le plus impressionnant, c’est la qualité d’affichage de la vidéo capturée en HD 1080p puis encodée en MPEG AVC ou M2TS avec un logiciel comme Nero 9.   Le WD TV HD supporte les formats vidéo suivants: AVI (Xvid, AVC, MPEG1/2/4), MPG/MPEG, VOB, MKV (h.264, x.264, AVC, MPEG1/2/4, VC-1), TS/TP/M2T (MPEG1/2/4, AVC, VC-1), MP4/MOV (MPEG4, h.264), M2TS et WMV9. Les photos doivent être dans les formats JPEG, GIF, TIF d’un seul niveau, BMP non compressé ou PNG. Les fichiers de musique peuvent être en MP3, WAV/PCM/LPCM, WMA, AAC, FLAC, MKA, AIF/AIFF, OGG, Dolby Digital ou DTS. Comme on peut le constater, le WD TV HD peut lire la plupart des formats connus et répond aux attentes. Son logiciel interne lui permet même d’améliorer automatiquement des films de format plus ancien pour les faire afficher au mieux en haute définition, ce qui donne un résultat assez surprenant.

En quelques mois, les petits lecteurs médias HD ont pris une place de plus en plus importante sur le marché. Au Canada, en plus de ceux de Western Digital, on en trouve d’Asus, d’Omega, de Seagate et de quelques autres compagnies. Finalement, c’est un peu l’équivalent des projecteurs de diapositives qu’on trouvait dans toutes les organisations il n’y a pas si longtemps que ça.

François Picard est journaliste et éditeur du magazine Atout Micro.