Les 50 plus grands visionnaires de la technologie – 26 à 50


Christopher - 18/06/2008

Voici un groupe de personnes qui, à notre avis, comptent parmi les 50 plus importants intervenants des 50 dernières années d’innovation technologique. Sans l’imagination et le travail de ces innovateurs, les technologies que vous utilisez aujourd’hui n’auraient peut-être jamais été inventées.

Il est facile de considérer un ordinateur portable, un iPod ou une imprimante laser comme un simple outil servant à accomplir vos tâches ou comme un passe-temps. Pourtant, ces produits et de nombreux autres appareils de haute technologie ne sont pas tombés du ciel; ils sont le fruit de plusieurs années de travail acharné – parfois d’une carrière entière – consacrées à la mise au point d’un concept par des chercheurs, des concepteurs et des développeurs passionnés.

Notre palmarès de visionnaires de la technologie met en vedette l’inventeur du stockage de données dans un format portable, et qui a pratiquement été rétrogradé pour son exploit, la femme qui a popularisé le terme bogue (bug), après qu’une mite se fut coincée entre deux contacts de relais, ainsi que celui qui, par son génie, a sans doute sauvé le jeu vidéo moderne en créant Jump Man.

Nous ne prétendons pas détenir la pure vérité. Cependant, si vous connaissez des candidats qui méritent d’être reconnus, si vous avez une opinion à partager ou si vous n’êtes pas d’accord avec notre choix, veuillez nous le faire savoir nous faisant parvenir un commentaire.

© Photo: Naval Historical Center26. Grace Murray Hopper On dit « amirale » Hopper, s’il vous plaît. L’officier de marine Grace Hopper

fut une pionnière de l’informatique qui s’est fait les dents à l’époque des calculatrices. Elle travailla par la suite au développement de l’UNIVAC, le premier ordinateur commercial au monde, et créa le compilateur pour ce dernier, le premier logiciel du genre jamais conçu. Mme Hopper a aussi joué un rôle crucial dans l’élaboration des langages de programmation COBOL et FORTRAN et est demeurée une figure de proue de la haute technologie jusqu’à sa mort en 1992. Elle a même laissé sa marque dans notre langue en popularisant (l’ayant peut-être même inventée) l’expression « bogue »,  après qu’elle eut trouvé une mite (bug) dans un relais informatique, sur le campus de l’Université Harvard.

Photo: Ed Schipul27. Jeff Hawkins L’informatique portable a été en grande partie influencée par http://www.numenta.com/about-numenta/people.php, inventeur du populaire PalmPilot, et grand contributeur au développement du Treo, six ans plus tard. Les appareils Palm et Treo sont devenus des marques connues, bien que l’entreprise Palm ait connu plusieurs échecs au cours des dernières années. M. Hawkins travaille maintenant au sein d’une jeune entreprise, Numenta, avec sa partenaire de longue date, Donna Dubinsky, et se spécialise dans les domaines de l’apprentissage automatique et de la neuroscience, sujets qui intéressent fortement M. Hawkins depuis longtemps.

Photo: Unisantis Electronics28. Fujio Masuoka S’il existe une menace éventuelle pour le disque dur d’Al Shugart (voir nº 33 plus bas), c’est bien la mémoire flash imaginée par Fujio Masuoka . Masuoka a développé le stockage sur semi-conducteurs alors qu’il travaillait chez Toshiba (il prétend que l’entreprise a tenté de le destituer après sa découverte). Cette technologie est maintenant perçue comme une solution de rechange aux disques durs, trop fragiles, car la capacité des mémoires flash augmente et les prix diminuent. Pour les gadgets, la mémoire flash est devenue indispensable… ou préférez-vous continuer à sauvegarder vos photos numériques sur des disquettes?

Photo: Apple29. Jonathan Ive Exception faite de sa vedette et chef de direction Steve Jobs, Apple a tendance à garder ses employés loin des projecteurs. Le vice-président et gourou du design Jonathan Ive fait exception à cette règle. Cela va de soi, car il a lui-même changé les règles. M. Ive a éliminé les boîtiers beiges et les bidules de poche qui étaient devenus problématiques. En concevant le iMac original et le iPod, Jonathan Ive a transformé la perception des gens à l’égard des appareils électroniques en faisant passer ces derniers pour des objets décoratifs à la mode, plutôt que pour de simples mécaniques utilitaires.

Photo: Amazon.com30. Jeff Bezos Longtemps dédaignée par Wall Street, Amazon.com – la création de Jeff Bezos – est aujourd’hui un des services Internet dont beaucoup de gens ne peuvent se passer. Jeff Bezos ne s’est pas contenté de faire la promotion des tomes de Harry Potter sur le Web. Son entreprise est également devenue un des chefs de file parmi les fournisseurs de services Web, de stockage en ligne et de location de capacité informatique sur une base horaire. Aujourd’hui, M. Bezos s’applique à transformer Amazon en une plateforme accessible pour vendre tout ce qu’Amazon elle-même ne vend pas.

Photo: eBay31. Meg Whitman Longtemps directrice en marketing chez Hasbro, Meg Whitman est passée des jouets pour enfants au monde des adultes, à titre de chef de direction d’eBay. Mme Whitman s’est jointe à l’entreprise d’enchères en ligne à ses débuts et, en dix ans, l’a propulsée au sommet des entreprises les plus populaires du Web. Elle a pris sa retraite en mars dernier. Exception faite des disputes entourant les changements de politique et l’achat discutable de Skype, le parcours d’eBay est presque sans heurts. Ce succès, selon certains, pourrait la mener à la course au poste de gouverneur de la Californie en 2010, même si M. Whitman réfute nourrir de telles ambitions.

Photo: Wikimedia Commons32. Bill Joy Légendaire dans les hautes sphères de la technologie, Bill Joy fut le directeur scientifique de Sun Microsystems pendant plus de 20 ans, chargé de la supervision de plusieurs percées de première importance, dont la conception de Java, le premier grand langage de programmation pour le Web. Toutefois, la plus grande réalisation de Bill Joy est probablement le projet académique qu’il a entrepris à l’université de Berkeley : le Berkeley Software Distribution (BSD), un composant fondamental qu’utilisent Unix et même le système d’exploitation Mac OS X. À l’heure actuelle, Bill Joy consacre son temps à l’exploration des côtés obscurs de la technologie, notamment les vilains robots, ou encore à ce qui est appelé le phénomène Gray Goo, un scénario où des nanomachines rebelles cèdent à une folie meurtrière et détruisent la planète.

Photo: Computerworld33. Al Shugart Au moment de lire ces lignes, vous êtes probablement en train d’utiliser un produit qui a été conçu par Al Shugart, et vous ne le savez même pas. Peu après sa mise sur pied, Shugart Technology, la société fondée par Shugart, a changé de nom pour « Seagate Technology », lequel dégage une touche d’exotisme. Avec Seagate, M. Shugart a mis au point une technologie destinée au marché de masse qu’il avait commencé à bricoler dans un lecteur de disque dur pendant la période où il travaillait chez IBM, société pour laquelle il a été à la tête de l’équipe qui a inventé la disquette. L’homme coloré a dirigé Seagate pendant presque 20 ans avant de se transformer en une sorte de capitaliste/promoteur, rôle qui a fait de lui un habitué des grands évènements consacrés aux technologies, dont Comdex. Al Shugart est décédé en 2006.

34. Karlheinz Brandenburget et James D. Johnston Qui prétend que ce que l’on apprend à l’école n’est que de la théorie impossible à appliquer? À l’Université Friedrich-Alexander, Karlheinz Brandenburg s’est inspiré de son mémoire pour trouver une façon de compresser des fichiers audionumériques afin d’en réduire radicalement la taille, sans toutefois trop en diminuer la qualité. Le codage en format MP3 en est le résultat aujourd’hui. Chez AT&T Labs, James D. Johnston (à gauche), un ingénieur né aux États-Unis, a amélioré le travail réalisé par Brandenburg en y combinant le codage perceptuel, qui supprime les éléments inaudibles d’un signal audio afin de compresser davantage le fichier. La réalisation de Johnston est également devenue partie intégrante de la plupart des méthodes de compression du son.

Photo: Microsoft35. Ann Winblad Ann Winblad, la cofondatrice du célèbre groupe d’investisseurs Hummer Winblad, a été une actrice importante de la montée en flèche de la popularité du Web 1.0 alors qu’elle investissait dans des entreprises comme Napster, Gazoontite, Liquid Audio et Pets.com. Malgré quelques investissements malheureux, Hummer Winblad a fait suffisamment de choix judicieux pour demeurer un des plus importants investisseurs parmi des dizaines d’entreprises spécialisées dans la technologie, principalement des entreprises spécialisées. N’allez pas croire que Mme Winblad n’est qu’un imposteur, jetez un coup d’œil à ceci : elle a débuté sa carrière en 1970 à titre de programmeuse d’ordinateurs et a obtenu une crédibilité indiscutable en tant qu’intello en ayant fréquenté Bill Gates.

Photo: Nasa36. Charles Simonyi Charles Simonyi, ainsi qu’un peu de sang « gatesien », naturellement, sont la raison pour laquelle vous utilisez Word et Excel plutôt que WordPerfect et Quattro Pro. En tant que responsable de la division du développement d’applications chez Microsoft, M. Simonyi a supervisé la conception de Word et d’Excel à l’époque où l’on utilisait MS-DOS, et a également été responsable de la gamme d’applications pendant plus de 20 ans. De nos jours, ces programmes sont pratiquement aussi omniprésents que Windows, et peut-être même plus étant donné qu’Office est également la suite d’applications standard des ordinateurs Mac. Voici deux faits intéressants à savoir et à raconter concernant Charles Simonyi : il est le deuxième Hongrois à avoir voyagé dans l’espace, et il est le petit ami de Martha Stewart.

Photo: Jackson & Campbell37. Thomas Penfield Jackson Rares sont les gens qui auraient cru que c’est un homme de 62 ans non affilié à l’entreprise qui aurait l’impact le plus profond sur Microsoft depuis des années. Il s’avère toutefois qu’en 1999 Thomas Penfield Jackson, un juge d’une cour de district des États-Unis, a entièrement renversé l’univers de la technologie lorsqu’il a déposé un arrêt de principe stipulant que Microsoft faisait preuve de pratique monopolistique abusive, et ordonnant qu’elle soit séparée en deux entités distinctes. Même si les cours d’appel ont infirmé bon nombre des décisions rendues par Jackson, Microsoft est, depuis ce temps, sur la défensive quant aux poursuites antitrust, et toutes les entreprises désireuses de fusionner ont dû procéder avec précaution suite à l’épisode « Jackson ».

38. Jerry Yang et David Filo Ce modeste duo a fait ses débuts en 1994, alors qu’il se trouvait encore à Stanford, grâce à une idée sans aucune prétention : bâtir un répertoire d’endroits amusants trouvés sur ce qui était à l’époque les premiers balbutiements du Web. Yahoo est le résultat d’une plaisanterie, mais Jerry Yang (à gauche) () et David Filo () en ont fait une des principales destinations sur le Web. De nos jours, des millions de personnes cherchant la porte d’entrée qui donne le plus facilement accès à Internet l’ont adopté comme page d’accueil. Après un épisode improductif à la barre par Terry Semel, un habitué de Hollywood, Jerry Yang a repris les rênes à titre de chef de direction en juin 2007. Aujourd’hui, Yahoo fait face à deux campagnes d’acquisition lancées par Microsoft et Carl Icah.

39. Peter Norton Peter Norton, qui était un moine bouddhiste (http://findarticles.com/p/articles/mi_m5072/is_20_25/ai_102659981) avant de faire son entrée dans l’univers de la technologie, est un des principaux acteurs du secteur informatique depuis trois décennies en raison de la marque qu’il a laissée très tôt à l’époque DOS avec Norton Utilities, le plus important outil de récupération des données conçu pour les PC. M. Norton a poursuivi sur sa lancée en produisant un ensemble de logiciels utilitaires pour les PC dans le même domaine, ainsi qu’en rédigeant divers manuels techniques avant de vendre sa société à Symantec en 1990. Son nom figure encore aujourd’hui sur les applications de cette dernière.

Photo: Wikimedia Commons40. Phil Zimmermann Phil Zimmermann s’est battu contre la loi pour que vous n’ayez pas à le faire. Son application Pretty Good Privacy (PGP), le premier logiciel cryptographique grand public, qui a fait son apparition sur le marché en 1991, a fait de Zimmermann un paria aux yeux du gouvernement des États-Unis. Les autorités fédérales ont étudié pendant trois ans la possibilité que Zimmermann ait violé des lois interdisant l’exportation d’outils cryptographiques. L’affaire a finalement été abandonnée, mais ces évènements ont tout de même fait en sorte que les gens ordinaires puissent protéger le matériel se trouvant sur leur disque dur ou dans leurs courriels, avec les mêmes normes cryptographiques qu’utilise le gouvernement.

Photo: Irene Fertik, USC News Service. Copyright 199441. Jon Postel Comment changez-vous d’adresse IP? Facilement, grâce à Jon Postel, à qui on a donné le nom de « père du DNS », le système qui transforme, par exemple, l’adresse IP 70.42.185.10 en http://www.pcworld.com/. M. Postel a également contribué largement aux protocoles TCP/IP et SMTP grâce aux quelque 200 ouvrages spécialisés qu’il a écrits. Cependant, Jon Postel n’a pas seulement imaginé le système DNS, il en a assuré la mise au point pendant des années en tant que responsable de l’Internet Assigned Numbers Authority (situation qui a fait éclater un conflit mémorable entre lui et le conseiller scientifique du président Bill Clinton lorsqu’il a tenté de transférer le contrôle du DNS de Network Solutions à l’IANA). M. Postel est décédé en 1998.

Photo: Michael Rhodes42. Alan Emtage, Bill Heelan et Mike Parker Avant que n’existe Google, avant que n’existe le Web, les gens devaient trouver un moyen de repérer les fichiers et les programmes cachés sur les serveurs FTP du monde entier. La solution a été Archie (dérivé du mot « archive »), une application conçue en 1990 par Alan Emtage, un étudiant de l’Université McGill, assisté par Bill Heelan et Mike Parker. À l’origine, Archie communiquait régulièrement avec des serveurs FTP éloignés et gardait une liste locale des fichiers qu’ils contenaient pour faciliter l’indexation. Ce procédé peut sembler simple selon les normes d’aujourd’hui, mais il a marqué le pas pour toutes les méthodes actuelles de recherche, et ce, du Web jusqu’au bureau.

Photo: Digital Chocolate43. Trip Hawkins Electronic Arts est une des rares sociétés consacrées exclusivement aux logiciels qui est encore dominante 25 ans après sa fondation, et elle n’aurait jamais vu le jour si ce n’était du pionnier du jeu Trip Hawkins, diplômé de Harvard et de Stanford et ancien étudiant chez Apple qui, en 1982, était persuadé que l’avenir résidait dans les consoles et les jeux informatiques. L’incursion de Trip Hawkins dans le monde du matériel informatique – il a quitté EA en 1991 pour lancer le 3DO – n’a pas connu un énorme succès, mais son premier bébé (http://en.wikipedia.org/wiki/Madden_NFL) continue de faire des petits. Parlez-en à John Madden.

Photo: Huffington Post44. Arianna Huffington Arianna Huffington, une initiée de l’univers politique, a eu un impact considérable sur la technologie qui ne s’est ressenti que récemment. Elle a débuté sa carrière en périphérie de Washington à titre de chroniqueuse, auteure, grand chef et auteure d’émissions télévisées, loin du cercle d’intellectuels de Silicon Valley. En 2005, elle a lancé un petit projet en ligne nommé The Huffington Post, qui a rapidement pris de l’expansion pour devenir une des voix politiques les plus puissantes du Web. Plus que toute autre chose, ses articles ont démontré le pouvoir d’un blogue, car ils intéressent des écrivains célèbres allant de John Kerry à Jamie Lee Curtis, tous impatients de voir leur message divulgué par le biais du mode de diffusion qu’offre Huffington.

Photo: Susan Kare45. Susan Kare Susan Kare, une autre personne à avoir révolutionné le monde de Macintosh, a travaillé dans l’ombre, mais a généré des innovations essentielles. Son premier exploit a été de concevoir les styles de caractère, et certaines des icônes emblématiques qui ont fait leur marque avec les Macintosh. L’icône Happy Mac demeure un des signes les plus évidents que l’informatique se porte bien. Aujourd’hui, Susan Kare travaille comme créatrice indépendante. Elle a élaboré les cartes du jeu Solitaire de Windows que tout le monde connaît et elle conçoit actuellement les émoticônes de Facebook.

Photo: Scott Chase46. Sir Arthur C. Clarke On doit certes donner crédit à Arthur C. Clarke pour avoir inspiré des milliers de pionniers de la technologie, mais Sir Clarke n’a pas qu’écrit des ouvrages précurseurs de science-fiction, notamment 2001, l’odyssée de l’espace. Il a également conçu des satellites géostationnaires de télécommunications (des satellites qui tournent autour de la terre à une vitesse proportionnelle à celle de la rotation de cette dernière, de sorte qu’ils restent toujours à un endroit plus élevé qu’un même point géographique). Les satellites qui suivent une orbite de ce genre, que l’on appelle parfois l’« orbite de Clarke », sont essentiels à l’infrastructure des télécommunications, aux GPS et aux nombreuses autres technologies. Sir Clarke est décédé en mars 2008 à l’âge de 90 ans.

Photo: Wikimedia Commons47. Herbie Hancock En 1963, quand Herbie Hancock a lancé son simple Rockit, tiré de l’album Future Shock, peu de gens savaient comment réagir. Tous étaient cependant frappés par le son unique; il s’agissait possiblement de la première œuvre sur laquelle on avait fait de la lecture de recherche inversée. Même si Hancock n’était pas la première personne à avoir beaucoup utilisé des synthétiseurs, des batteries électroniques et d’autres dispositifs de musique informatisés, peu de musiciens utilisaient autant ces appareils et touchaient un public aussi diversifié. Rockit et son vidéoclip novateur sont perçus aujourd’hui comme un tournant de la scène musicale électronique, et Hancock est aussi vénéré qu’un politicien chevronné.

Photo: Fred Armitage48. William Gibson Le roi des cyberpunks, William Gibson, a inspiré toutes les créations de génie technologique, dont un certain nombre ont réellement vu le jour. Ses toutes premières lubies ont donné naissance au terme « cyberespace » et aux concepts visuels s’y rattachant qui, en retour, ont incité les gens à commencer à repenser les réseaux de manière à transcender les textes et les lignes de commande. Nous n’insérons peut-être pas encore des puces dans nos cerveaux, mais les prophéties fictives de M. Gibson ont étrangement tendance à devenir réalité.

Photo: Ipopisp.com49. Gary Kildall Surnommé « l’homme qui aurait pu être à la place de Bill Gates » par le magazine BusinessWeek, Gary Kildall est celui que Gates a battu lors de l’appel d’offres pour un système d’exploitation pour le PC original d’IBM. La légende veut que Kildall n’ait pas assisté à la rencontre avec IBM pour plutôt aller piloter son avion. On a pourtant appris après son décès qu’il a lui-même nié cette rumeur dans ses mémoires, qui n’ont jamais été publiées. Si l’on met cet évènement controversé de côté, Kildall a apporté d’importantes contributions au secteur de la technologie, plus particulièrement lorsqu’il a dirigé Digital Research, responsable de la création du système d’exploitation CP/M, prédécesseur réputé du DOS, puis en tant qu’animateur de la célèbre émission télévisée de service public Computer Chronicles. Gary Kildall est décédé en 1994.

Photo: Google50. Udi Manber S’il existe au monde un moteur de recherche qui ne porte pas la marque de Udi Manber, c’est que nous n’en avons jamais entendu parler. De Yahoo, à A9 de Amazon, en passant par Google, Manber est une des personnes à avoir le plus contribué au domaine de la recherche. Son travail renvoie à encore plus loin que cela, soit à AltaVista. Il était un membre étoile de l’équipe de conceptualisation de ce que plusieurs considéraient comme le meilleur moteur jusqu’à ce que Google se mette de la partie.

Curieux de savoir qui sont nos autres choix, des positions 1 à 25? La suite de ce palmarès, qui comprend les Gates, Jobs, Torvalds et autes, se trouve sur cette page.

Êtes-vous d’accord avec notre choix? Votez pour le visionnaire qui, à votre avis, a eu le plus d’impact sur l’industrie des TI en vous rendant sur cette page. Ou encore, suggérez-nous un visionnaire que nous avons oublié. Profitez-en pour nous faire par de vos commentaires.

Christopher Null est un collaborateur régulier du magazine PC World, une publication de IDG Communications.