Les 7 risques du cloud computing


Francois5 - 17/07/2008

Pour Gartner Group, l’ampleur de l’impact du cloud computing sur la direction informatique aura une magnitude similaire à celle qu’a le commerce électronique.

Cette prédiction n’empêche pas le cabinet d’analystes d’alerter sur les risques inhérents à l’utilisation de ressources et de services informatiques mis à disposition par des tiers, via Internet. Voici sept points clés à clarifier avant de signer avec un fournisseur.

1-La qualité des superviseurs

Sous-traiter ses données les plus sensibles ne peut s’envisager que si on a la certitude que les informaticiens du sous-traitant sont dignes de confiance et que leurs faits et gestes sont contrôlés. Gartner recommande un droit de regard et de contrôle sur les personnels du fournisseur.

2-Conformités légales

En fin de compte, c’est le propriétaire des données qui est tenu responsable en cas d’infraction à la législation. Les fournisseurs de doivent se plier à toutes les demandes d’audit externes et disposer de toutes les certifications de sécurité nécessaires pour que leurs clients aient la certitude d’être couverts.

3-Localisation des données

L’utilisation de sites de stockage multiples fait partie des points forts de cette approche, mais aussi de ses points faibles. En effet, la dématérialisation touche à ses limites lorsqu’on s’intéresse au lieu où se trouve implanté un site de stockage. Les données qu’il contient relèvent alors du régime juridique local. Autant savoir sous lequel peuvent se trouver ses données.

4-Isolement des données

Par définition, le cloud computing rime avec partage des ressources. Cela engendre une menace sur la confidentialité des données. Il faut s’assurer de leur cryptage correct et qu’il est possible de les isoler. Ce point est crucial. Un cryptage qui ne respecte pas les règles de l’art peut déboucher sur une perte irréversible.

5-Récupération

Ignorer où se trouvent ses données ne veut pas dire que l’on ne puisse pas avoir l’assurance des moyens mis en place pour leur sauvegarde en cas de problème majeur. La réplication sur plusieurs sites distants est un impératif. Une restauration complète dans des délais contractuels l’est aussi.

6-Collaboration avec la justice

Une architecture en cloud computing ne doit pas empêcher de répondre aux injonctions de la justice, que ce soit pour des raisons fiscales ou d’autres d’ordre juridique. La traçabilité de l’accès aux données, en particulier, peut être une gageure pour le fournisseur. Un accord contractuel voire, dans l’idéal, la démonstration qu’il a été répondu facilement aux demandes lors d’une précédente enquête, s’imposent.

7-Viabilité à long terme

Le fournisseur idéal ne défaille jamais et gagne suffisamment bien sa vie pour, d’une part, ne pas déposer le bilan et, d’autre part, ne pas devenir une cible et être absorbé. Quoi qu’il en soit, les données de ses clients doivent traverser ces éventuels aléas sans en être affectées et, surtout, pouvoir être restituées. La description précise de cette restitution (conditions, délais, formats) doit figurer dans le contrat originel. Après, il sera trop tard.

François Lambel Service de nouvelles IDG