Les avantages et les risques de l’information instantanée


Jean-François Ferland - 22/09/2006

Lorsqu’un événement tragique est survenu la semaine dernière, les comportements des humains ont résulté en une utilisation immédiate et intensive des technologies de l’information et des communications. Les buts visés sont tantôt très bénéfiques, tantôt inappréciables.

Les TIC jouent un rôle prépondérant pendant et après un événement aux conséquences malheureuses, et ce rôle est dorénavant indéniable et inévitable en cette ère de l’information instantanée.

Les technologies peuvent jouer un rôle très crucial et appréciable. Par exemple, le téléphone cellulaire permet d’appeler à l’aide, de relayer des informations ou de contacter des êtres chers pour faire le point sur une situation physique ou état d’âme. Il y a à peine dix ans, il aurait fallu se rabattre sur les cabines téléphoniques pour établir les mêmes contacts. Les réseaux de télécommunications des institutions de sécurité publique et de santé permettent de coordonner les efforts de réponse et d’accélérer l’implication des gens dont la présence ou les actes sont requis rapidement.

Le réseau Internet, lui, permet d’informer les masses d’une façon quasi instantanée. Les sites Web des organes d’information que sont les journaux et les stations de radio et de télévision affichent rapidement des contenus, alors que les sites agrégateurs de nouvelles soulignent à une échelle régionale, nationale ou internationale l’ampleur d’un événement au fur et à mesure que des dizaines, puis des centaines d’articles sont mis en ligne.

Toutefois, les technologies de l’information n’ont pas que des effets bénéfiques. Par exemple, lorsqu’une rumeur qui n’est pas fondée circule dans la population et qu’elle atteint le Web sans qu’on ait procédé à une vérification élémentaire auprès de plusieurs sources, puis que l’information est reprise par d’autres sites, il en résulte une exagération inexacte des faits qui peut amplifier inutilement une situation déjà grave.

Et malheureusement, le côté sombre de la nature humaine fait surface lors d’une situation de crise. La publication d’informations fausses et l’expression de propos inappropriés par des personnes sans morale sont une triste réalité sur le Web, tandis que plusieurs autres personnes céderont à la tentation et rechercheront des éléments sordides sur la Toile pour assouvir leur curiosité et, qui sait, alimenter le commérage qui existe depuis la nuit des temps.

On dit souvent que les technologies de l’information et des communications « ont changé le monde à tout jamais ». Elles ont toutefois leurs limites. Tristement, lorsqu’un événement tragique est survenu la semaine dernière, des personnes ont appris la plus douloureuse des nouvelles d’une manière appropriée, soit d’une personne qui se trouvait face à face, devant elles.

C’est alors qu’on constate que les technologies de l’information, Dieu merci, n’ont aucunement leur place pour certains rapports humains de la vie.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+