Les Canadiens, la vie et les réseaux sociaux… humains


Jean-François Ferland - 26/06/2009

Statistique Canada publie des données relatives au recours aux réseaux sociaux par les individus lorsqu’ils vivent des changements importants. Bien qu’on fournisse quelques données relatives à Internet, les réseaux sociaux en question sont les liens humains et non ceux du Web 2.0.

Dans l’édition du bulletin Le Quotidien du 26 juin 2009, Statistique Canada publie des données émanant d’une enquête omnibus sous le titre Comment les réseaux sociaux aident les Canadiens à faire face aux changements majeurs. Or, les données en question n’ont pas trait aux réseaux sociaux technologiques qui sont associés au concept du Web 2.0, mais plutôt aux liens et aux rapports humains dont ils sont l’extension.

À propos des TIC, le document de Statistique Canada indique qu’un quart des Canadiens âgés de 20 ans et plus auraient eu recours à Internet à titre de « composante de leur réseau social ». On précise que la moitié des personnes âgées de 20 à 29 ans, 47 % des personnes âgées de 30 à 44 ans, 31 % des personnes âgées de 45 à 64 ans et 11 % des personnes âgées de 65 ans et plus auraient intégré la Toile dans leur réseau social. Le recours à Internet dans ce contexte semble correspondre aux tendances générales d’utilisation du Web en général par la population.

Toutefois, le document ne précise pas de quelle façon Internet a été utilisé par les personnes interrogées, alors que les réseaux sociaux sous forme électronique sont en plein essor.

Luc Pelot, un des analystes de Statistique Canada qui a oeuvré au sondage, a confirmé que l’enquête sociale générale n’a pas sondé en détail l’utilisation d’Internet par les Canadiens dans le contexte des réseaux sociaux humains. Il a ajouté que ce sujet devrait faire l’objet d’une autre enquête dans cinq ans, mais qu’il ne pouvait indiquer si les réseaux sociaux électroniques allaient alors faire l’objet d’une interrogation précise.

Toutefois, M. Pelot a indiqué que l’édition 2010 du sondage, qui est encore au stade de la conception, s’intéressera à l’emploi du temps des Canadiens sur Internet. Le clavardage, les sites de réseautage sur Internet et la messagerie texte feront partie des sujets de cette enquête.

Réseaux 1.0

Ce sont donc les réseaux sociaux humains, dont les Facebook, MySpace et autres Twitter de la Toile constituent une extension technologique, qui ont suscité l’intérêt premier des interrogations de Statistique Canada.

Néanmoins, il est intéressant d’apprendre que la plupart des Canadiens ont vécu des changements majeurs en 2008, surtout au niveau des finances, de l’emploi, de la santé, du rôle de parent, des soins aux enfants ou à une personne handicapée ou malade.

En 2008, 57 % des personnes âgées de 20 à 29 ans auraient vécu un changement majeur qui aurait surtout été perçu de façon positive. La famille aurait été la ressource la plus utile pour 57 % des répondants, alors que 12 % des répondants auraient plutôt identifié leurs amis comme ressource primordiale. Chez les personnes âgées de 30 à 44 ans, la moitié des répondants auraient vécu un changement majeur en 2008. Alors que la fondation d’une famille et l’amorce d’une carrière professionnelle caractérisent généralement cette tranche d’âge, les parents, les amis proches et les professionnels, dans l’ordre, seraient les premières ressources à être consultées.

Chez les personnes âgées de 45 à 64 ans, pour qui les changements majeurs auraient été moins fréquents, la famille serait la ressource la plus souvent consultée sauf en matière de santé où l’on ferait appel en premier aux professionnels. Chez les personnes âgées de 65 ans et plus, seulement un quart des répondants auraient vécu un changement majeur dont la perception aurait été plutôt négative. Les professionnels de la santé seraient souvent consultés, tout comme la famille.

Ces données émanent d’une étude nommée Enquête sociale générale qui est produite par Statistique Canada depuis 1985. Pour l’édition relative à l’année 2008, 19 000 personnes âgées de 20 ans et plus qui sont situées dans les dix provinces canadiennes ont été interrogées.

Exclusion de la population mobile

Par ailleurs, selon une fiche explicative http://www.statcan.gc.ca/cgi-bin/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=5024&lang=fr&db=imdb&adm=8&dis=2 , Statistique Canada précise que l’enquête est réalisée par le biais d’un sondage téléphonique, soit par le contact d’abonnés aux réseaux téléphoniques filaires. Ainsi, la population qui n’est accessible que par téléphone mobile est exclue, ce qui correspondait à 6,4 % de la population en décembre 2007.

Cette proportion de la population avait augmenté à 8 % en décembre 2008, en vertu de la récente enquête sur le service téléphonique résidentiel de Statistique Canada.

Avec l’intérêt accru pour les appareils mobiles pour la communication vocale, mais aussi pour la navigation sur Internet, il sera intéressant de voir comment Statitique Canada tentera de joindre une portion de la population qui fait une grande utilisation des technologies de l’information et des réseaux sociaux.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+