Les TI et le commerce électronique au sein de l’administration publique québécoise


Institut de la statistique du Quebec - 12/07/2007

Selon une enquête publiée récemment, voici un portrait de l’adoption et de l’utilisation des technologies de l’information ainsi que du développement du commerce électronique au sein des ministères et organismes du Québec. Analyse.

Les communications sans fil progressent

Selon l’Enquête 2005-2006 sur l’adoption du commerce électronique et de la technologie au sein de l’administration publique québécoise, le taux d’utilisation des technologies de l’information de base (courrier électronique, réseau local et Internet) a très peu varié depuis l’année dernière, puisque ces technologies sont utilisées par presque tous les ministères et organismes de l’administration publique québécoise.

Par contre, les communications par la technologie sans fil ont progressé et sont passées d’un taux d’utilisation de 75,8 % en 2004-2005 à 88,6 % en 2005-2006. L’emploi de cette technologie demeure tout de même inférieur à la moyenne canadienne (91,3 %).

En 2005-2006, l’enquête a cherché à connaître le degré d’intégration de la téléphonie sur Internet (VoIP) – technique de transmission de messages vocaux sur un réseau IP – dans l’administration publique québécoise. Plus de 18 % des répondants ont déclaré avoir implanté cette technologie au sein de leur organisation. Mais ce sont davantage les ministères et organismes de grande taille qui ont adopté cette technologie, soit 23,3 % des organisations de 250 à 999 employés et 47,4 % de celles de 1 000 employés et plus.

Connexion Internet à haute vitesse

Avec un taux de pénétration de 76,4 % en 2005-2006, la connexion Internet fixe haute vitesse demeure la plus employée par l’ensemble des ministères et organismes de l’administration publique.

Pour sa part, la connexion de type ADSL demeure la deuxième technologie la plus utilisée avec un taux de 51,2 %. On note aussi que 19,5 % des ministères et organismes ont recours à quatre types de connexion et plus pour accéder à Internet. Par ailleurs, 35,0 % des ministères et organismes n’utilisent qu’un seul type de connexion Internet et, parmi eux, 58,1 % se servent de la connexion Internet fixe haute vitesse et 32,6 %, de la ligne ADSL.

Les ministères et organismes de 1 000 employés et plus sont les plus grands utilisateurs de connexion mobile faible vitesse (36,8 %) et de connexion mobile haute vitesse (31,6 %).

L’accès à distance est répandu

Les deux tiers des ministères et organismes permettent à certains de leurs employés, qui travaillent une partie de leur temps à l’extérieur du lieu habituel de travail (une demi-journée par semaine et plus), l’utilisation des technologies de l’information tout en ayant accès au système informatique de leur organisation, par exemple lors de voyages d’affaires ou pour effectuer du télétravail.

La plupart de ces employés, soit 96,3 %, peuvent accéder au système informatique de leur organisation à partir de leur résidence. De plus, 78,0 % de ces employés accèdent au système informatique de leur organisation à partir d’autres établissements de leur ministère ou organisme dispersés géographiquement et 86,6 % se connectent au système informatique de leur organisation pendant un voyage d’affaires.

Prestation variable de services électroniques

Afin de rendre les services publics plus accessibles et plus efficaces, le gouvernement a mis en place plusieurs infrastructures technologiques permettant d’offrir ses services par Internet.

D’après les résultats de l’enquête de 2005-2006, 38,2 % des ministères et organismes offrent des services de type informationnel (voir définitions à la fin de l’article) à leur clientèle et 30,1 % ont conçu des services interactionnels, tandis que 31,7 % permettent la transmission de documents électroniques et le paiement en ligne afin de réaliser une transaction complète.

Plus de 57 % des petites organisations (de 1 à 49 employés) proposent des services informationnels. Les organisations de 250 employés et plus sont plus susceptibles de mettre à la disposition des entreprises et des citoyens des services transactionnels. Ainsi, 43,3 % des ministères et organismes de 250 à 999 employés et 57,9 % de ceux ayant 1 000 employés et plus offrent ce type de service.

Tous les ministères et organismes possédant un site Web fournissent de l’information générale sur leur ministère ou organisme et 88 % d’entre eux y présentent la description de leurs produits et services.

À cause de leur mission, la plupart des ministères et organismes gouvernementaux offrent des produits et services non marchands à leur clientèle. C’est ainsi qu’en 2005-2006, 78 % de ceux-ci déclarent diffuser et transmettre de façon électronique des produits et services numériques gratuits. Seulement 17 % vendent des produits et services par l’entremise d’Internet et moins de 50 % de ces derniers proposent le service après-vente.

Principale activité liée à l’utilisation d’Internet

En 2005-2006, 74,0 % des ministères et organismes affirmaient effectuer des téléchargements de biens et services numériques gratuits et 64,2 % de ceux-ci, de biens ou services numériques payants.

Plusieurs autres activités se font par Internet par le personnel de l’administration publique québécoise. Ainsi, 54,5 % des ministères et organismes reçoivent de la formation par Internet, 50,4 % font de la surveillance de marché, 48,0 % obtiennent des services après-vente et 43,1 % réalisent des transactions bancaires et financières.

Question de sécurité?

En offrant de nouveaux services électroniques par l’entremise du Web, le gouvernement québécois doit adopter et mettre en œuvre des moyens de protection de ses systèmes et réseaux d’information pour assurer la sécurité et la confidentialité de l’information et contribuer à garder la confiance des citoyens et des entreprises. Dans l’enquête de 2005-2006, 99,2 % des ministères et organismes révèlent utiliser un logiciel de détection et de protection de virus et 98,4 % d’entre eux se servent d’un logiciel pare-feu.

Outre ces technologies, 84,6 % des ministères et organismes ont installé des technologies logicielles ou matérielles permettant d’effectuer des communications client-serveur sécurisées. Plusieurs ont mis en place un système d’authentification pour les usagers internes (80,5 %) et pour les usagers externes (55,3 %) lorsque vient le temps de se connecter au réseau de leur organisation. Afin de s’assurer contre les risques potentiels de perte de renseignement ou d’information qu’ils détiennent, 72,4 % des ministères ou organismes sauvegardent leurs données à l’extérieur du lieu de travail.

Adoption du logiciel libre

En 2005-2006, près de 50 % des ministères et organismes gouvernementaux disent faire usage de logiciels libres tels que Linux, mais très peu d’entre eux (13 %) développent ou modifient des logiciels libres à des fins d’utilisation interne ou externe. Un peu plus de 11 % des ministères et organismes prévoient les utiliser dans le futur, tandis que 39 % déclarent qu’ils ne prévoient pas les utiliser.

__________________________________

Définitions

Services informationnels Il s’agit d’un site Web d’information et de diffusion. Il n’y a aucune communication personnalisée et bidirectionnelle avec la clientèle.

Services interactionnels Outre l’offre des services informationnels, ces sites Web utilisent la messagerie électronique, un moteur de recherche, des forums publics, des listes d’envoi et le téléchargement de formulaires. On peut donc effectuer de la recherche d’information et de documents et recevoir les demandes d’information et y répondre électroniquement.

Services transactionnels La prestation de services transactionnels est le prolongement des services de type interactionnel. Une procédure permet la transmission de documents électroniques et le paiement en ligne afin de réaliser une transaction complète. Cela suppose d’introduire des mécanismes de contrôle efficaces d’échange électronique de données sécurisé, d’authentification et de confidentialité des renseignements personnels.

Sources :

Institut de la statistique du Québec, Enquête sur l’adoption des technologies de l’information et du commerce électronique au sein de l’administration publique québécoise.

Statistique Canada, Enquête sur le commerce électronique et la technologie, 2006.