L’identité numérique des médicaments: un concept gagnant


Virginie Auger, OQLF - 23/11/2010

Le Département de pharmacie du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine est le lauréat du Mérite du français 2010 dans la catégorie Application logicielle – Grande organisation.

Le concept d’identité numérique des médicaments et Pari Batch, l’application Web qui en découle, ont été développés par le Département de pharmacie du Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine. Cette initiative, unique au Canada, a comme principal objectif de diminuer les incidents ou les accidents liés à la préparation des médicaments en milieu hospitalier.

L’identité numérique d’un médicament, c’est en fait toute l’information liée à celui-ci qui est enregistrée sous forme numérique, ce qui permet la constitution d’une banque de données. Cette banque de données peut comprendre notamment le code-barres du médicament, sa description, une photo de son emballage, une photo du médicament lui-même, son nom en anglais et en français ainsi qu’un fichier audio de sa prononciation.

« On souhaite que l’identité numérique de l’ensemble des médicaments et des produits pharmaceutiques commercialisés au Canada soit obligatoire », explique Denis Lebel, pharmacien au CHU Sainte-Justine, qui a travaillé au développement du concept d’identité numérique des médicaments.

Le dossier n’est pas nouveau, différentes associations de pharmaciens établies en Amérique du Nord font valoir depuis longtemps à l’industrie pharmaceutique qu’il serait important d’identifier les produits à l’aide de code-barres. Ces pressions ont abouti puisque d’ici la fin de l’année 2012, tous les médicaments vendus au Canada devraient en avoir un. « Avec notre concept d’identité numérique, nous avons tout de même poussé l’idée un peu plus loin », affirme M. Lebel.

En effet, ce que Denis Lebel et son équipe tentent de démontrer avec le concept d’identité numérique, c’est qu’en plus d’avoir un code-barres, tous les médicaments devraient être inscrits dans une banque de données d’identité numérique commune et centralisée. L’organisme GS1 Canada, qui aide les entreprises à créer des codes-barres conformes aux normes mondiales, est d’ailleurs pressenti pour être le dépositaire des renseignements concernant tous les médicaments et produits pharmaceutiques distribués au pays.

Pari Batch : une application Web qui appuie un concept

L’application Web Pari Batch, conçue par le Département de pharmacie du CHU Sainte-Justine, concrétise le concept d’identité numérique des médicaments et en démontre l’utilité en milieu hospitalier. Deux cents médicaments liquides administrés par la bouche ont ainsi été utilisés pour bâtir la banque de données qui a servi au développement de cette application Web. À l’intérieur d’un boîtier minutieusement conçu, la bouteille et le liquide de chacun des deux cents médicaments ciblés ont été photographiés. Les codes-barres des médicaments ont également été enregistrés pour ainsi créer, à petite échelle, une banque de données d’identité numérique.

Accessible dans l’intranet du Département de pharmacie, l’application est utilisée quotidiennement par le personnel et, selon M. Lebel, cette assistance informatique simplifie le processus de préparation des médicaments et évite de commettre certains incidents ou accidents. « Aujourd’hui nous savons qu’au deuxième processus de validation, qui est fait par le pharmacien, de 2 à 3 % des doses sont retournées pour un contrôle de qualité. C’est que grâce au logiciel, le pharmacien n’a plus à se demander s’il a le bon produit entre les mains et il peut donc vérifier avec plus d’attention le volume de médicament contenu dans la seringue », mentionne M. Lebel.

Pour différentes raisons, le logiciel Pari Batch simplifie le processus qui mène à la préparation des doses de médicament. L’assistant technique, qui reçoit les ordonnances sous forme d’étiquettes comportant des codes-barres, scanne ces codes et fait apparaître à l’écran le contenu des ordonnances. Des aides visuelles le guident alors dans tout le processus de préparation des doses. Ainsi, une image lui permet de voir la couleur du médicament demandé, ce qui l’assure d’utiliser le bon produit. L’assistant peut visualiser également la position du piston de la seringue de dosage et ainsi préparer le volume approprié. Une alerte sonore l’avertira si une dose inférieure à 0,1 ml est prescrite; un autre signal l’informera qu’un patient a quitté l’hôpital de sorte que l’ordonnance n’a plus à être exécutée.

Le concept d’identité numérique des médicaments de même que de l’application Web qui en découle ont été entièrement développés en français. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’Office québécois de la langue française a remis au Département de pharmacie du CHU Sainte-Justine un Mérite du français dans les TI, en mars dernier. Par la suite, le Réseau Action TI l’a récompensé à son tour en lui décernant l’OCTAS du français dans les TI. Fier de la réalisation de son équipe, M. Lebel affirme : « Si une banque de données d’identité numérique des médicaments existe un jour au Canada, il faudra qu’elle soit en anglais et en français. Et nous serons là pour le défendre. »

Direction informatique faisait partie du jury de l’Édition 2010 des Mérites du français dans les technologies de l’information de l’Office québécois de la langue française.

De gauche à droite : Mme Liette D’Amours, directrice du marketing et des communications, CEFRIO; M. Denis Lebel, pharmacien, Département de pharmacie du CHU Sainte-Justine; M. Jean-Marc Forest, pharmacien, Département de pharmacie du CHU Sainte-Justine; Mme Lisette Charland, conseillère en francisation, Office québécois de la langue française; Mme Joanne Dinelle, gestionnaire Affaires publiques et générales, Financière Sun Life; Mme Isabelle Goyer, résidente en pharmacie, Département de pharmacie / CHU Sainte-Justine; Mme Gabrielle Ferland, résidente en pharmacie, Département de pharmacie / CHU Sainte-Justine.




Tags: , , , , ,