L’impartition, le code source libre et Google parmi les facteurs de premier plan


André Ouellet - 21/12/2005

L’année tire à sa fin et, comme le veut la coutume, les firmes d’analyse du secteur des TI font appel à leur boule de cristal afin d’entrevoir ce que nous réservent les douze prochains mois. Si chacune aborde l’exercice selon l’angle de son choix, plusieurs prédictions se recoupent néanmoins.

Les observateurs s’entendent généralement sur le fait que la croissance de l’industrie se poursuivra, quoique de façon modérée. IDC parle d’un taux de 5,5 % – légèrement inférieur aux 6 % enregistrés en 2005. Forrester Research, de son côté, prédit que les dépenses en matière de TI ralentiront jusqu’en 2008, année qui marquera le début du prochain boom. Nullement comparable à l’ère point.com, cette nouvelle période de prospérité pourrait donner lieu à un taux de croissance de l’ordre de 9 %, selon Forrester.

L’accroissement des revenus liés aux services, qui s’est fait au détriment des produits au cours des dernières années, s’accélérera en 2006, estime IDC. Le point culminant en cette matière sera atteint avec la commercialisation attendue d’applications offertes en tant que service en ligne par un ou plusieurs des grands fournisseurs (SAP, Microsoft ou Oracle). Il s’agit là de « l’effet Google », l’une des deux grandes tendances qui, aux dires d’IDC, marqueront 2006.

D’ailleurs, il semble bien que la prochaine année nous réserve des développements importants dans la guerre entre Microsoft et Google. À tout le moins, un avant-goût nous en est donné ces jours-ci dans les médias, où l’on a fait état de la convoitise par les deux rivaux d’une collaboration avec AOL, Google ayant finalement remporté la mise. D’après la firme Nucleus Research, Google continuera à éroder la domination de Microsoft dans le marché des ordinateurs grand public. La question est de savoir si la multinationale de Seattle choisira de livrer bataille sur un deuxième front, celui des applications d’entreprise, où Google tente d’accroître son influence.

D’autre part, la demande en matière d’applications à code source libre continuera d’augmenter. Nucleus prédit que les restrictions budgétaires et le nombre croissant d’applications offertes favoriseront un tel accroissement. IDC abonde dans le même sens, et va même plus loin : le modèle d’innovation en vase clos est une espèce en voie de disparition, le regroupement communautaire devenant un élément important du leadership exercé au sein des marchés. Pour IDC, la collaboration est la seconde des deux grandes tendances que l’on pourra observer dans l’industrie en 2006.

L’impartition figure aussi parmi les phénomènes qui retiennent le plus l’attention des analystes. Et qui dit impartition, dit marchés émergents. En Inde, en Chine, en Europe centrale et en Europe de l’Est, la croissance à deux chiffres sera de nouveau à l’ordre du jour, selon les estimations d’IDC. Nucleus émet un son de cloche discordant, toutefois ; la firme est d’avis que l’impartition extraterritoriale a perdu de son pouvoir d’attraction auprès des organisations.

Ce qui n’empêche pas Gartner de prévoir un accroissement important de l’impartition des processus administratifs (en anglais BPO – Business Process Outsourcing), stimulée principalement par le secteur de l’assurance, qui entreprend la modernisation de ses systèmes patrimoniaux. D’ici 2008, les dépenses de ce secteur en matière d’impartition pourraient atteindre 11 milliards de dollars.

Il est à prévoir, par ailleurs, que la vogue de l’informatique mobile poursuivra sur sa lancée en 2006. Sur le site Baseline, géré par Ziff Davis, on évoque à cet égard le recours grandissant au cellulaire en tant que dispositif de traitement des données. Pour Gartner, l’utilisation du bloc-notes à l’extérieur des entreprises a atteint une telle ampleur, que les organisations forceront leurs employés à acheter leur propre appareil au cours des prochaines années. La firme prévoit que les entreprises instaureront une allocation de bloc-notes, au même titre que pour une voiture.

Le perfectionnement des communications sans fil représente un autre facteur susceptible de favoriser l’essor de l’informatique mobile. D’après Nucleus, les prix seront à la baisse en 2006, mais les préoccupations vis-à-vis de la sécurité se feront plus grandes.

Autres tendances à surveiller : la poursuite des fusions entre entreprises du secteur des TI et des télécommunications, l’ascension des systèmes de veille stratégique, l’accroissement des dépenses relatives à la conformité et la popularité croissante de l’architecture orientée service (SOA).