L’importance de rechercher, d’expérimenter et de développer


Patrice Guy - 27/06/2008

La vitesse du changement risque toujours de nous laisser loin derrière, dans la poussière, ce qui nécessite des organisations un souci constant d’innovation. Est-ce que les chefs des systèmes d’information y accordent l’importance nécessaire?

Ces derniers mois, j’accorde une petite période quotidienne à explorer les réseaux sociaux et à en expérimenter un certain nombre. C’est pourquoi vous pouvez me suivre sur Twitter, par exemple, à cette adresse. Et j’ai désormais un profil un peu partout : Facebook, LinkedIn, Viadeo, et quoi encore.

Mon travail est assez laborieux, puisque chaque jour je découvre un nouveau réseau social. Ou une plateforme me permettant d’en créer un moi-même. Ou des outils pour me permettre de mieux les utiliser. Ou un widget qui me permet de mettre à jour mon profil à plusieurs endroits en même temps. Ou de… vous voyez ce que je veux dire.

Dans ma démarche, je me pose toujours la même question : comment l’utiliser à bon escient? Quel genre de processus ou d’environnement utile pour notre organisation peut-on développer grâce à ces outils? En général, les idées ne manquent pas. Mais jamais je n’aurais pu avoir quelque idée que ce soit sans avoir expérimenté. Sans avoir observé quelqu’un utiliser tel service de telle manière et ainsi piquer ma curiosité.

Ça, c’est un processus préalable à l’innovation. C’est de la recherche. J’avoue qu’il est peut-être difficile de convaincre son supérieur que passer du temps sur Facebook peut être de la recherche stratégique pour l’entreprise. Mais selon la manière qu’on y passe son temps, ça peut en être.

Ainsi, à la vitesse qu’évoluent les technologies aujourd’hui, il faut accorder des ressources à la veille, à l’expérimentation et à l’innovation. La finalité du service informatique d’une organisation n’est pas uniquement de faire rouler les systèmes et de fournir les équipements technologiques à tout un chacun. Son rôle doit aussi comprendre une fonction de vision.

Dans une récente note de recherche, le groupe Gartner affirme que « les chefs de systèmes d’information qui se contenteront de faire rouler le centre de données, d’assurer la continuité des opérations et de trouver des bidules technologiques à montrer aux gens » ne survivront pas. Point à la ligne.

Le groupe suggère du même souffle au chef des systèmes d’information de mettre en place un processus formel d’évaluation des technologies et des tendances émergentes, de créer des équipes virtuelles rassemblant leurs meilleures ressources et de leur donner du temps pour rechercher de nouvelles idées et des innovations, en particulier celles qui sont issues des technologies pour consommateurs et du Web 2.0.

Le chef des systèmes d’information doit être plus qu’un opérateur de systèmes. Il doit faire le lien entre les technologies et les affaires afin de trouver des solutions et des opportunités stratégiques pour l’organisation.

Le faites-vous?

Patrice-Guy Martin est rédacteur en chef du magazine Direction informatique.