L’ordinateur caché dans le téléphone


François Picard - 19/04/2006

Un ordinateur et un téléphone dans le creux de la main, cela simplifie bien les choses, surtout quand ils ne font qu’un, et c’est ce dont rêvent beaucoup de gens d’affaires qui n’ont pas envie de trimbaler un ordinateur portatif partout avec eux.

La solution à ce problème est un téléphone intelligent. Il en existe plusieurs modèles basés surtout sur les systèmes d’exploitation Palm, Windows pour Pocket PC ou Blackberry. Nous avons testé le Treo 650 de Palm qui peut satisfaire aux besoins de beaucoup de gens en matière de communications d’affaires et qui est maintenant offert par Bell Mobilité, Telus Mobilité et Rogers sans fil.

En fêtant son 10e anniversaire, fin mars, la société Palm annonçait qu’elle avait vendu 34 millions de Palm à travers le monde, mais le plus surprenant est que près de 10 % de ces appareils étaient des téléphones intelligents (smartphones). Le dernier téléphone intelligent mis sur le marché par Palm est le Treo 650 qui est produit en version Palm et en version Pocket PC, mais seule la version Palm est disponible au Canada.

Le Treo 650 est à la fois un téléphone cellulaire numérique, un appareil photo numérique de 0,3 Mpx et un ordinateur de poche avec un clavier QWERTY intégré. Cependant, ce clavier est si petit qu’il ne peut servir que pour dépanner, pour écrire un court texte ou répondre brièvement à un message. L’appareil est beaucoup plus petit que le Palm Tungsten C dont les touches du clavier étaient relativement faciles à utiliser en les pressant du bout des pouces. Ceux qui veulent sérieusement se servir du Treo 650 ont donc tout intérêt à acheter un clavier externe sans fil à lien infrarouge (entre 80 $ et 120 $).

L’ordinateur

Sur le plan technique, le Treo 650 comporte un processeur ARM à 144 MHz et 32 Mo de mémoire vive dont 75 % seulement est utilisable pour stocker des données ou des applications. Il dispose de fentes d’extension SD (Secure Digital) et MMC (MultiMediaCard). Le Treo 650 fonctionne sous Palm OS 5.2.1H et presque tous les logiciels faits pour Palm OS peuvent y être utilisés, ce qui donne des milliers de possibilités.

Parmi les applications de base préinstallées, on note des logiciels d’agenda, de courrier électronique, d’envoi et réception de messages SMS, de bloc-notes, de visionnement de photos ainsi que le navigateur Web Blazer et une calculatrice. On y trouve également une version limitée de la suite Documents To Go compatible avec Microsoft Office (Word, Excel et PowerPoint), mais on peut faire l’acquisition de la version complète séparément.

L’écran couleur de 320 pixels par 320 fait bien afficher les photos, les vidéos ou les montages PowerPoint. Nous y avons testé plusieurs logiciels, certains gratuits comme le logiciel Métro qui indique quel est le meilleur parcours de métro pour aller d’un point à un autre à Montréal ou le logiciel Whois qui permet de savoir qui est derrière un nom de domaine ou une adresse IP.

Il existe des centaines de logiciels de ce genre qu’on peut faire fonctionner sur un Palm et donc sur le Treo 650. Le Treo 650 peut être synchronisé avec un PC ou avec un Macintosh, mais beaucoup d’applications ne peuvent y être envoyées qu’à partir d’un logiciel de base ne fonctionnant que sous Windows.

L’outil de communication

Côté téléphone, le Treo 650 fonctionne bien et le son qui en provient est relativement bon. Chez Bell Mobilité et Telus Mobilité, le téléphone est compatible CDMA 800/1900 MHz alors que chez Rogers sans fil il est proposé comme téléphone mondial GSM/GPRS avec les fréquences de 850/900/1800/1900 MHz.

Le haut-parleur et le micro intégrés au Treo permettent de s’en servir comme téléphone mains libres. Avec un forfait de données, la transmission sur Internet est assez rapide. On peut cependant regretter que cet appareil ne dispose pas d’un émetteur-récepteur Wi-Fi, comme plusieurs autres Palm ou Pocket PC, mais uniquement d’un émetteur-récepteur Bluetooth à utilisation très limitée : main-libre Bluetooth, GPS Bluetooth ou réseau local Bluetooth.

Cependant, même si Palm ne veut pas sortir de pilote pour utiliser une carte Wi-Fi avec un Treo 650, plusieurs sites Web expliquent comment on peut le faire quand même pour ceux que cela peut intéresser. Ceux qui ne sont pas bricoleurs peuvent se tourner vers l’Enfora Wi-Fi Sled for Treo 650, un module Wi-Fi qui s’arrime à l’arrière du Treo et permet de le relier à un réseau sans fil privé ou public. Pour le Treo 650, il est également possible d’avoir en option un logiciel permettant de le transformer en lecteur MP3, un GPS, un micro/écouteur Bluetooth sans fil, un clavier, des cartes d’extension de mémoire, des étuis, etc.

Si l’on se sert seulement du téléphone et des applications intégrées comme l’agenda, le traitement de texte ou l’appareil photo, l’utilisation du Treo 650 ne coûte pas plus cher mensuellement que les autres téléphones cellulaires. C’est différent dès qu’on veut ajouter des applications Internet comme le courrier électronique, la navigation sur le Web ou le lien avec un réseau d’entreprise par Internet. Dans ce cas, il faut aussi payer des frais mensuels d’accès à Internet qui peuvent être assez coûteux.

Étant donné que c’est le principal facteur qui pourrait justifier l’achat du Palm 650, cela en fait un appareil réservé aux professionnels en déplacement des compagnies ou organismes capables de rentabiliser un tel investissement. Dommage ! Le prix de l’appareil peut varier de 299 $ à 699 $ selon le forfait de service pris sous contrat et le fournisseur de services téléphoniques cellulaires. À cela s’ajoutent le prix du forfait mensuel de base pour le téléphone et le prix du forfait d’accès Internet haute vitesse, ce qui finit par faire des paiements mensuels relativement élevés.