Marketing perdu dans le cyberespace


Steeve - 01/05/2006

CYBERMARKETING Le monde du marketing passe son temps à changer d’idée, vogue d’une mode à l’autre, renie aujourd’hui ce qui le pâmait hier. Attention : les technologies ne sont pas une panacée…

Regardez la programmation de la plupart des conférences en marketing. De quoi y parle-t-on ces temps-ci? Du Web. D’Internet. De l’indexation de sites Web. De l’achat de mots clés dans Google. Du marketing destiné aux sans-fil… Comme si toutes les autres activités marketing éprouvées, efficaces, entrées dans les habitudes de Monsieur et Madame Tout-le-Monde n’existaient plus.

Essayez de vous souvenir de la dernière fois où vous avez assisté à une conférence dans laquelle on vous expliquait comment et pourquoi acheter de la publicité dans un magazine spécialisé. Ou encore, comment organiser une promotion postale. Ou comment améliorer son service à la clientèle. Oubliez ça; c’est dépassé. On préfère nous faire miroiter les merveilles de la webdiffusion, du marketing mobile, des blogues… Tout nouveau, tout beau.

Or, la publicité sur Internet, dans les jeux vidéo, les services sans fil ne sont vraiment pas à la portée de tous… Prenons l’exemple banal des bannières sur un site Web. La plupart des grands sites Web sont représentés par des agences et des régies publicitaires. Ces intermédiaires interceptent une part importante des revenus publicitaires. Les agences de publicités qui conseillent les grands fabricants, de même que les agences de design qui fabriquent les publicités interactives interceptent aussi une part du butin et facturent fort trop cher pour que vous les engagiez.

Essayez donc, avec vos modestes budgets, de faire meilleure impression que ces bandeaux imaginés par les meilleurs concepteurs à l’emploi des grandes agences, en bizounant des gifs animés avec les logiciels graphiques à votre disposition. Pourquoi pensez-vous que l’on ne voit quasiment jamais de petits commerçants locaux annoncer sur les grands sites Web? Qu’on n’y voit que des grandes marques connues en informatique, télécommunication, quelques banques, des constructeurs automobiles? N’est-ce pas la preuve indéniable que le marché de la publicité sur le Web n’est pas à votre portée?

Le Bureau de la publicité interactive du Canada (IAB) vient de créer un comité « plateformes émergentes » afin de « réfléchir, standardiser et accompagner la mise en place de nouvelles solutions de publicité interactive, notamment du côté de services sans fil. » En 2006, le groupe mettra l’emphase sur le marketing mobile, recueillera également des données sur les normes et les pratiques recommandées, en plus de présenter des études de cas relatant les expériences d’éditeurs, d’agences et d’annonceurs dans tous les secteurs, qu’il s’agisse de jeux vidéo, de télévision interactive, de baladodiffusion (podcasting), d’affichage numérique ou de téléphonie Internet. Espérons que ces plateformes émergentes laisseront place aux petits annonceurs ordinaires qui ne disposent pas de centaines de milliers de dollars de budget publicitaire.

Mots clés à vendre

L’obsession du moment : l’achat de mots clés dans Google et l’indexation dans les moteurs de recherche. Comme si c’était LA seule chose à faire en marketing pour attirer des visiteurs sur son site Web. Bien oui, puisque vous n’avez pas les moyens de vous faire produire des bannières animées, pauvre petit revendeur, vous voilà réduit à deux ou trois lignes de textes apparaissant sporadiquement dans un recoin perdu de sites Web dont vous ne connaissiez sans doute même pas l’existence.

Acheter des mots clés, référencer et indexer son site, en soi, il n’y a rien de mal là-dedans. Quoique dans le marché des technologies de l’information dans lequel nous évoluons, les meilleures places sont probablement déjà prises par des fabricants, des fournisseurs américains… Et la science Google n’est pas si exacte que certains voudraient le laisser croire.

C’est comme si un expert en marketing vous recommandait d’imprimer des coupons de la taille d’un timbre-poste, de grimper sur la terrasse du plus haut édifice en ville et de les lancer au bout de vos bras, vous disant qu’un coupon tombera forcément sur le nez de votre prochain plus gros client.

Le scandale des commandites a levé le voile sur un monde d’arnaques et d’abus qui n’aide en rien la cause des agences de publicité, de communications et de marketing. C’est une bonne chose, mais c’est aussi bien dommage pour les agences honnêtes et bien intentionnées. Ces agences sont expertes dans leur domaine. Leurs bons conseils sont précieux.

Certains affirment que le marketing est une science. Vraiment? Vaudrait mieux, à mon humble avis, oublier ce genre d’affirmation puisqu’elle autorise certains soi-disant experts vous laisser croire qu’ils détiennent la science infuse. Le marketing de votre entreprise vous concerne directement. Toute activité qui vous concerne devrait vous sembler remplie de bon sens.

Croyez-en la parole d’un non-expert en marketing : LA meilleure activité de marketing qui soit, reste sans contredit la poignée de main. Et au-delà de cela, il faut aller plus loin que la pensée magique à la dernière mode et réfléchir stratégiquement pour bien définir ses objectifs et choisir les moyens les plus efficaces pour les atteindre.