Montréal remporte… Morgan Stanley


Jean-François Ferland - 02/05/2008

Investissement Québec soutient l’implantation à Montréal d’un centre de développement logiciel de l’institution financière américaine. 500 emplois pourraient être créés. Le gouvernement en profite pour évoquer, deux fois plutôt qu’une, la présence du Canadien en séries…

La firme Morgan Stanley, une banque d’investissement qui fournit également des services financiers aux entreprises, aux gouvernements, aux institutions financières et aux individus, implantera un centre de développement logiciel à Montréal au cours des prochains mois.

L’annonce a été faite par le premier ministre du Québec Jean Charest, le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation et ministre du Tourisme Raymond Bachand et la ministre des Finances, des Services gouvernementaux, de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du Trésor Monique Jérôme-Forget, en présence de Jim Rosenthal, un administrateur délégué de Morgan Stanley.

Morgan Stanley est une firme fondée en 1935 qui gère des actifs évalués à 749 milliards de dollars américains. Elle exploite plus de 600 bureaux dans 33 pays et emploie environ 45 000 personnes. Au Canada, la firme exploite trois bureaux, soit un bureau principal à Toronto et deux bureaux à Calgary. Selon l’encyclopédie libre Wikipedia, Morgan Stanley a participé aux premiers appels publics à l’épargne du fabricant d’ordinateurs Apple et de l’entreprise Web Google. La firme aurait réalisé en 1962 la première modélisation informatique à être consacrée à l’analyse financière.

Ce centre de développement, qui fera l’objet d’un investissement de 200 millions de dollars, fournira des logiciels qui seront utilisés au siège social de l’entreprise qui est situé à New York. Les logiciels qui y seront développés en premier lieu auront trait à six grands axes, dont les revenus fixes, les placements et les règlements de titres de placement et la gestion des investissements. Les développements auront également trait à l’infrastructure de données, à l’infrastructure d’applications et aux activités liées aux finances et aux technologies de la firme.

Soutien d’Emploi Québec

Plusieurs des cinq cents emplois qui pourraient être créés à ce centre de développement seront admissibles au crédit d’impôt remboursable pour les entreprises des nouvelles technologies d’Emploi Québec. Ce crédit, qui peut correspondre à 30 % des salaires des emplois liés aux activités innovantes, pour une valeur maximale de 20 000 $ par emploi par année jusqu’en 2015, pourrait se traduire par une dépense maximale annuelle de 10 millions de dollars de la part du gouvernement.

Les représentants du gouvernement du Québec ont souligné que la qualité des institutions d’enseignement et de leurs programmes en ingénierie et en sciences informatiques, la polyvalence et le multilinguisme de la main-d’oeuvre sont les ajouts majeurs qui ont convaincu Morgan Stanley de sélectionner Montréal pour l’implantation de ce centre de développement. Les lois sur la propriété intellectuelle et les règles sur la sécurité ont également été évoquées à titre d’avantages. Le gouvernement aurait entamé des démarches d’incitation auprès de Morgan Stanley en 2004.

Dans le communiqué publié par Morgan Stanley, on apprend que le fournisseur international de solutions et de services technologiques Compuware, qui exploite un bureau sur la rue Queen à Montréal, a participé au développement et à l’implantation d’un centre de livraison à titre de projet pilote pour le compte de Morgan Stanley. Les résultats auraient incité la firme américaine à officialiser l’établissement d’un centre permanent.

La fièvre du hockey…

Décidément, les responsables des relations publiques du gouvernement du Québec n’ont pas hésité à jouer avec les mots et les cordes sensibles des Québécois lors de l’annonce publique de l’implantation de Morgan Stanley à Montréal.

En premier lieu, le premier ministre Jean Charest a remis un chandail rouge du club de hockey Canadien, au dos duquel étaient apposés le nom de l’entreprise et le numéro 08. L’un des cofondateurs de la firme, Harold Stanley, a le même patronyme que Lord Stanley, le gouverneur général du Canada qui a donné son nom au célèbre trophée qui est remis au gagnant des séries éliminatoires de la Ligue Nationale de Hockey, la Coupe Stanley.

Le lendemain de l’annonce, Investissement Québec en rajoutait en publiant une annonce dans les journaux pour souligner l’arrivée de Morgan Stanley à Montréal. Sur un arrière-plan composé d’un tissu rouge similaire à celui du chandail de hockey du Canadien, on peut y voir, en lettres brodées, un message de quelques mots qui annonce l’implantation de la firme au Québec. Tous les mots du texte étaient en bleu, sauf trois qui étaient en blanc. Ces trois mots étaient « Stanley » et « à Montréal »…

Parlant de jeu de mots, il est à souhaiter que Morgan Stanley ne cesse pas ses opérations lorsque les crédits d’impôt du gouvernement prendront fin en 2015. Face à de possibles pertes d’emplois, il sera facile de dire alors que « ça sent la coupe »…

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.


À lire aussi cette semaine: OneBigPlanet est prêt pour le magasinage social L’actualité des TI en bref L’économie des TI en bref Linux Desktop en entreprise : pour bientôt? Technofrénésie ou consumérisme?




Tags: , , , , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+