Objectif Lune et la course des planètes


André Ouellet - 02/08/2006

PERSONNALITÉ DU MOIS Didier Gombert, président-directeur général d’Objectif Lune, est la personnalité du mois de juin 2006 en TI au Québec.

S’il y a une chose sur laquelle Didier Gombert insiste, c’est la contribution de son entourage à son succès professionnel. Président-directeur général du fournisseur de solutions d’impression Objectif Lune, et l’un des associés de la firme, il a été choisi personnalité du mois de juin dans l’industrie québécoise des TI. Et il tient mordicus à ce que cet honneur rejaillisse sur un ensemble de personnes, ses associés et sa conjointe au premier chef.

Pour ce technophile, le succès professionnel – en affaires particulièrement – ne peut venir du talent d’un seul individu. Les personnes que l’on côtoie y sont pour beaucoup, et la chance joue toujours un rôle, si minime soit-il. Il est nécessaire que « les planètes soient bien alignées », dira-t-il.

En tout cas, elles le sont pour Objectif Lune. Fondée en 1993, cette entreprise montréalaise figure aujourd’hui, à l’échelle mondiale, parmi les dix premières du secteur des solutions d’impression. Sa croissance annuelle moyenne, au fil des ans, se situe entre 20 % et 30 %. Au cours des deux dernières années, elle a procédé à quatre acquisitions.

La dernière d’entre elles, survenue en juin dernier, a fait de l’allemande Prout Software un élément à part entière d’Objectif Lune. Ce qui permet à la québécoise de prendre solidement pied dans le marché germanique et d’y devenir « un joueur sérieux », selon les mots du pdg. Encore une fois, les planètes étaient bien alignées : les deux entreprises présentent des similitudes évidentes en termes de produits, ce qui, selon lui, facilitera l’intégration de la nouvelle entité.

La stratégie d’Objectif Lune, il faut le dire, est résolument internationale. En fait foi son chiffre d’affaires, réalisé à plus de 50 % aux États-Unis, de même que l’achat de deux autres organisations européennes – Atlas Software et Techno Design – dans les 24 derniers mois. Entre autres résultats, cette expansion de l’entreprise apporte un complément à ses gammes de solutions PrintShop et PlanetPress Suite, destinées à l’impression, à la distribution et à la publication de documents.

Issus d’un concept technologique imaginé par Didier Gombert et l’un de ses associés, les produits PlanetPress constituent, en quelque sorte, l’assise sur laquelle l’entreprise a été construite. En 1993, l’employé en question fonde Objectif Lune, conjointement avec un partenaire, et commence à exploiter le nouveau concept. Didier Gombert les rejoint deux ans plus tard, en tant que troisième associé. Il s’emploie alors à transformer en produit une idée qui, jusque-là, était vendue sous forme d’aide-conseil. C’est ainsi que, la même année, Objectif Lune accouche de la toute première version de PlanetPress.

Pour en arriver là, Didier Gombert a dû parcourir un certain chemin. Depuis l’époque où, adolescent, il a découvert l’informatique en manipulant une calculatrice programmable, il se passionne pour la technologie. Diplômé de l’École Polytechnique de Montréal en génie électrique, avec spécialisation en microprocesseurs, il devient, au début des années 80, professeur au Collège d’informatique du Canada, puis directeur du département d’électronique de cette institution.

Au bout de deux ans, il se lance en affaires avec un copain. Débute alors sa carrière dans les solutions d’impression. Ayant mis au point une idée novatrice, il se bute toutefois aux réticences de la grande entreprise envers la petite taille de son organisation – qui ne compte que deux personnes… Ces difficultés le convainquent de la nécessité d’acquérir de l’expérience autrement.

Aussi, se joint-il au fabricant d’imprimantes laser QMS en 1988. Il y est d’abord ingénieur de système, avant de devenir bras droit du président de l’entreprise au Canada. Poste qu’il quittera, en 1995, pour voler à nouveau de ses propres ailes, au sein d’Objectif Lune. Il y assume la responsabilité de la technologie et du développement jusqu’en 2000, année où il devient président.

En dépit de sa vaste expérience, il considère toujours avoir beaucoup à apprendre. « À mes débuts en affaires, j’étais arrogant, croyant tout savoir, juge-t-il. Aujourd’hui, je réalise que je ne connais pas grand-chose… On ne devient pas un homme d’affaires parce que l’on a démarré une entreprise. »

Sa motivation se nourrit des défis et plaisirs que continue de lui apporter son travail. Ainsi que des rapports humains, qu’il valorise tant. Et à ce jour, les astres demeurent favorables à Objectif Lune.

Le choix de la Personnalité du mois en TI au Québec est le fruit d’une collaboration entre la Fédération de l’informatique du Québec, Direction informatique et de nombreux partenaires.