PG Elections rejoindra trois électeurs sur cinq


Alain Beaulieu - 04/11/2005

La filiale de PG Mensys fournira l’infrastructure technologique à huit municipalités sur dix offrant le vote électronique aux élections du 6 novembre.

Le 6 novembre prochain, jour d’élection pour 95 % des municipalités du Québec, ce sont près de trois électeurs sur cinq, soit 2,8 millions d’électeurs, qui exerceront leur droit de vote en utilisant les systèmes de votation électroniques de PG Elections, une filiale de la québécoise PG Mensys Systèmes d’Information. L’entreprise, qui se spécialise en informatique municipale et forestière, rejoint de la sorte 80 % des municipalités québécoises utilisant des systèmes de votation informatisés. C’est la première fois cette année que les élections municipales se tiennent la même journée à la grandeur du Québec.

Dans la grande région de Montréal, englobant les régions de Montréal, de la Montérégie et de Lanaudière, ce sont 1,6 million d’électeurs qui voteront de la sorte, dimanche. Ces derniers pourront utiliser soit une urne électronique, soit un terminal de votation. Alors que le premier système est mixte et requiert l’utilisation d’un bulletin de vote sur papier qui est ensuite numérisé, interprété et compilé électroniquement, le second est entièrement électronique, le vote étant saisi directement par l’électeur sur un terminal, après avoir été authentifié.

Dans un cas comme dans l’autre, les électeurs pourront bénéficier de l’assistance d’une équipe volante d’environ 300 techniciens de PG Elections couvrant l’ensemble du Québec. Le délai d’intervention sur les lieux de votation est de cinq à dix minutes.

La mise en place des systèmes de votation électronique nécessitera l’installation, en un délai de 48 heures, de 4 000 ordinateurs et de 1 400 équipements de votation et de compilation, notamment les urnes et les terminaux.

Avantages multiples

La votation électronique offre plusieurs avantages par rapport à la votation traditionnelle, dont celui de permettre une gestion des listes électorales automatisées, des commissions de révisions informatisées et reliées entre elles en temps réel, d’obtenir rapidement les résultats du scrutin, de nécessiter moins de personnel, représentant une économie de 30 à 40 %, de même qu’une meilleure fluidité des électeurs dans les bureaux de vote. Ainsi, grâce à la votation électronique, les électeurs ne sont pas confinés à l’isoloir attitré à leur section de vote et peuvent exercer leur droit de vote au premier isoloir disponible.

La technologie de votation électronique de PG Mensys a été déployée pour la première fois en 1999, à Rivière-du-Loup; Québec a suivi en 2001.

PG Elections desservant pour l’instant uniquement le marché québécois, l’entreprise a mis sur pied en février 2005 une filiale destinée au marché nord-américain : PG Elections NA (North America). L’entreprise espère ainsi percer le marché canadien anglais, en commençant par les élections municipales ontariennes de 2006, et américain.