Quatre tendances à surveiller


André Ouellet - 09/01/2008

Selon plusieurs analystes, les réseaux sociaux, la mobilité, l’informatique verte et le logiciel-service susciteront l’intérêt des organisations au cours de cette année.

Il est difficile, voire périlleux, de dégager les principales tendances parmi les nombreuses prédictions qui, en ce début d’année, abondent dans l’industrie des TI.

Néanmoins, voici quatre domaines qui, selon plusieurs observateurs, seront prioritaires pour nombre de gestionnaires en 2008.

Le mouvement communautaire

À l’heure actuelle, il y a plus d’un milliard de personnes qui fréquentent les sites communautaires à travers le monde. Selon la firme d’analyse ComScore, ces adeptes y passent chaque jour plus de trois milliards de minutes, consultant huit milliards de pages. Des sites tels Facebook, Bebo et MySpace ont connu une croissance phénoménale en 2007. À titre d’exemple, quelque quinze millions de visiteurs se sont rendus sur le site de Facebook durant le seul mois de juin, une augmentation de 300%nbsp;% par rapport à l’année précédente.

Pareille affluence prépare le terrain pour l’utilisation de technologies de collaboration dans les entreprises. Selon un cadre supérieur d’Oracle en Asie, des outils du Web 2.0 tels les wikis, les réseaux sociaux, les fils de syndication et les blogues feront une entrée fracassante dans beaucoup milieux de travail en 2008. Même les dirigeants les plus sceptiques commencent à reconnaître les vertus du logiciel social quant à l’amélioration des communications internes et externes. Conçu pour la collaboration et pour entretenir les liens sociaux, le logiciel social s’articule autour des outils Internet.

Jusqu’en 2010, prédit Gartner, l’environnement Web 2.0 connaîtra une évolution importante. L’utilisation du logiciel social dans les entreprises augmentera substantiellement. IDC et Gartner s’entendent pour prévoir la commercialisation de nombreux logiciels sociaux en 2008.

La mobilité

L’appétit du consommateur en regard des contenus renforce sa volonté d’accéder à l’information qu’il recherche, même lors de ses déplacements. Aussi, la mobilité et le sans fil n’ont sans doute jamais connu une telle ébullition. Certes, le grand public y contribue fortement, mais le secteur des entreprises n’est pas en reste.

La prolifération des appareils se connectant au Web et les initiatives comme le lancement de la plateforme Android par Google et l’Open Handset Alliance forcent les exploitants de réseaux mobiles à ouvrir de plus en plus ces derniers à une variété d’applications et de dispositifs. L’ouverture constitue d’ailleurs le fondement des réseaux modernes, clame Computerworld. Au cours des prochaines années, ce sera là le principe directeur des réseaux sans fil. L’élan ne peut plus être freiné, selon ce magazine.

La multiplication des dispositifs Internet mobiles est alimentée, entre autres facteurs, par la convergence fixe mobile%nbsp;- par laquelle on peut accéder à des réseaux fixes et mobiles à partir d’un même terminal. Selon les indications d’Intel, le nombre d’abonnés à un tel service sera de 38,2 millions à l’échelle mondiale en 2010 (par rapport à 188%nbsp;000 en 2006). On prévoit que la valeur de ce marché atteindra 46,3 milliards de dollars dans trois ans.

La grande popularité de la mobilité est stimulée par l’évolution des téléphones intelligents et des blocs-notes – ou serait-ce le contraire? La publication PC Magazine entrevoit des améliorations notables pour le téléphone intelligent en 2008. Elle mentionne notamment une plus grande puissance de traitement, des systèmes d’exploitation offrant une fonctionnalité accrue et la possibilité de se connecter à des réseaux plus rapides.

Par ailleurs, Intel rapporte que, l’année dernière, la vente de blocs-notes a surpassé celle des ordinateurs de bureau en Europe – une première. Poursuivant sur sa lancée, le marché demeurera vigoureux en 2008, croit Intel. Des blocs-notes plus légers feront leur apparition, et nous verrons davantage de modèles munis de larges écrans à cristaux liquides.

Du reste, il n’existe pas encore de plateforme universelle, ni pareil dispositif. Selon Computerworld, c’est dans la technologie Wi-Fi que se manifeste l’universalité du sans-fil. Le Wi-Fi se caractérise par l’homogénéité de son fonctionnement, que ce soit dans l’entreprise, à la maison ou dans les espaces publics. Malgré la montée de la technologie WiMAX, Computerworld est d’avis que rien ne remplacera le Wi-Fi dans un proche avenir.

Le respect de l’environnement

En 2005, les Américains ont jeté 2,6 millions de tonnes d’appareils électroniques au rebut, selon le magazine CIO. Gartner calcule que la fabrication, le transport et l’utilisation des équipements TI sont responsables d’environ 2%nbsp;% des émissions mondiales de carbone, soit autant que l’industrie de l’aviation. Malgré l’urgence relative de la situation, un sondage fait par le fournisseur de produits de stockage Onstor révèle que 36%nbsp;% seulement des organisations projettent de rendre leurs TI plus environnementales.

Des lois ont été votées pour corriger la situation, et les gouvernements semblent vouloir privilégier l’efficacité énergétique. On s’attend à ce que de nouvelles lois soient promulguées à cet effet dès cette année. Un contrôle plus strict sera exercé sur les centrales électriques et l’émission de carbone, ce qui pourrait limiter l’expansion des centres de traitement. Il est donc possible que le calendrier de traitement des charges de travail par les serveurs d’entreprise soit déterminé en fonction de l’efficacité énergétique, prévient Gartner.

Certains fournisseurs de matériel ont déjà commencé à modifier leurs produits de façon à les rendre plus écologiques. Les efforts des fournisseurs en ce sens influenceront de plus en plus les entreprises dans leur choix de solutions technologiques.

Tous ne sont pas totalement convaincus du bien-fondé des TI environnementales, toutefois. Nucleus Research fait cette mise en garde%nbsp;: avant de se lancer tête première dans le virage écologique, les responsables des TI seraient avisés d’avoir recours à des technologies comme la virtualisation et les serveurs lames. Ces technologies auront pour effet de réduire la consommation d’énergie et, surtout, elles permettront de gagner un peu de temps afin de voir jusqu’à quel point les TI environnementales ne sont pas une mode passagère.

Le logiciel-service

Le logiciel-service, que l’on appelle aussi application à la demande, est devenu une solution viable dans un nombre accru de marchés. Selon Nucleus Research, en 2008 le modèle fera des percées dans des secteurs comme la gestion de projet, la gestion de contenu, le commerce électronique et la collaboration.

Aussi, Gartner suggère aux entreprises d’évaluer comment elles peuvent en tirer avantage. Au-delà du logiciel-service, la firme d’analyse croit que les organisations doivent explorer le potentiel des plateformes Web au cours de la prochaine année. Grâce à celles-ci, on peut se procurer à la demande des services d’infrastructure, des applications et des processus d’affaires notamment.

D’ailleurs, le cabinet-conseil Saugatuck Technology prévoit que les places de marché et les plateformes consacrées au logiciel-service se multiplieront en 2008. Saugatuck estime que, d’ici à 2012, les revenus dérivés du logiciel-service proviendront des places de marché électroniques dans une proportion de 15%nbsp;%.

De son côté, Nucleus Research souligne que les plus ardents défenseurs des applications à la demande sont les utilisateurs. On peut le comprendre, puisqu’ils peuvent en grande partie configurer les applications, en plus de les mettre à jour et de les commander. D’ailleurs, cette tendance est généralisée dans l’industrie des TI; les utilisateurs se font les promoteurs des nouvelles technologies, et s’emploient à les faire adopter par les organisations.


À lire aussi cette semaine: 2008, l’année du responsable des TIC Perspectives : prévisions 2008 Repères : prévisions 2008




Tags: , , , , , , , , ,