Repères : gouvernement en ligne


La rédaction - 01/02/2006

Nous avons rassemblé pour vous des sites de référence et des documents d’information qui ont trait au gouvernement en ligne, ainsi que des liens vers des événements, au Québec et ailleurs dans le monde, qui vous permettront d’en savoir plus.

Le Bulletin en ligne est un périodique électronique dont les objectifs sont la promotion des services en ligne offerts par les ministères et organismes du gouvernement du Québec.

Services gouvernementaux Québec offre sur son site Internet des informations détaillées sur le projet québécois de gouvernement en ligne et le Plan de modernisation 2004-2007 dans lequel il s’inscrit. On peut accéder directement à la documentation qui traite de l’architecture d’entreprise gouvernementale, du positionnement stratégique de l’offre de services du gouvernement en ligne, de la sécurité des échanges électroniques au gouvernement du Québec et de la cyberdémocratie.

Paru en 2004, le Rapport sur le Gouvernement en ligne : Vers un Québec branché pour ses citoyens décrit la vision du gouvernement à l’égard des services électroniques et dresse le bilan du gouvernement québécois et des projets à mettre en oeuvre, en plus de traiter de la gouvernance du gouvernement en ligne, des conditions ainsi que des moyens de mise en application.

Des informations sur l’initiative fédérale Gouvernement en direct (GED) sont disponibles à cette adresse : http://www.tbs-sct.gc.ca/ig-gi/gs-cd/gol-ged/gol-ged_f.asp. On peut accéder au guichet des services du gouvernement du Canada à l’adresse http://servicecanada.gc.ca/fr/accueil.html.

Au terme d’une conférence fédérale-provinciale portant sur le gouvernement en ligne tenue le 5 novembre 2005 à Québec, les représentants des différents gouvernements ont adopté une déclaration commune qui est disponible sur le site du Secrétariat des conférences intergouvernementales canadiennes.

Le site eGovernment for Development publie un guide sur la gestion des sites Web gouvernementaux. Intitulé Building eGovernment Websites, ce guide explique les rudiments de la mise en oeuvre de sites Web dans le secteur public, depuis la planification et la conception, jusqu’à l’implantation.

L’ENAP, en collaboration avec le groupe CGI offre périodiquement une formation de six jours sous le thème Prestation électronique de services publics : enjeux. Cette formation s’adresse aux gestionnaires et aux professionnelles et professionnels de l’administration publique et parapublique qui participent à un projet d’implantation de la prestation électronique de services publics ou qui en sont des utilisateurs. Coût : 2 000 $. Une version courte d’une durée de deux jours est également offerte de façon épisodique.

Le Cefrio a fait produire au cours des dernières années des sondages portant sur le degré d’adoption des services gouvernementaux en ligne, soit en 2004 par SOM et en 2003 par Léger Marketing.

Le site PointDeRepère.org conçu par l’organisme communautaire L’Avenue est un répertoire des services gouvernementaux en ligne qui sont accessibles aux citoyens.

La Chaire L.R. Wilson sur le droit des technologies de l’information et du commerce électronique de la Faculté de droit de l’Université de Montréal a présenté en 2004 une série d’entretiens sur le sujet dont plusieurs comptes-rendus sont disponibles en format texte.

Le site Web du projet ADELA (Administration électronique accessible) en France fait la promotion du développement d’un gouvernement électronique accessible aux personnes handicapées.

Le site Web de la Banque mondiale comporte une section qui regroupe des données sur les projets de gouvernement électronique en cours sur les cinq continents, des ressources de connaissances, des études de cas, des outils ainsi que de la documentation payante.

Le gouvernement du Royaume-Uni publie sur Internet le Electronic Journal of e-government dont les contenus ont trait à l’étude, à l’implantation et à la gestion du gouvernement électronique.

La firme de consultants Accenture, dans un rapport annuel qui analyse les efforts d’implantation des principes du gouvernement électronique dans 22 pays, classe le Canada au premier rang à cet égard (enregistrement gratuit requis). Un autre rapport traite de la gestion de la performance dans le cadre de la livraison des services gouvernementaux au Canada.

Événements

Le 10 février 2006 à Vienne en Autriche, la firme KCGS International présentera un séminaire portant sur la gouvernance électronique à l’intention des gestionnaires de haut niveau.

Le Cefrio présentera un séminaire sur le gouvernement en ligne le 28 février de 10h à 18h à l’Hôtel Plaza-Québec à Québec. Des conférences thématiques, des démonstrations de cas exemplaires, un panel de discussion entre spécialistes du domaine et le lancement d’un guide pratique sont au programme. (Membres : 195 $ – Non-membres : 245 $)

La RED GEALC (Red de Gobierno électronico de América Latina y el Caribe) présente un atelier intitulé Sharing Canadian e-Government Experiences, du 6 au 8 mars 2006. Visant à faciliter la collaboration entre le Canada et les pays d’Amérique du Sud et des Caraïbes, cet événement est organisé conjointement par l’Organisation des États américains (OEA), l’Institut pour la connectivité dans les Amériques (ICA) et le gouvernement du Canada.

À Ottawa toujours, les 8 et 9 mars 2006 aura lieu l’événement Government & Health Technologies Conference and Expo. Diverses présentations y sont prévues à propos de l’utilisation des technologies dans le secteur de la santé et au sein des organisations gouvernementales en général.

La 6e édition de la European Conference on e-Government (ECEG) aura lieu à Marbourg, en Allemagne, les 27 et 28 avril 2006. Cet événement s’adresse aux universitaires, aux spécialistes et aux législateurs du domaine. Tous les détails à l’adresse http://www.academic-conferences.org/eceg/eceg-home.htm.

Les 12 et 13 octobre 2006, à l’Université de Pittsburgh en Pennsylvanie, aura lieu une conférence nommée International Conference on e-government. La première édition de cette conférence avait eu lieu à Ottawa en octobre 2005.