Rogers Québec veut croître dans le marché des services aux entreprises


Denis Lalonde - 07/09/2010

Rogers Québec entend percer le marché des entreprises au cours des prochaines années, tout en demeurant le réseau le plus rapide au Canada, même si sur ce dernier point, Telus se pose comme un concurrent sérieux.

« Le marché des entreprises au Québec est loin d’être saturé. Avec l’émergence d’une multitude d’applications plus modernes, il y a des possibilités fabuleuses pour des entreprises comme Rogers sur ce marché », soutient Sylvain Roy, président de Rogers Québec, rencontré durant la Coupe Rogers, qui s’est déroulée du 13 au 22 août à Montréal.

À consulter également: L’entrevue vidéo réalisée avec Sylvain Roy, président de Rogers Québec

Ce dernier précise que Rogers cible aussi bien les petites, moyennes et grandes entreprises avec sa technologie: « Grâce à la hausse de la qualité des applications mobiles et aux réseaux plus rapides, il sera bientôt possible, pour les travailleurs, de faire la même chose à l’intérieur et à l’extérieur du bureau », affirme M. Roy.

Ce dernier estime que la plateforme Affaires de Rogers est une partie importante du chiffre d’affaires de l’entreprise: « La vente de solutions et d’applications sans fil, c’est moins visible, car il y a peu de publicité à la télévision pour ça. Le marché repose plus sur la force de vente, la présence sur le marché, les séminaires, les publireportages, les salons commerciaux et la sollicitation téléphonique », dit-il.

M. Roy précise que Rogers ne dévoile pas ses chiffres de parts de marché, mais que la portion affaires des revenus de l’entreprise la placerait dans le Top 100 des plus grandes sociétés au pays.

Durant les six premiers mois de l’exercice 2010, la division Rogers Solutions d’affaires a généré des revenus de 273 millions de dollars. Pendant ce temps, la société a généré des revenus totaux de 5,92 milliards de dollars.

Arrivée de Vidéotron… et de Chatr

Sylvain Roy dit ne pas craindre l’arrivée de Vidéotron dans l’industrie du sans-fil (arrivée qui doit être confirmée jeudi), mais assure respecter le câblodistributeur: « Il s’agit d’une entreprise professionnelle qui va faire un bon travail. Toutefois, nous avons confiance en nos capacités. Ça fait déjà 25 ans que nous avons une présence au Québec, que nous y peaufinons notre réseau. C’est un joueur de plus qui arrive; on va rivaliser avec lui comme avec les autres », explique-t-il.

M. Roy n’a pas pu fournir la date à laquelle le service Chatr allait être lancé à Montréal, promettant toutefois que cela surviendrait cet automne ou au plus tard avant la fin de 2010. Ce service voix et messagerie texte illimité est arrivé fin juillet dans les villes d’Ottawa, de Toronto, de Calgary, d’Edmonton et de Vancouver.

Sylvain Roy soutient que Rogers continuera de miser sur son concept multimarques pour se différencier de ses compétiteurs: « Le marché canadien se fragmente et le meilleur moyen de cibler différentes clientèles est d’y aller avec des marques différentes. Avec Chatr, nous visons les consommateurs qui ne font que parler et envoyer ou recevoir des messages textes à l’intérieur d’une zone restreinte. Fido mise sur le rapport qualité/prix, alors que Rogers demeure le fer de lance avec les meilleurs produits et services et les nouveautés », dit-il.

La guerre du réseau le plus rapide

Récemment, Telus a dévoilé qu’elle menait des tests dans le but de doubler la capacité de son réseau sans fil à large bande au Canada. La capacité du réseau passerait ainsi de 21 à 42 mégaoctets par seconde, ce qui en ferait le plus rapide au pays.

« Nous ne dévoilons pas les résultats de nos tests. Nous avons toujours été à l’avant-garde et nous n’avons pas l’intention de nous faire damer le pion par personne. Nous avons été les premiers à lancer le réseau GSM, les premiers à lancer notre réseau HSPA et les premiers à atteindre les 21 mégaoctets pas seconde. On verra bien qui sera le premier à lancer les prochaines vitesses », dit-il.

La technologie HSPA (Accès par paquets à haut débit) peut livrer des vitesses allant jusqu’à 100 mégaoctets par seconde.

Denis Lalonde est rédacteur en chef du magazine Direction informatique.




Tags: , , ,

À propos de Denis Lalonde

Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde
Google+ WWW