Suse Linux et Ubuntu : évaluation du degré de francisation


Azim - 10/03/2009

CODE SOURCE LIBRE Un récent rapport réalisé par Révolution Linux et le Banc d’évaluation technolinguistique (Bétel) de l’Office québécois de la langue française conclut qu’il ne reste qu’un petit effort à fournir pour assurer une francisation complète de ces distributions Linux.

Le monde du logiciel libre est en constante évolution. La possibilité d’utiliser, de modifier et de redistribuer librement les applications a permis de les mener à maturité, et les entreprises ainsi que l’administration publique choisissent de plus en plus cet environnement.

Pour le Québec, la question de la place du français dans ces applications se pose, à juste titre. Des applications qui sont en français et qui respectent les caractéristiques du français seront ainsi plus facilement adoptées.

L’Office québécois de la langue française, au moyen de son Banc d’évaluation technolinguistique (Bétel), a donc mené une étude (document PDF à télécharger – 12 Mo), en collaboration avec la société Révolution Linux, pour mesurer le degré d’intégration du français dans les distributions Linux Novell SLED (Suse Linux Entreprise Desktop) 10 SP1 et Ubuntu 7.10.

Certaines applications parmi les plus courantes ont aussi été évaluées. Au cours de leur installation, de leur configuration et de leur utilisation, le lecteur découvrira les étapes nécessaires pour établir le plus possible un environnement de travail en français.

Cette étude montre qu’il reste un petit effort à fournir pour assurer une francisation complète et faire de ces distributions un environnement de travail viable en français dans l’administration publique et dans les entreprises. Elle est valable pour les versions étudiées. Des mises à jour subséquentes de ces distributions auront réglé certains des problèmes trouvés ici, tout en laissant des portions non traduites. Une mise à jour de cette étude sera donc publiée prochainement.

Nul doute que le logiciel libre en français est bien plus qu’une promesse, il est incontournable. La collaboration entre distributeurs, utilisateurs et organismes publics apporte une vitalité dans le milieu et permettra d’amener rapidement les changements nécessaires pour rendre conformes ces systèmes d’exploitation. Continuons à travailler dans cette voie.

Tableaux : synthèse de l’état de francisation et des recommandations

Le premier tableau présente les éléments liés directement à la distribution, tandis que le deuxième apporte les éléments les plus représentatifs des principales applications utilisées dans une distribution Linux pour une utilisation bureautique.

Le niveau de francisation, exprimé en pourcentage, est un indice de la qualité de l’environnement francophone auquel sera exposé un utilisateur moyen. Les principales améliorations susceptibles d’être apportées sont également soulignées dans ce tableau.

Finalement, la colonne « Recommandation » permet de voir la recommandation émise à l’intérieur du document. Il faut consulter la section correspondant à la recommandation dans le document pour obtenir le détail des réserves si le logiciel est recommandé sous réserve ou n’est pas recommandé.

Dans le cas des logiciels (deuxième tableau), une colonne Ubuntu et une colonne SLED permettent de voir si un logiciel est recommandé de la même façon dans les deux distributions.

Azim Mandjee est conseiller expert en francisation des technologies de l’information et responsable du laboratoire Bétel à l’Office québécois de la langue française.