Techniciens de l’administration québécoise : les moins payés du secteur public


Jean-François Ferland - 01/12/2010

Selon un rapport de comparaison des salaires en 2010 de l’Institut de la statistique du Québec, les techniciens en informatique de l’administration provinciale étaient moins payés que leurs collègues des autres secteurs publics au Québec.

Dans le rapport Rémunération des salariés – États et évolution comparés 2010, où l’Institut de la statistique du Québec compare les salaires et les avantages sociaux des employés de la fonction publique au gouvernement du Québec avec ceux des autres salariés qui travaillent au Québec, on constate que les techniciens en informatique de l’administration provinciale gagnaient moins que ceux qui travaillent dans d’autres organisations publiques au Québec en 2010.

Ce constat était aussi similaire qui découle de la comparaison des salaires des techniciens en informatique de l’administration québécoise avec ceux des employés dans les autres types d’organisations au Québec, qu’il s’agisse du secteur public ou privé ou bien d’emplois syndiqués ou non syndiqués.

Lire: Les techniciens en informatique de l’administration québécoise sous-payés en 2010

Selon le rapport de l’Institut de la statistique du Québec, les 2 443 techniciens en informatique de niveau 1 et 2 qui travaillaient dans l’administration québécoise en 2010 avaient un salaire minimum de 34 371 $, et un salaire maximum de 49 018 $.

Pour les 742 techniciens en informatique de niveau 3 dans l’administration québécoise, le salaire minimum en 2010 était de 39 490 $, tandis que le salaire maximum était de 53 021 $.

Autres secteurs publics

Le rapport de l’Institut de la statistique du Québec contient des données qui comparent les salariés de l’administration publique québécoise avec les salaires des employés des autres entités publiques au Québec, soit l’administration fédérale au Québec, les municipalités de 25 000 habitants et plus, les entreprises publiques québécoises et les universités.

Pour les techniciens en informatique des niveaux 1 et 2, le salaire minimum était de 41 893 $ dans les secteurs publics autres que l’administration québécoise. L’écart défavorable à l’administration québécoise était de 21,9 % ou 7 522 $.

Pour le salaire maximum des techniciens en informatique des niveaux 1 et 2, le taux dans les autres secteurs publics était de 57 105 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration québécoise était de 16,5 % ou 8 087 $.

Pour les techniciens en informatique de niveau 3, le salaire minimum dans les autres secteurs publics était de 51 521 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration québécoise était de 30,5 % ou 12 031 $.

Quant au salaire maximum de ces techniciens, il s’établissait à 58 845 $ dans les autres secteurs publics au Québec. L’écart défavorable aux employés de l’administration publique québécoise était de 11 % ou 5 824 $.

Administrations municipales

Le salaire minimum des techniciens en informatique des niveaux 1 et 2 dans les administrations municipales était de 42 636 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration québécoise était de 24 % ou 8 265 $.

Le salaire maximum dans les administrations municipales était de 61 019 $. L’écart défavorable aux techniciens en informatique des niveaux 1 et 2 dans l’administration québécoise était de 24,5 % ou 12 001 $.

Le rapport de l’Institut de la statistique du Québec ne fournit pas de données comparatives pour les techniciens en informatique de niveau 3 des administrations municipales.

Entreprises publiques

D’autre part, l’institut de la statistique du Québec compare les salaires des techniciens en informatique des niveaux 1 et 2 dans l’administration québécoise à ceux des travailleurs de la même catégorie d’emploi dans les entreprises publiques québécoises. On retrouve parmi de telles entreprises les sociétés d’État et les sociétés de transport.

Le salaire minimum des techniciens en informatique des niveaux 1 et 2 dans les entreprises publiques québécoises était de 41 985 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration québécoise était de 22,2 % ou 7 614 $.

Le salaire maximum obtenu par les techniciens en informatique des niveaux 1 et 2 dans les entreprises publiques québécoises et de 56 440 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration publique québécoise était de 15,1 % ou 7 422 $.

Ici encore, le rapport de l’Institut de la statistique du Québec ne contient pas de données de comparaison des salaires pour les techniciens en informatique de niveau 3 dans cette catégorie.

Secteur universitaire

Pour les techniciens en informatique des niveaux 1 et 2 dans le secteur universitaire au Québec, le salaire minimum annuel était de 41 314 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration québécoise était de 20,2 % ou 6 943 $.

Le salaire maximum des techniciens en informatique des niveaux 1 et 2 dans le secteur universitaire était de 54 634 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration québécoise était de 11,5 % ou 5 616 $.

Pour les techniciens en informatique de niveau 3, le salaire minimum des employés du secteur universitaire était de 52 718 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration québécoise était de 33,5 % ou 13 228 $.

Le salaire maximum des techniciens en informatique de niveau 3 dans le secteur universitaire était de 57 362 $. L’écart défavorable aux employés de l’administration québécoise était de 8,2 % ou 4 341 $.

Par ailleurs, le rapport de l’Institut de la statistique du Québec ne comporte aucune donnée portant sur les salaires des techniciens en informatique dans le tableau portant sur les salaires dans l’administration fédérale au Québec.

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.




Tags: , , , , , , ,

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+