Une salle informatique instantanée


Alain Beaulieu - 01/09/2007

Le projet BlackBox de Sun peut contenir un centre de données complet de 250 serveurs et 1,5 petaoctet d’espace disque dans un conteneur standard de 20 pieds, rapide à déployer.

Quel gestionnaire de TI n’a pas rêvé pouvoir sortir d’une boîte une salle informatique complète, simplement, en claquant des doigts. C’est un rêve auquel croit le fabricant Sun qui présentait dernièrement à Montréal un prototype de son projet utopique qu’elle a baptisé « BlackBox ».

Il s’agit, en fait, d’un conteneur d’expédition standard (20 pi x 8  pi x 8,5 pi) aménagé de telle sorte à pouvoir recevoir tout l’attirail requis pour y mettre un centre de données au complet, soit des serveurs, des dispositifs de stockage, des équipements de communication, assurant les connexions au réseau de l’entreprise et à Internet et, bien entendu, le dispositif de refroidissement approprié.

Le centre peut, en fait, contenir jusqu’à 500 processeurs, 200 cœurs de processeurs, 8 000 fils et 1,5 petaoctet d’espace disque. Cela représente, par exemple, 250 serveurs Sun Fire T1000 dotés de 2 000 noyaux et de 8 000 unités d’exécution simultanée, configurés pour le traitement en grille, ou 120 serveurs Sun Fire T2000, desservant jusqu’à 10 000 utilisateurs de postes de travail. L’équipement est disposé dans huit bâtis répartis équitablement de part et d’autre d’une allée centrale, qui sert à la maintenance et à la gestion de l’équipement. Les bâtis peuvent être glissés dans l’allée, lorsqu’on a besoin d’accéder à l’équipement. Pleinement équipé, le conteneur peut peser jusqu’à 20 000 livres.

Difficile refroidissement

Bien que le rangement de toute cette quincaillerie dans un espace aussi restreint constitue un défi considérable, c’est néanmoins au chapitre du refroidissement que se trouvait la principale difficulté du projet, en raison de l’incroyable densité du centre.

C’est d’ailleurs grâce à l’ingéniosité des chercheurs de Sun dans le domaine des techniques de refroidissement que le projet a pu se concrétiser. Ces derniers ont mis au point une approche de refroidissement très efficiente qui établit une trajectoire de refroidissement ultra-efficace, et permet ainsi de ne refroidir que les serveurs. Cette technique entraîne une économie de 20 % des coûts de refroidissement pour une telle superficie.

Maintenant la température à 10 ou 12 degrés Celsius, le système mis au point par les ingénieurs de Sun a, en fait, recours à des conduites d’eau froide qui refroidissent l’air avant qu’elle ne soit soufflée dans chaque serveur individuellement. Par conséquent, l’air chaud généré par le serveur situé en avant du serveur n’est pas soufflé à l’intérieur de celui-ci. Un refroidisseur externe de 30 tonnes est suffisant pour refroidir l’installation au complet et ainsi prendre en charge 200 kilowatts de matériel.

Atout de la mobilité

Puisque le conteneur est appelé à être déplacé plus ou moins fréquemment, les bâtis sont équipés d’un dispositif d’absorption des chocs, ce qui limite les risques d’endommagement des serveurs. La mobilité supérieure de l’installation est d’ailleurs un de ses atouts principaux, le fabricant l’ayant justement conçue pour des organisations ayant besoin de mettre sur pied rapidement des centres de données temporaires dans des endroits inusités (champs, désert, toit d’un édifice, etc.), tels que l’armée ou les organismes d’intervention d’urgence. Sun a choisi un conteneur de format standard en raison justement de la facilité avec laquelle il peut être déplacé, sur un bateau, dans un avion-cargo, sur une plate-forme de camion, etc.

Le conteneur spécialement aménagé peut être vendu sans ou avec tout l’équipement informatique requis (serveurs, routeurs, dispositifs de stockage, etc.). Bien que la disponibilité canadienne de la solution soit prévue plus tard cet été, le fabricant s’attend à ce qu’il coûte moins d’un demi-million de dollars, soit de deux à quatre fois moins cher qu’un centre de données conventionnel. Qui plus est, Sun croit que le déploiement de son centre de données virtualisé peut prendre dix fois moins de temps qu’un centre conventionnel.

Pour sécuriser le conteneur, qui peut être déplacé relativement facilement, le fabricant recommande d’installer une clôture autour, de le fixer au sol, de l’équiper d’un système d’alarme, de positionnement géographique et de surveillance vidéo appropriée.

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.




Tags: , ,