Utilisation des TIC: le Canada progresse, le Québec traîne la patte


Jean-François Ferland - 11/06/2009

L’utilisation des technologies de l’information a progressé de façon importante au cours des dernières années. Le Québec, toutefois, accuse encore du retard. L’impact sur le PIB et l’intégration au travail, tout comme les variations dans l’industrie des télécommunications, font l’objet de données intéressantes.

Dans l’édition de juin 2009 du Bulletin de l’analyse en innovation, Statistique Canada livre des statistiques pour maints sujets, dont deux concernent directement les technologies de l’information et des communications.

Dans l’article Utilisation d’Internet : comparaison internationale et provinciale, rédigé par les chercheurs Larry McKeown et Ben Weenhof, on compare l’évolution de l’utilisation d’Internet par la population en 2005 et en 2007.

Si plusieurs facteurs économiques, démographiques, culturels géographiques, culturels et politiques influencent l’utilisation d’Internet, on souligne que la possibilité d’utiliser Internet est plus faible chez les résidents des petites villes et des régions rurales. Cela signifie que des pays qui ont une importante proportion de la population qui se trouve en milieu rural peuvent avoir des taux d’utilisation d’Internet plus faibles que les pays où la population est plus nombreuse dans les centres urbains.

Bonne position du Canada…

Un graphique qui illustre les proportions d’utilisation de la Toile dans 27 pays et 2 régions politiques en 2005 et 2007 démontre que l’Islande, au premier rang, approchait du seuil des 90 % en 2007. La Norvège, les Pays-Bas, le Danemark et la Suède complètent le top 5. Le Canada, qui se trouve au 8e rang, affichait une proportion de 77 % en 2007, en hausse de 5 % en deux années. Ainsi, la proportion d’internautes canadiens en 2007 se situerait entre les proportions qu’affichaient la Finlande et les Pays-Bas en 2005.

À titre de comparaison, la Grèce, qui est tout au bas du graphique, avait une proportion d’internautes de 36 % en 2007. Toutefois, ce pays a bénéficié d’une augmentation de 50 % de sa proportion d’internautes en deux années. Statistique Canada précise que plusieurs pays qui avaient une faible proportion d’internautes en 2005 n’ont peut-être pas amélioré leur position au classement en 2007, mais ont bénéficié de taux de croissance élevés. L’Irlande est passée de 42 % d’internautes à 61 % en deux années, alors que la Lettonie, la Hongrie, la République tchèque, la Lituanie et la Pologne ont bénéficié de croissances notables. L’Autriche, qui est pourtant au 11e rang du classement, a connu aussi une progression appréciable.

D’ailleurs, Statistique Canada remarque que les pays qui avaient moins de 60 % d’internautes en 2005 ont bénéficié d’une croissance qui est de deux fois supérieure à la croissance des pays qui avaient plus de 60 % d’internautes.

… Le Québec en fin de peloton

Toutefois, la comparaison des proportions d’internautes au sein des provinces du Canada risque de décevoir les internautes québécois.

Saisie d'écran Utilisation d'Internet par les individus - cliquez sur l'image pour l'agrandir

Source: Statistique Canada

Bien que des données précises ne soient pas fournies, le graphique place le Québec au 8e rang, avec environ 70 % d’internautes. Seuls le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador ont des proportions plus faibles. La proportion du Québec en 2007 est équivalente à celle qu’affichaient la Nouvelle-Écosse (6e rang), la Colombie-Britannique (1er rang) en 2005 et la moyenne canadienne. D’ailleurs, le Québec se trouvait encore sous la moyenne canadienne en 2007.

En tête de peloton, la Colombie-Britannique, l’Alberta et la Saskatchewan auraient des taux d’utilisation semblables à ceux des pays européens en tête du classement précédent. Les taux élevés d’internautes dans les régions urbaines de ces provinces, qui oscillent entre 86 % et 89 %, joueraient un rôle important dans leur positionnement. Enfin, comme dans le cas des comparaisons des pays, ce sont deux provinces qui sont dans la deuxième moitié du classement, soit l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick, qui ont connu les taux de croissance les plus élevés.

PIB des TIC et PIB global

Le bulletin de Statistique Canada contient aussi des tableaux qui contiennent des indicateurs intéressants à propos des TIC.

Dans un premier temps, un tableau compare la contribution du secteur des TIC au produit intérieur brut (PIB) du Canada de 2003 à l’an dernier. En 2008, le secteur des TIC aurait généré un PIB de 58,7 G$, en hausse de 2,6 % d’année en année. Le secteur de la fabrication des TIC aurait produit 8,5 G$, alors que celui des services aurait produit 50,1 G$ en 2008.

Saisie d'écran Le secteur des TIC - cliquez sur l'image pour l'agrandir

Source: Statistique Canada

La proportion qu’occupe le PIB du secteur des TIC en comparaison avec le PIB de l’ensemble de l’économie (1,2 billion $ ou 1 225 G$) aurait été de 4,7 % en 2008, alors qu’elle était de 5,5 % en 2007.

En comparaison avec les données des années précédentes, le PIB du secteur des TIC en 2008 serait supérieur de 23,8 % à celui de 2003 (47,4 G$). Le PIB de la fabrication de produits aurait augmenté de 23 % alors que celui des services aurait crû de 23,9 %. La proportion du PIB des TIC en comparaison avec le PIB de toute l’économie en 2003 était de 4,3 %.

Utilisation des TIC au privé et au public

Le bulletin de Statistique Canada fournit également des données relatives à l’accès et l’utilisation des TIC au travail, dans le secteur public comme dans le secteur privé.

Les données, qui proviennent de l’Enquête canadienne sur l’utilisation de l’Internet et de l’Enquête sur le commerce électronique et la technologie, vont des années 2001 à 2007.

Les ordinateurs personnels font exception, puisque les dernières données ont trait à l’année 2004. Cette année-là, 88,6 % des organisations du secteur privé et 100 % des organisations du secteur public en faisaient usage. En comparaison, 83,9 % des organisations du secteur privé utilisaient l’ordinateur personnel en 2001. On attribue une utilisation absolue du PC dans le secteur public depuis 2001, sauf en 2002 où le pourcentage rapporté est de 99,9 %.

Dans le secteur privé, l’utilisation du courriel est passée de 66 % en 2001 à 81,1 % en 2007, alors que l’emploi d’Internet est passé de 70,8 % à 86,7 % durant le même intervalle. L’exploitation d’un site Web, qui est de moindre proportion que les autres technologies, est passée de 28,6 % en 2001 à 41,4 % en 2007.

Saisie d'écran L'accès et l'utilisation des TIC - cliquez sur l'image pour l'agrandir

Source: Statistique Canada

La proportion d’utilisation d’Internet pour les achats est passée de 22,4 % à 48,5 %, mais le recours à la Toile pour la vente est très modeste, soit de 6,7 % en 2001 à 8,2 % en 2007. La valeur des ventes brutes a toutefois grimpé de 10,3 G$ en 2001 à 58,2 G$ en 2007.

Dans le secteur public, on remarque que l’utilisation des TI varie un peu d’une année à l’autre. Ainsi, l’utilisation d’Internet et du courriel a varié de 99,6 % à 100 % d’une année à l’autre. L’exploitation d’un site a crû de 86,2 % en 2001 à 94,4 % en 2006, mais a fait l’objet d’un léger recul en 2007 (93,2 %).

Pour les achats, la proportion d’utilisation par le secteur public a progressé de 54,5 % en 2001 à 82,5 % en 2005, pour ensuite se replier à 79,5 % l’année suivante et remonter à 82,1 % en 2007. Pour la vente, la proportion est passée de 12,8 % à 15,9 % au cours de la période observée, avec quelques variations à la baisse en 2004 et 2005. Les ventes brutes sont passées de 354,8 M$ en 2001 à 4,4 G$ en 2007.

Les services de télécommunications

Pour identifier la densité relative aux télécommunications, le ratio des accès par fil à la téléphonie a connu un recul de 4,7 % entre 2001 et 2007. En 2001, le ratio des accès filaires était de 67,9 lignes par 100 habitants, alors qu’il était de 63,2 lignes par 100 habitants en 2007.

Les accès sans fil, toutefois, ont presque doublé : de 34,7 lignes par 100 habitants, les accès mobiles ont atteint 61,4 lignes par 100 habitants en 2007. Le réseau téléphonique public commuté au Canada est passé de 102,6 lignes par 100 habitants en 2001 à 124,5 lignes par 100 habitants en 2007.

Les données relatives au câble sont intéressantes : alors que 11 millions de foyers avaient accès aux services de base du câble en 2001, 12,5 millions de foyers y accédaient en 2007. Toutefois, l’accès à Internet par le câble est passé de 9,3 millions de ménages à 12,1 millions en 2007.

Quant aux indicateurs d’accès, le total des lignes d’accès résidentielles et d’affaires est passé de 21,1 millions en 2001 à 20,8 millions en 2007. Les abonnés à la téléphonie mobile, pour leur part, ont doublé au Canada, passant de 10,8 millions en 2001 à 20,2 millions en 2007.

Enfin, les abonnements résidentiels à la télé numérique par câble et par satellite ont augmenté au cours de la période observée, tout comme les abonnements résidentiels à Internet. Si le nombre total de personnes reliées à la Toile est passé de 6,5 millions en 2002 à 9,2 millions en 2007, ceux qui le faisaient par un accès commuté sont passés de 3 millions en 2002 à 934 000 en 2007.

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland est le rédacteur en chef du magazine Direction informatique. Il compte dix-sept années d'expérience en journalisme et en communication publique.
Google+