Vers la convergence fixe-mobile et les communications unifiées


André Ouellet - 19/03/2008

Au moment où les entreprises sont plus nombreuses à intégrer la mobilité à leur stratégie globale, les frontières entre leurs réseaux internes et externes deviennent de plus en plus floues. Pareillement, la convergence fixe-mobile et les communications unifiées tendent à se confondre.

Selon la firme Forrester Research , les entreprises vont étendre le mode de travail mobile à un nombre encore inégalé d’utilisateurs au cours des prochaines années. Beaucoup de facteurs se conjuguent pour stimuler l’essor de la mobilité : de nouvelles technologies et de nouvelles normes de communication sans fil, des dispositifs au format mieux adapté, des systèmes d’exploitation et des applications plus robustes…

L’une des façons de se préparer à cette transformation est de se munir de dispositifs capables de communiquer avec plusieurs réseaux. Déjà, les ventes de nouveaux ordinateurs personnels (par opposition à ceux que l’on achète pour remplacer des PC existants) ont commencé à décliner. D’aucuns prévoient qu’au cours de la prochaine décennie, les téléphones intelligents, les téléphones cellulaires, les ordinateurs de poche, les blocs-notes et les tablettes PC représenteront la très vaste majorité des nouveaux dispositifs informatiques. Leur dénominateur commun sera d’avoir été conçus pour fonctionner sans être reliés à un réseau d’entreprise.

Convergence fixe-mobile

Ainsi, 2008 verra l’arrivée massive de téléphones mobiles dotés de la technologie Wi-Fi. Déjà, certains fabricants commercialisent de tels modèles, dont Research in Motion (BlackBerry) et Nokia. Ces appareils et la vague de nouveaux services offerts sur réseaux fixes et mobiles qui seront commercialisés cette année procèdent du phénomène appelé « convergence fixe-mobile ».

La convergence fixe-mobile (CFM) consiste à regrouper la voix, les communications unifiées ainsi que les réseaux terrestres et sans fil en un seul et même mode de communication transparent. Bien davantage qu’un va-et-vient entre les réseaux Wi-Fi et cellulaire, la CFM englobe la voix sur IP, la détection de présence et diverses formes de communication, selon la formule d’un dirigeant de Cisco. Elle a pour objectif d’offrir la meilleure méthode de connectivité au moment et à l’endroit souhaités.

Phénomène en forte progression, la CFM est stimulée par l’utilisation de la technologie des femtocells, point d’accès sans fil qui se relie aux réseaux des fournisseurs d’accès. La CFM pourrait très bien être la prochaine application phare dans le domaine de la mobilité, et ce, dès cette année.

Selon les prévisions d’Intel, en effet, le nombre d’abonnés aux services de convergence fixe-mobile atteindra 38,2 millions à l’échelle mondiale en 2010. ABI Research, quant à elle, estime que le nombre d’utilisateurs de ces services s’élèvera à 250 millions en 2012. Tout un bond si l’on considère qu’il n’y en avait que 188 000 en 2006! Par ailleurs, Intel prévoit que la valeur de ce marché atteindra 46,3 milliards de dollars dans trois ans.

Communications unifiées

Alors que l’on retrouve aujourd’hui les fonctionnalités de l’ordinateur de bureau dans les téléphones mobiles, la téléphonie IP et les communications unifiées sont en voie d’y être intégrées également.

Une étude menée l’année dernière par la firme Dimension Data abonde dans ce sens. Elle révèle que les entreprises comptent investir substantiellement dans les communications unifiées au cours des mois à venir. L’étude conclut que les gestionnaires comprennent la valeur et les avantages du concept. Qui pourrait les en blâmer; selon une enquête effectuée par Aberdeen Group, les communications unifiées permettent d’accroître la productivité et d’améliorer la satisfaction de la clientèle.

Fait intéressant, les investissements réalisés par les entreprises en matière de communications unifiées sont largement dirigés vers la mobilité – acheminement d’appels vers le cellulaire, utilisation de téléphones intelligents et courriel sans fil notamment. Ainsi, la convergence fixe-mobile est appelée à être bien davantage que la simple intégration d’un PBX IP à des dispositifs mobiles. Au sein des entreprises, elle devient étroitement liée aux communications unifiées.

Voilà sans doute le genre de stratégie permettant de tirer pleinement avantage de la mobilité. D’après Forrester Research, les organisations sont beaucoup plus nombreuses aujourd’hui à exploiter ce secteur stratégiquement. À ce sujet, le Aberdeen Group mentionne que les entreprises les plus performantes de ce point de vue équilibrent de façon judicieuse l’usage du téléphone cellulaire et de dispositifs intelligents. Il en résulte des coûts d’utilisation 42 % moins élevés en moyenne.

Toute médaille ayant son revers, les entreprises devront tenir compte de la complexité et des risques associés à la mobilité grandissante. Le jeu en vaut la chandelle, cependant. Dans l’ensemble, les organisations peuvent grandement tirer profit des avantages offerts par la montée du concept et la convergence des types de réseaux.


À lire aussi cette semaine: Appareil mobile unique : a-t-on le choix? Perspectives : la mobilité Repères : la mobilité




Tags: , , , , , ,