Vidéotron : un milliard pour un réseau de troisième génération


Alain Beaulieu - 24/10/2008

Vidéotron aura investi jusqu’à un milliard de dollars en quatre ans pour se doter d’un réseau 3.75G qui lui permettra d’offrir dès 2009 des services de télécommunications sans fil évolués.

Vidéotron, la filiale de Quebecor spécialisée dans les services de communications, prévoit investir entre 800 millions et un milliard de dollars sur une période de quatre ans – comprenant 555 M$ pour l’acquisition des licences d’exploitation – pour se doter d’un réseau sans fil de prochaine génération qui supportera un ensemble de services de télécommunications sans fil évolués, qu’elle prévoit commencer à offrir à la fin de 2009. La construction d’un tel réseau est jugée nécessaire par la firme pour lui permettre de déployer des services concurrentiels, ce que son réseau actuel ne lui permet pas de faire.

Construction en 2009

Les travaux de conception du nouveau réseau, qui couvrira l’ensemble du territoire desservi par l’entreprise au Québec et une partie de l’Ontario, débuteront cette année, alors que la construction comme telle du réseau commencera en 2009. Ce dernier sera fondé sur la technologie HSPA (High Speed Packet Access), appelée aussi réseau de troisième génération ou « 3.75 G », et s’interconnectera avec le réseau de fibre optique de l’entreprise qui s’étend sur quelque 20 000 km.

Les nouveaux services qu’entend offrir Vidéotron aux consommateurs et aux PME seront transparents, conviviaux, très abordables et seront dénués de frais cachés. « Nos politiques commerciales élimineront toutes ambiguïtés », d’affirmer Robert Dépatie, président et chef de la direction de Vidéotron, qui n’a cependant pas voulu préciser la structure tarifaire de sa future offre, qui sera, promet-il, « très très concurrentielle et proposera la meilleure expérience d’utilisation qui soit ». Outre des services de communications personnelles sans fil, dotés de possibilités d’itinérance, et la navigation Internet, la nouvelle offre de services inclura l’accès à des contenus d’information et de divertissement, incluant la musique et la vidéo, à partir d’un appareil sans fil évolué, qu’on peut deviner inspiré du iPhone.

Convergence

L’approche de services prônée par le nouveau réseau concrétise le nouveau modèle d’affaires fondé sur la convergence des services et qu’entend appliquer Quebecor pour asseoir son développement futur. Deux éléments composent la nouvelle stratégie d’affaires de Quebecor, soit la production de contenus à haute valeur ajoutée, créés préférablement au Québec, et la déclinaison de ces mêmes contenus sur un nombre considérable de supports variés. L’ambition de cette stratégie est de rendre les contenus plus accessibles que jamais afin de rejoindre le plus large éventail de clients possibles, en étant présent sur tous les canaux de diffusion possible.

Le mieux pour moins cher

« Notre stratégie est d’offrir les meilleurs produits, le meilleur service, au meilleur prix », résume M. Dépatie. « On a tout simplement la meilleure offre sur le marché », renchérit Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Quebecor Media, qui cite l’importante croissance que connaît la clientèle de la filiale pour justifier la justesse de sa stratégie. Cette dernière comprend un million d’abonnés à ses services d’accès Internet et 800 000 abonnés, pour ce qui est de son service de téléphonie filaire résidentiel. Au total, 1,6 million de foyers québécois sont clients de Vidéotron. Cette dernière prévoit, en outre, proposer une tarification encore plus avantageuse à ses clients actuels qui décideront d’ajouter le nouveau service aux services qu’ils utilisent déjà.

La somme avancée par Vidéotron couvre les coûts d’acquisition du spectre mis en vente récemment et des licences d’exploitation, à raison de 555 millions $, et la construction comme telle du réseau, de même que des dépenses d’exploitation initiales, totalisant 255 millions $. Pour ce faire, l’entreprise a dû émettre pour 400 millions $ d’obligations, entre autres.

Création de 1 000 emplois

Cet investissement permettra de créer, d’ici quatre ans, 1 000 emplois directs, chez Vidéotron (techniciens, informaticiens, spécialistes du marketing, du service à la clientèle, etc.). L’entreprise croit aussi que cela générera des centaines d’emplois chez ses partenaires.

Le partenaire technologie de Vidéotron pour les cinq prochaines années est Nokia Siemens Networks qui fournira l’équipement qui sera installé, dont les stations de communication sans fil Flexi-based. Ces dernières sont très compactes, sont rapides à installer, peuvent être gérées et configurées à distance, d’où une plus grande flexibilité, et sont évolutives, en plus de consommer moins d’énergie que les solutions concurrentes. Elles permettent un débit de bande passante pouvant aller jusqu’à 3 Mbit/s. Ce sont d’ailleurs les arguments qui ont justifié le choix de l’entreprise de communication.

Vidéotron prévoit déployer de la sorte 800 sites de relais ou tours, qui permettront notamment d’accéder aux nouveaux services dans le métro de Montréal.

Alain Beaulieu est adjoint au rédacteur en chef au magazine Direction informatique.