Windows 7: performance honnête, même sur un vieux PC


Nelson Dumais - 17/09/2009

Installer la dernière édition du système d’exploitation de Microsoft sur un « vieux » PC peut donner des résultats assez étonnants. Un conseil : une installation propre donnera nécessairement de meilleurs résultats.

« En effet, Lionel, n’eut été du gardien, y aurait eu des buts de comptés! » Si vous avez mon âge, vous vous souvenez peut-être de ce mot célèbre de la Soirée du Hockey. C’est ce qu’on appelle une vérité de La Palice qui, une fois transposé dans l’univers micro-informatique, devient : « En effet, Nelson, si Vista avait été nanti du système de gestion de mémoire de Win 7, il aurait eu du succès. » Car c’est là une des grandes différences entre les deux systèmes d’exploitation (SE) de Microsoft. Pour le moins, c’est ce qui permet à Windows 7 d’animer des machines à peine qualifiées pour Windows XP.

On sait que l’essentiel des nouveautés de Win 7 se retrouve sous le capot. Ainsi, contrairement à Vista qui dédie à chaque fenêtre ouverte sensiblement le même montant de mémoire vive (RAM), incluant celles qui sont minimisées sur la barre de tâches, Win 7 limite ce privilège à l’application dont la fenêtre est active en avant-scène. Grosso modo. C’est un peu le principe de la mémoire sur demande. Ce qui signifie qu’un PC d’avant-hier avec seulement 1 Go de RAM peut très bien se tirer d’affaires avec Win 7, contrairement à Vista où l’idéal est un Core 2 Duo avec 4 Go de RAM.

Saisie d'écran Windows 7 - cliquez sur l'image pour l'agrandir

Windows 7 sur mon vieux P4. À noter: l’horloge, le calendrier et la météo sont trois gadgets qui sollicitent entre 3 % et 6 % (médiane de 4,5 %) des ressources du CPU et 25 % de celles de la mémoire vive.

PC d’avant-hier? J’en ai un et tout un! C’est un P4 de 2.66 GHz (carte mère et jeu de circuits Intel) avec de 2 Go de mémoire DDR, carte vidéo GeForce FX (nVidia) de 128 Mo et disque ATA de 100 Go. Fabriqué en 2003 par ProSys-Tec, une firme montréalaise disparue il y a un an, ce PC s’était vu octroyer un indice de performance de « 2 » par quelques moutures préliminaires de Win 7 (presque le minimum) lors de mes tests de l’hiver dernier. C’est ce qui m’a donné l’idée de lui faire reprendre du service avec la version définitive. Je vous parle de ce DVD que Microsoft distribue aux gens comme moi, ces temps-ci, soit la version Intégrale, la même que celle qu’utilisent les manufacturiers.

Pour illustrer mon point de vue, j’ai reformaté le disque rigide du P4 et j’ai procédé à l’installation de « Windows 7 Ultimate » 32 bits devenu « Windows 7 Intégrale » grâce à une mise à jour linguistique suivant l’installation. Dès lors, j’ai installé divers logiciels, un peu comme si je voulais me bidouiller un poste de travail. Chaque fois, j’ai mesuré l’impact sur la vitesse de la machine.

Ainsi, après chaque installation de logiciel, j’ai fermé la session et l’ai ouverte à nouveau. Or, invariablement, à un tic-tac près, le PC a eu besoin de quelque 7 secondes pour fermer et d’environ 12 secondes pour ouvrir. Je vous parle de retourner à l’interface de saisie du mot de passe, puis de revenir au Bureau en situation de travail (p. ex. créer un dossier en cliquant de la droite sur le Bureau, ouvrir le menu Affichage, etc.).

Pour connaître le degré de sollicitation du processeur et de la mémoire vive, je me suis servi de l’utilitaire « Moniteur de ressources » qui se trouve dans les outils système de Win 7. Chaque fois, j’ai mesuré pendant une minute.

Au départ, avant même que je ne commence à ajouter des produits sur ma belle installation propre de Windows, le score était le suivant :

Utilisation du processeur : Entre 2 % et 6 %, médiane de 4 %
Utilisation de la mémoire : 20 %
Qualité de l’expérience : très satisfaisante

Voici les résultats au fur et à mesure de la configuration du vieux P4; ces résultats tiennent compte de la présence de Windows; autrement dit, les chiffres comprennent ceux de Windows :

Avira AntiVir Premium : logiciel antivirus

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 2 secs.
Utilisation du processeur : Entre 3 % et 8 %, médiane de 5,5 %
Utilisation de la mémoire : 26 %
Qualité de l’expérience : très satisfaisante

Firefox 3.5 : mon fureteur Internet de prédilection

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 5 secs.
Utilisation du processeur : Entre 33 % et 53 %, médiane de 43 %
Utilisation de la mémoire : 29 %
Qualité de l’expérience : satisfaisante

Thunderbird 2.0 : logiciel de courriel ++ Open Source

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 4 secs.
Utilisation du processeur : Entre 3 % et 8 %, médiane de 5,5 %
Utilisation de la mémoire : 36 %
Qualité de l’expérience : satisfaisante

Safari 4 : le fureteur Internet d’Apple

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 7 secs.
Utilisation du processeur : Entre 8 % et 27 %, médiane de 17,5 %
Utilisation de la mémoire : 42 %
Qualité de l’expérience : très satisfaisante

OpenOffice.org 3.1 et Java : coffret bureautique Open Source

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 5 secs.
Utilisation du processeur : Entre 2 % et 8 %, médiane de 5 %
Utilisation de la mémoire : 36 %
Qualité de l’expérience : très satisfaisante

Windows Media Player : lecture d’un film sur DVD

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 7 secs.
Utilisation du processeur : Entre 46 % et 63 %, médiane de 54,5 %
Utilisation de la mémoire : 30 %
Qualité de l’expérience : satisfaisante

QuickTime 7.6.4 d’Apple : lecteur multimédia vieux comme le monde

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 20 secs.
Utilisation du processeur : Entre 17 % et 29 %, médiane de 23 %
Utilisation de la mémoire : 29 %
Qualité de l’expérience : moyenne

iTunes 9 : gestionnaire multimédia d’Apple

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 15 secs.
Utilisation du processeur : Entre 7 % et 16 %, médiane de 11,5 %
Utilisation de la mémoire : 34 %
Qualité de l’expérience : satisfaisante

Adobe Reader : ouverture d’un fichier PDF de 54 Mo

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 3 secs.
Utilisation du processeur : Entre 9 % et 17 %, médiane de 8 %
Utilisation de la mémoire : 40 %
Qualité de l’expérience : très satisfaisante

AIR 2 : plate-forme Web d’Adobe : ouverture de l’application Time 100

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 10 secs.
Utilisation du processeur : Entre 95 % et 100 %, médiane de 97,5 %
Utilisation de la mémoire : 41 %
Qualité de l’expérience : très médiocre

Spider Solitaire : cartes placées prêtes à jouer

Temps de déploiement (clic sur l’icône) : 9 secs.
Utilisation du processeur : Entre 4 % et 12 %, médiane de 8 %
Utilisation de la mémoire : 29 %
Qualité de l’expérience : médiocre

Saisie d'écran moniteur de ressources de Windows 7 - cliquez sur l'image pour l'agrandir

Moniteur de ressources de Windows 7 sur le P4

Cela étant fait, j’ai redémarré le système à cinq reprises, lequel a nécessité, en moyenne, 14 secondes pour passer du mot de passe au Bureau en situation de travail. Est-ce vite? Est-ce acceptable? Est-ce envisageable de s’en tenir à une telle machine?

Pour pouvoir y répondre, j’ai comparé avec une autre version 32 bits de Win 7, une Release Candidate (préliminaire propre) que j’avais installée en début d’été en mode mise à jour sur une configuration de Vista 32 remontant à décembre 2006. Imaginez les cochoncetés accumulées depuis ce temps sur cette machine. Ça s’était passé dans un PC assez costaud, un Core 2 Duo à bus PCI Express X16, avec une RAM (DDR2-1000) de 4 Go, une carte vidéo Radeon X1900 XT (ATI) et deux disques SATA2 de 320 Go chacun.

Encore ici, j’ai mesuré à cinq reprises le temps nécessaire entre la saisie du mot de passe et la mise en situation de travail et j’ai tiré une moyenne. Croyez-moi, croyez-moi pas, ce PC a eu besoin de 40 secondes. À cela deux raisons.

Saisie d'écran Performances du P4 - cliquez sur l'image pour l'agrandir

Le P4 n’a obtenu qu’une cote de performance de 2.0 avec Windows 7.

Primo, les organes vitaux de cette installation Windows 7 baignent dans le mauvais cholestérol de Vista et souffrent d’artériosclérose due à l’installation et l’utilisation pendant presque trois ans. Faudrait plus qu’un ménage, plus qu’un quadruple pontage; faudrait une réinstallation radicale impliquant reformatage et tout le bordel. Toutes sortes de misères s’y sont incrustées en deux ans et demi de loyaux services. Secundo, ce PC dispose de trois moniteurs dont deux raccordés à la carte ATI. Quant au troisième, il se raccorde par USB par le truchement d’un adaptateur DiplayLink; c’est un peu là que le bât blesse.

Si je débranche cette ressource pour ne fonctionner qu’avec deux moniteurs. J’économise en effet 12 bonnes secondes, soit un temps de chargement de 28 secondes, ce qui est deux fois moins vite que le P4 de Prosys! Amusant, non?

La morale de mon histoire? Oui, Windows 7 peut fonctionner sur une machine modeste, oui certaines applications safres et ventripotentes pourront se montrer désagréables à utiliser et oui, on a intérêt à tout reformater avant d’installer le nouveau SE de Microsoft.

Nelson Dumais est journaliste indépendant, spécialisé en technologies de l’information depuis plus de 20 ans.